Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N° 082
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N° 082


A l’arrach’

Guerres US : la facture flambe

Mis à jour le :11 novembre 2010. Auteur : Georges Broussaille.


UPARAVANT, la « bonne guerre » était un remède réputé lutter contre l’avachissement de la jeunesse ou terrasser les crises économiques. C’est ainsi que la guerre de 39-45 mit fin à la Grande Dépression des années 1930, ouvrant la voie à trois décennies de croissance. Est-ce que d’autres bains de sang pourraient nous remettre sur le chemin de la prospérité ? Pour Joseph Stiglitz (prix Nobel d’économie 2001) et Linda Bilmes (enseignante à l’université d’Harvard), la réponse est non. Dans un bouquin [1] écrit en 2008, ils estimaient à 3 000 milliards de dollars les coûts directs et indirects à long terme des guerres du docteur Bush. Cette montagne de fric n’a pas empêché la crise de frapper les États-Unis, au contraire elle y a contribué en creusant un peu plus les déficits publics et en provoquant la flambée du prix du pétrole. Dans le Washington Post du 5 septembre, ils reviennent à la charge en situant la facture finale entre 4 000 et 6 000 milliards. Le coût des soins et des pensions d’invalidité des gueules cassées qui reviennent du front est une des causes majeures de cette révision à la hausse. En 2008, Stiglitz et Bilmes prévoyaient que l’administration des vétérans en auraient pris en charge près de 400 000 d’ici 2010. En mars, il y en avait 160 000 de plus que prévu et, d’après les associations d’anciens combattants, chaque mois 9 000 nouveaux éclopés alourdissent la charge financière de leur administration de tutelle. Étant donné son allergie proverbiale aux impôts, le contribuable américain va avoir du mal à avaler la potion des charlatans de la Maison Blanche. Il n’y aura pas d’embellie économique avant longtemps, sauf peut-être dans les secteurs du goudron et des plumes.

[1] Une Guerre à 3 000 milliards de dollars, éditions Fayard, 2008.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |