Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°013
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°013


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

KEN LE ROUGE ET BERTRAND THE ROSE

Mis à jour le :15 juin 2004. Auteur : Arthur.


Le maire de Paris et celui de Londres ont un point commun : ils n’aiment pas les propriétaires de véhicules appelés 4x4 pour quatre roues motrices, lesquels auraient les moyens, ayant gagné beaucoup de blé par des moyens divers (donc en instance d’être mis en examen), de se payer des 8x8 ou même des 12x12, si ces véhicules existaient, et d’ailleurs ils existent, mais ce sont des chars militaires, hélas pas encore dans le commerce civil. Ken Livingstone, maire de London, dit Ken le Rouge, a donc suggéré d’interdire la circulation dans la capitale à ces conducteurs qualifiés d’« idiots » qui consomment deux fois plus de pétrole que le crétin londonien moyen et rejettent deux fois plus de CO2 dans l’air vicié de Londres, ville empestée par les brouillards de la Tamise qui a donné au monde le merveilleux néologisme de « smog » (smoke-fumée, fog-brouillard). Londres est donc en plein smog parce que les nababs descendent des quartiers chicos dans leur 4x4 pour conduire à l’école privée les petits imbéciles en culottes courtes qu’ils ont procréés un soir de cuite au scotch et qui, au sortir de Cambridge, iront spéculer à leur tour dans la City pour accroître leur capital en livres (la monnaie, pas le bouquin, n’exagérons pas, l’idiot lit peu). Ken le Rouge et Bertrand le Rose (maire de Paris) n’ont pas encore pris les arrêtés qui s’imposent et interdit la circulation des 4x4 dans leur cité respective, ce qui est heureux, car la possession de ces imposants véhicules équipés de pare-buffles est vitale dans les savanes urbaines où rôdent des bêtes nuisibles affamées. Et si on ne peut plus écraser un piéton ou un vélo, où est le plaisir de la conduite ? Nos deux maires en restent donc à la condamnation morale, de peur de passer pour de dangereux révolutionnaires, ennemis de la liberté de bousiller la planète. C’est le problème du socialisme mou : il entrevoit le danger de l’arbre, mais ses œillères réformistes lui cachent la forêt de l’apocalypse.

Car nous y allons, oh, pas nous, les vieux adultes, mais nos enfants et nos petits-enfants. Toutes les prévisions concordent : effet de serre oblige, l’atmosphère se réchauffe, les pôles vont fondre, les glaces arriveront en petits morceaux sur nos côtes et le niveau des océans grimpera. À Marseille, par exemple, seule la Bonne Mère aura la tête hors de l’eau et, à Paris, le Sacré-Cœur. Matez la tête des extra-terrestres qui découvriront la Terre dans quelques millénaires : ils se demanderont qui étaient ces mystiques sans cervelle qui peuplaient la planète. Sans cervelle, oui. Car comment qualifier d’intelligente une civilisation qui achète des climatiseurs gourmands en énergie pour pallier les canicules créées par l’effet de serre dû à la surconsommation d’énergie ? Ou qui massacre des pays pétroliers pour le bien-être du crétin californien dans son pick-up 4x4 ? Les Grecs, dans leur infinie sagesse, disaient que la démesure (l’ubris) était le mal suprême. On y est, plein pot ! Et qui c’est qui va payer les pots cassés ? C’est les minots qui naissent aujourd’hui. Et qui s’en soucie ? Nobody ! Les jeunes ont raison : pas de quartiers ! Bouffez les vieux ! Ils vous ont légué un monde de merde.

PS : Recommandé aux esprits curieux, le catalogue de la maison d’édition anar L’Insomniaque, 63, rue de Saint-Mandé, 93100 Montreuil-sous-Bois (01 48 59 65 42), qui publie des textes dissidents « que les négociants d’un marché de la lecture toujours plus normalisé vouent à l’obscurité ».






>Réagir<

> KEN LE ROUGE ET BERTRAND THE ROSE : C’est c’ui qui y dit…
Chat Mauve | 27 septembre 2004 |

Et un zélu qui bombe en pleine ville, le cul bien à l’aise dans une grosse belle berline briquée (payée de ta poche, Komrad), avec 2-3 voitures d’escorte toutes sirènes hurlantes et autant de motards qui cognent de la botte sur ta pôv’ tuture à toi que tu vas mettre 5 ans à la payer, ça ne consomme rien, bien sûr !

Les politiques n’ont fait que coucher dans le lit encore tiède du clergé guillotiné à la Révolution.

Dites, si plus personne ne votait, est qu’ils partiraient ENFIN, les Imbus ? (et pas pour revenir en catimini, comme Yoyo !)

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |