Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°012
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°012



PETITS PORTEURS ET GROS CALIBRES

Mis à jour le :15 mai 2004. Auteur : François Maliet.


D’abord, il faut être actionnaire. Pour cela, une seule part suffit, mais ce n’est déjà pas dans nos habitudes… Une fois cette formalité accomplie, on peut assister légalement à l’assemblée générale et questionner les dirigeants, qui sont dans l’obligation de répondre. Ce principe a été mis en pratique le 21 avril par les pacifistes belges de Netwerk Flandres lors de l’AG d’Axa, à Paris. Une fois dans la place, les militants ont pu poser quelques questions sur les investissements du groupe financier dans nombre d’industries militaires. Le président du directoire d’Axa, Henri De Castries, a répondu que sa société suivait un « code de conduite » en matière d’investissement, et que l’industrie de guerre, tout de même, « ça crée de l’emploi ». Il a ajouté solennellement : « Ce sont des activités qui contribuent […] à l’effort de sécurité, effort auquel nos actionnaires doivent être sensibles car s’il y a trop d’attentats dans le monde […], je ne suis pas sûr que les résultats que nous sommes susceptibles de générer seront aussi bien que dans le cas contraire. » On pourrait tout aussi bien soutenir que plus d’attentats impliquent plus de « guerres préventives », donc plus de bénéfs pour les producteurs de missiles. Mais le plus remarquable n’est pas l’argumentaire préparé des officiels, mais la colère noire provoquée par l’intervention des membres de Netwerk chez les vrais actionnaires, qui ont alors insulté les militants. Parler de ventes d’armes quand on souhaite n’entendre que les mots « dividendes » et « profits », y a de quoi énerver n’importe quel bon père de famille…




>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |