Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°008
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°008


La chance aux chansons

Rap poitevin et punk hongrois

Mis à jour le :15 janvier 2004. Auteur : Will et Pierre Etbunk.


Cellule X, groupe rap alternatif de Poitiers, transfigure grave le genre. Certes, c’est pas les seuls mais ça devient plutôt rare dans le marasme ambiant. Après un gavage de lyrics comme : j’suis un chan-mé, y’a d’la meuf, d’la maille et des bagouzes en or, sans oublier ma marque de fringues street-ware fabriquées en Asie par des minots esclaves, et puis ma conscience politique de bad boy : Me, Myself and I, et le reste, j’m’en bas les balles ! Pour les collègues poitevins et leurs cellules grises, par contre, c’est tout le contraire, la prise de conscience est sans détour, militante. La réflexion se cristallise sur tous les fondements de Babylon system : le droit à la désertion salariale, le refus d’un système éducatif débouchant sur un formatage légal, l’enfer de la taule comme régulateur de tension sociale ou encore le flicage de toutes aspirations « marginales ». Ce brûlot ne s’éteint pas là, à vous de le ranimer. Le flux sonore fusionne métal, rock et funk, rythmé de beats électro, le flow parfois tendu est intelligible, le résultat franchement bon et l’expression largement subversive. Une galette qui mériterait une connection haut débit, sur les méandres des couches dominantes. La Cellule X est dans la place, à sa place. Comme qui dirait d’la balle pour que dalle : 10 € l‘album. Plus d’infos : association X-pressions c/o Poitiers jeunes, 12 rue Ch. Gide 86000 Poitiers. email : cellulex@voila.fr

Will

Un peu marre du punk-rock franchouillard avec ses hymnes à la binouze, ses couplés tragiques et ses éternelles histoires de pogo. La saturation est venue avec l’album de Sens Interdit, pourtant très convenable mais sans grande originalité. Le besoin s’est donc fait sentir de sortir de ce bon vieux triste hexagone pour aller voir ce qui se faisait ailleurs. Depuis quelques temps, une rumeur annonçait la préparation d’une tournée française des keupons hongrois de Barackca. L’occasion de faire une petite virée dans le cybermonde pour découvrir ce qui se cache derrière ce groupe. Les photos de leur site (http://barackca.hu) montrent trois punks armés jusqu’aux dents d’une batterie, d’une guitare et d’une basse. Leur album Miért élünk ?! (« Pourquoi vivons-nous ?! ») est entièrement téléchargeable au format MP3 et fort sympathique à écouter. On y découvre un punk mélodieux basique et rythmé qui donne envie d’aller les voir en concert. Et ça tombe bien puisqu’ils passent par chez nous en février : le 6 à Nice (06) aux Diables Bleus, le 8 à La Vieille Valette (30), le 9 à Annecy (74) à La Machine utile, le 10 à Troyes (10) au local de la Clak, le 11 à Tours (37) au bar le Napoléon, le 13 à Thiers (63) à la Chabanne. Par précaution, vérifier les dates sur place, le moment venu, car avec ce genre de tournée, tout peut arriver

Pierre Etbunk

Publié dans le n°8 de CQFD, janvier 2004.






>Réagir<

> Rap poitevin et punk hongrois
oïoïoï | 6 octobre 2004 |
« sens interdit » est un pur groupe (la scene francaise manque de ce genre de choses c’est deplorable d’ailleurs) et la chanteuse a vraiment une voix qui sort de l’ordinaire…
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |