Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°004
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°004



UN LOGEMENT POUR LES SDF : LE FUNÉRARIUM

Mis à jour le :15 septembre 2003. Auteur : Eric Dourel.


On pensait que la misère se diluait sous le soleil. On avait tort. Cet été, à Toulouse, ce ne sont pas les vieux mais les SDF qui ont le plus souffert du cagnard. Fin août, les équipes de Médecins du Monde, d’Emmaüs, de la Croix Rouge ont tenté de tirer la sonnette d’alarme. En vain. « Contrairement aux idées reçues, cette population à risque vit chaque été de vraies galères. Pire qu’en hiver. Et avec la canicule des trois semaines d’août, la situation s’est réellement dégradée », explique Monique Drevon, responsable à Toulouse de Médecins du Monde. Faut dire que l’été, on ferme les portes de la quasi-totalité des lieux d’accueil et des centres d’hébergement d’urgence, mais aussi de tous les points de distribution de colis alimentaire et de petit-déjeuners. L’un des rares centres d’hébergement ouvert dans l’agglomération toulousaine était totalement saturé, avec cent quarante-cinq lits pris d’assaut dès juillet. Résultat, les zonards de la Ville Rose ont séché au soleil. Rapidement, certains ont maigri de six à dix kilos. D’autres, porteurs de pathologies, ont vu leur état s’aggraver, tout comme ceux qui présentaient des lésions surinfectées d’un autre âge… Deux sans-abris, atteints de lésions dermatologiques, ont dû être amputés de leur gros orteil. Et un marginal malade, âgé de 43 ans, suivi médicalement pendant l’hiver, a été retrouvé mort dans une maison abandonnée du centre-ville. Lorsque les secours l’ont trouvé - certainement à l’odeur - son cadavre était en décomposition. La mort remontait à la première semaine de canicule d’août. Du coup, les cellules de veille associatives ont tenté de réagir en distribuant des bouteilles d’eaux, des paires de baskets, des petits déjeuners… Un sparadrap sur une jambe de bois, et qui arrivait trop tard. De toute façon, la période n’était pas propice à parler des gueux des villes. N’oublions que la compassion médiatique concernant les SDF est programmée avec l’arrivée des grands froids. Pas avant.

Publié dans CQFD n°4, septembre 2003






>Réagir<

UN LOGEMENT POUR LES SDF : LE FUNÉRARIUM
REMLI Saïd André | 16 novembre 2006 |
Bonjour, Mon nom est Saïd André REMLI. Agé de 49 ans, j’ai passé 25 ans en prison, dont je suis sorti le 1° juin 2004, en conditionnelle. Vous pouvez aller sur un serveur, Google par exemple, et taper mon nom. Ainsi, vous en saurez plus sur mon parcours et sur mon investissement pour des causes qui me tiennent à coeur. Je viens de réaliser un documentaire sur l’état des lieux de la réalité carcérale et judiciaire française. Je ne connais aucun sortant de prison, ayant effectué de nombreuses années d’incarcération qui s’en soit sorti. Beaucoup se suicident quelques temps après leur sortie. D’autres récidivent, de façon beaucoup plus violente, de façon beaucoup plus désespérée… D’autres, complètement brisés par leur parcours, deviennent SDF. Les derniers, quant à eux, plongent dans la drogue… Le documentaire sur les prisons est quasiment terminé. J’ai signé avec Michel Rotman, de Kuiv Productions et nous sommes en pourparler avec les chaînes pour le faire diffuser. Mon objectif est d’essayer de révéler, sans compromis d’aucune sorte, la réalité des différentes formes d’exclusion qui sévissent dans notre pays depuis trop longtemps. Celle des SDF en est une. L’idée est de parler d’eux, de leur quotidien, mais aussi de leur parcours. De ce parcours qui les a amené dans cette situation. Ce qui veut dire, rencontrer leurs parents, leurs amis, leurs anciens collègues de travail, etc… Si j’ai pu faire un documentaire, paraît-il pertinent, sur la réalité carcérale française, c’est parce que je connaissais bien le sujet. Elle a été la mienne pendant plus de la moitié de ma vie… Mon numéro de téléphone est le 06 24 81 45 43, mon adresse mail : saidremli@yahoo.fr. Je vous remercie, d’ores et déjà, d’avoir pris le temps de me lire et espère que vous donnerez une réponse à ce message, quelle qu’elle soit… Amicalement. Saïd André REMLI
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |