Accueil
Sommaire du N°013
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°013



COURRIER DES LECTEURS DE JUIN

Mis à jour le :15 juin 2004. .


Tchao turbin !

En tant que recalculée, cher CQFD, je voudrais que tu transmettes mes remerciements à ceux qui se sont battus. Même si je partage tout à fait tes positions sur le boulot, ça va quand même me mettre bien du beurre dans les épinards de récupérer six mois d’indemnités. J’achève un CES de quatre mois dans une radio locale de Carcassonne. Quand je l’ai trouvé, ce boulot, j’étais contente, ça me semblait une expérience intéressante. J’ai vite déchanté : d’abord, la programmation musicale, sur laquelle je n’ai aucune prise, est à chier, un infâme robinet à soupe, sous prétexte que les gens qui écoutent la radio aiment ça, je me demande bien comment on le sait, car je n’ai jamais rencontré un auditeur de cette radio en quatre mois de CES, à part les gens qui y bossent (la plupart bénévoles) et qui s’écoutent donc entre eux. Je suis censée faire de l’animation, c’est-à-dire enchaîner entre toutes les deux ou trois scies pour citer le saint du jour, le dicton du jour, l’anniversaire du jour et autres informations capitales que je recueille sur la dernière page de la Dépêche. Il ne faut pas, me dit-on, d’interventions trop longues, les auditeurs devant être stimulés en permanence, sinon ils zappent, et puis on n’est pas sur France-Culture (j’avais inséré une petite chronique poétique, une maxime, style « Qui a du fer a du pain »…). Je me suis alors demandé pourquoi des radios aussi nulles occupaient des fréquences, quelle était la raison d’être d’une telle radio, qui ne se distingue en rien de milliers d’autres radios tout aussi médiocres, même sa programmation musicale n’a aucun « style », Claude François et les Bee Gees côtoyant Jonathan Cerrada ou un certain et insupportable Thierry Amiel, des gens que je ne connaissais pas jusque-là et j’avais très bien vécu sans et qui sortent, m’a-t-on dit, de la Star Academy et autres télé-crochets. Re-bref, je me suis dit que la seule justification à l’existence de cette radio et de ses congénères était d’occuper l’espace et ce faisant d’empêcher d’entendre d’autres voix. Re-re-bref, lorsqu’on m’a proposé un renouvellement, j’ai sans grande hésitation dit que je ne le souhaitais pas, et c’est vraiment sans aucun regret que je vais recouvrer ma liberté ces jours-ci !

Christine D., Carcassonne


Logique de division

Il y a un phénomène récurrent que nous avons constaté depuis plusieurs années : c’est de recevoir de temps en temps et surtout pendant les périodes électorales des lettres anonymes dans lesquelles les expéditeurs déversent une immense haine qui exprime un profond mal-être (dernier exemple : « Nous viendrons vous déloger par la force »…). Bien que l’Association de la nouvelle génération immigrée (ANGI) en soit le destinataire, ces lettres visent à travers nous les populations immigrées et issues de l’immigration. Ce qui nous dérange profondément, c’est le fait que des hommes politiques aient réussi à tromper des électeurs appartenant aux couches populaires sur la cause de leur malheur, à savoir la présence en France d’autres couches populaires qui sont arrivées plus tard et de plus loin. L’équation immigrés=chômage=insécurité a été le produit d’une manipulation des esprits de « nationaux » vivant des situations de chômage avec leur cortège de souffrances, les laissant croire que le système économique n’en était pas responsable. Autrement dit, ils ont réussi à leur faire gober que sans les immigrés, il n’y aura plus de chômage, plus de crise du logement, plus de trou de la Sécu, peut-être même plus de prisons puisque « ce sont les immigrés et leurs enfants qui remplissent les prisons ». […] Ces hommes politiques ont réussi à atteindre au moins deux objectifs : primo, diviser les couches populaires, deuxio, détourner les esprits des vrais problèmes et de leurs causes, empêchant de la sorte les uns comme les autres de saisir la nature même du système économique en France et dans le reste du monde. Résultats : les uns répondent aux sirènes xénophobes par le biais des urnes et par des actes violents ou meurtriers, les autres cultivent la victimisation orchestrée par les tenants du fonds de commerce de l’antiracisme et finissent pour certains dans un enfermement communautaire ou religieux. Quant à nous, nous inscrivons nos actions dans le combat contre cette logique de division qui oppose des habitants partageant les mêmes conditions difficiles. […] Celles et ceux instrumentalisés ou manipulés ont plus besoin de notre solidarité que des aboiements haineux de leurs maîtres à penser.

Hamouda H. (ANGI), Aubervilliers






>Réagir<

> COURRIER DES LECTEURS DE JUIN
the lunatic is on the grass | 8 décembre 2005 |
(suite a propos de thierry amiel) si vous l’avez entendu sur une radio, indiquez moi donc laquelle !!! parce que vous êtes extrêmement chanceux > COURRIER DES LECTEURS DE JUIN
the lunatic is on the grass | 8 décembre 2005 |
Thierry Amiel : voix magnifique, grande amplitude vocale, vibratos, sensualité dans la gestuelle scénique, beauté, charisme, simplicité, gentillesse, grand interprête : rarissime de nos jours de disposer d’autant de qualités et il débute seulement. je ne suis donc pas d’accord > COURRIER DES LECTEURS DE JUIN
estelle | 6 septembre 2005 |
Moi je ne suis pas du tout d’accord quand vous dites que Thierry Amiel est « insuportable » !! C’est un artiste qui a un grand talent et qui fait passer beaucoup d’émotions ! Un peu de douceur et de sensibilité dans ce monde de brut n’a jamais fait de mal à personne… Je le soutient vraiment et si les gens l’écoute tant mieux ! Je suis en tout cas impatiente de l’entendre à nouveau bientôt car il sort son nouvel album en octobre (et oui ! il va falloir vous y faire !!). On peut ne pas être interessé par un artiste mais ce que je ne supporte pas, c’est qu’on dise que ce qu’il fait est nul !
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |