Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°008
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°008



Elections à Grozny : Moscou élit le maître des ruines

Mis à jour le :15 janvier 2004. Auteur : Mylène Sauloy.


Grozny, automne 2003. Ciel d’un bleu limpide, nuages légers jouant avec la transparence des façades béantes, criblées d’impacts d’obus, de roquettes et de projectiles divers. Esthétique des ruines. Les hommes ont réappris à y vivre, escaladant ou contournant le désastre, agrippés à des pans de ville encore debout, nichés dans des recoins de brique et de béton rescapés de l’acharnement. Moscou jure pourtant que la reconstruction va bon train, entamée il y a plus de deux ans pour une phase dite de normalisation. C’état juste après les mois de bombardements aveugles de la ville, baptisés « opération antiterroriste » ! De loin en loin, grotesque, un bâtiment pimpant, nappé de rose layette et de blanc virginal. Autour, des hommes en armes, disparates eux aussi. Milices tchétchènes pro-russes aux uniformes ratés, vieux fusil soviétique en bandoulière, et civils sombres aux mitraillettes israéliennes émergeant à peine du blouson, arpentant leur carré de pavé rutilant, l’oeil aux aguets. Ils portent les habits neufs d’une vieille terreur. Celle qui fait s’évanouir dans la nuit les hommes, jeunes de préférence, en pleine santé s’il vous plait. Arrachés à leur sommeil par des hommes cagoulés, anonymes. Aussitôt portés disparus. Ceux-là forment les milices quasi privées du « président » pro-russe Kadyrov, l’ex-grand mufti de Tchétchénie. Kadyrov était le premier à combattre l’armée russe pendant la guerre précédente au nom de la « jihad », quand tout le peuple ne parlait que de liberté. Premier à avoir dévoyé l’islam traditionnel tchétchène - soufi - et prôné un islam de guerre. Kadyrov, l’islamiste radical et retourneur de veste, a été soigneusement choisi par le Kremlin pour défendre les intérêts de la « lutte antiterroriste » que Moscou prétend mener dans ce désert de ruines.

Milices pro-russes, mitraillettes israéliennes

Quant aux bâtiments roses qui narguent les décombres, ce sont ceux de son « administration » en charge de la « normalisation ». On y achète les formulaires du « fifty-fifty » tchétchène : Moscou a en effet promis de payer des dommages de guerre aux civils qui pourraient prouver la destruction de leur habitation - autant dire l’ensemble des 400 000 habitants que comptait Grozny avant l’« opération antiterroriste ». L’« administration » Kadyrov veut bien enregistrer les demandes des 80 000 Tchétchènes qui y survivent encore, à condition qu’ils acceptent que le pécule initialement promis (10 000 euros) soit divisé par deux. Incrédules, ils sont pourtant des milliers en file à calculer, compter, escompter, rêver, construire et bâtir avec la moitié d’un hypothétique magot. Amnésie du désespoir : après la première guerre, l’intégralité des sommes allouées à la reconstruction s’était évaporée. Mais il est si peu de source d’espoir dans cet univers ravagé… Dans le ciel de Grozny, partout, sur des cordes amarrées de ruine à ruine, au-dessus de rues défoncées, la photo du candidat unique aux « élections présidentielles ». Pour l’occasion, l’ancien mufti Kadyrov s’est rasé la barbe. Trop musulman. Partout aussi, sur ces façades meurtries, le portrait géant de l’artisan du massacre, Vladimir Poutine, l’homme qui a gagné sa présidence grâce à la guerre en Tchétchénie, serrant la main à son poulain Kadyrov, l’homme qui en prônant le Jihad a permis à Moscou d’écraser la petite république caucasienne. Poignée de mains arrogante entre le maître à penser de la machination et son disciple, élu à Moscou président d’une terre rasée. Maître des ruines.

Publié dans le n°8 de CQFD, janvier 2004.

À lire :
Terrorisées ou « terroristes »
« Ils ont rasé notre maison »
« Tout nous pousse vers ça »






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |