Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°081
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°081


BICENTENAIRE DES INDÉPENDANCES EN AMÉRIQUE LATINE

RIEN À FETER !

Mis à jour le :14 octobre 2010. Auteur : Cosa Rara.


ALGRÉ L’INDIFFÉRENCE médiatique, la grève de la faim de trente-deux prisonniers politiques mapuches, entamée le 12 juillet, bénéficie d’un soutien de plus en plus important venant de différents secteurs de la société chilienne (intellectuels, députés et militants). Ces grévistes ont été détenus à la suite de récupérations collectives de terres ancestrales spoliées par des entreprises forestières. Ils ont été doublement jugés : par la justice civile et par les tribunaux militaires, en application d’une Loi Antiterroriste instaurée sous la dictature de Pinochet. C’est ainsi que certains ont été condamnés à plus de cent ans de prison ! Aux persécutions et tortures, il faut ajouter les procès bidonnés, avec accusation d’association terroriste même contre des enfants ! C’est comme cela qu’une gamine de douze ans est devenue demandeuse d’asile en Suisse et que son frère figure parmi les trente-deux grévistes. Cette grève suppose une violence supplémentaire faite aux familles, mais « notre corps est la seule arme qu’il nous reste pour dénoncer l’injustice », expliquent-ils. Comme il y a 200 ans Lautaro, Caupolican et Guacolda contre les Espagnols, ces prisonniers indigènes sont prêts à mourir comme des martyrs aujourd’hui. L’Indépendance a voulu « assimiler » les Mapuches. Mais l’intégration à l’État chilien était une façon de les désintégrer. Ils se battent depuis pour la reconnaissance de leur nation et de leur culture, basée sur une étroite relation avec la terre. Un tel conflit historique ne peut se résoudre devant les tribunaux, mais de façon politique, entre le peuple mapuche et les Chiliens. Les Mapuches représentent 6 % de la population totale, d’environ 15 millions d’habitants. Leur territoire se trouve au sud de la rivière Bio-Bio.

Plus au nord, mais également accusés d’association terroriste (toujours par la loi 18.134), quatorze activistes sociaux de Santiago et de Valparaiso ont été arrêtés à la mi-août : parmi eux, un membre de l’assemblée des victimes du tremblement de terre d’un quartier de Santiago, où les habitants construisent du lien social et de l’autogestion à défaut de reconstruction de leurs domiciles, pourtant promise par l’État et les promoteurs. Deux animateurs de radio communautaire ont aussi été incarcérés suite à l’opération médiatico-policière Salamandra… Dix de ces militants moisissent encore dans une prison de haute sécurité. Et pour finir de gâcher les fêtes de septembre, trente-trois mineurs de San José, au nord du pays, sont enterrés vifs à 700 mètres de profondeur, sans doute pour plusieurs mois. Cela à cause de la cupidité de leurs patrons (Bohn et Kemeny Füller) qui privilégient le profit plutôt que les règles minimales de prévention des risques. Le sauvetage se voit aujourd’hui ralenti par… des problèmes financiers. Les médias ont traité l’affaire comme un reality show où l’unité natio- nale est scandée à tout va par un Piñera qui mélange allégrement les genres : en pleins fastes officiels célébrant l’Indépendance, le premier président de droite depuis Pinochet n’hésite pas à faire appel au sentiment patriotique des victimes et de leurs familles… À cette fête nationale destinée à perpétuer le mythe d’une émancipation jamais réalisée, la population répond pragmatiquement par la solidarité et une culture « huachaca » (bâtarde) faite de diversité et de résistance. Même si cela n’apparaît jamais à la une des journaux.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |