Accueil
Sommaire du N°014
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°014



LES BRÈVES DU N°14

Mis à jour le :15 juillet 2004. .


Classe affaire

Placé en garde à vue les 21 et 22 juin derniers pour cause de turlutes boursières imprudentes, Jean-Marie Messier, l’ex-patron de Vivendi Universal, n’a pas été logé à la même enseigne qu’un chapardeur d’autoradios : ses 36 heures de garde à vue, l’ancien poupon des médias les a passées dans une suite avec lit, WC et douche privés. Situé au quatrième étage de la Brigade financière, rue du Château-des-Rentiers (sic !) à Paris, « l’appartement de la jet-set », comme l’appellent les flics, a été spécialement conçu en début d’année pour éviter aux « personnalités » les salissants cachots du commissariat d’en face. Un bon conseil aux petits délinquants : avant d’aller vendre votre barrette et de vous faire choper, assurez-vous que vous avez été président d’une multinationale.


Recalculés

La Caisse d’allocations familiales est en mauvaise posture : l’affaire des enfants recalculés (voir CQFD n° 13) commence à lui péter dans les doigts. Depuis de longues années, la CAF se livre à des économies de grande échelle sur le dos des gamins étrangers, en exigeant de leurs parents des documents qu’ils ne sont pas censés lui fournir. C’est illégal, mais couvert et encouragé au nom « de la politique de contrôle des flux migratoires ». Le 5 juillet, le tribunal administratif de Marseille, saisi en référé par dix-neuf familles, a condamné la CAF des Bouches-du-Rhône à changer d’urgence ses pratiques et ses formulaires. Quant au remboursement des allocs abusivement sucrées, on verra plus tard : quand on a des enfants, il ne faut jamais être pressé.


Caritatif

Le chanteur Renaud, à propos de ses poursuites contre un jeune journal sans le sou, Tant pis pour vous, qui avait osé lui dire « Ta gueule ! » en couverture, s’en explique dans un courrier au Nouvel Observateur (08/07/04) : « J’espère de tout mon cœur que la justice, à laquelle je fais appel pour la première fois en trente ans, me donnera raison et que les 15 000 euros que je réclame à l’auteur de l’article me seront attribués. Sachez qu’ils seront immédiatement reversés à l’association Orphelinat mutualiste de la Police nationale que je soutiens financièrement. » Et pour faire sauter ses PV, il chante « Je suis morgane de toi » au brigadier en chef ?


Souveraineté

À peine nommé Premier ministre par la Maison Blanche, l’ex-barbouze de la CIA Lyad Allaoui s’est empressé de rétablir la dictature. Les pouvoirs qu’il s’est octroyés par décret spécial le 7 juillet dernier sont dignes de Père Ubu : pouvoir d’imposer le couvre-feu, de lancer des mandats d’arrêt, de dissoudre des associations, d’interdire des rassemblements, de restreindre les déplacements, de mettre sur écoute les personnes de son choix, d’appliquer la loi martiale et de prendre le contrôle direct des organes de sécurité et de renseignement. À part ça, il paraît que c’est un homme très attaché à la démocratie.


Immersion

Le Centre de formation des journalistes (CFJ), moule à gaufres destiné aux étudiants de Sciences-Po Paris, a passé un accord avec l’Institut de l’entreprise pour des « stages d’immersion » à l’attention des élèves de seconde année. Ce n’est évidemment pas chez les intérimaires du BTP ni chez les femmes de ménage d’Arcade qu’iront « s’immerger » les futurs journalistes, mais dans la « direction de la communication d’une grande entreprise ». Chez Dassault ou Lagardère, par exemple ?


Spécialistes

Dirigé par le socialiste Pascal Boniface, l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) est un cercle de « spécialistes » abonnés aux plateaux de télé, où chaque crise internationale leur fournit une occasion d’énoncer des platitudes savantes et des prévisions erronées. Pour renforcer leur « indépendance », le conseil d’administration de l’IRIS a intronisé le 22 juin deux nouveaux membres : François Scheer, conseiller chez Areva, et Alain Bauer, PDG d’une société de conseil en sécurité, théoricien de la tolérance zéro à la française et grand inspirateur des lois Sarkozy. Avant, Bauer passait à la télé environ une fois par semaine. Désormais, ce sera une fois par jour.


Exclusion

Lors de la présentation de son plan de « lutte contre l’exclusion » le 30 juin, le ministre de l’Emploi Jean-Louis Borloo a confirmé son intention d’assouplir les règles du licenciement économique, qui sont, comme chacun sait, un « frein à l’emploi », car pour qu’un patron embauche, il faut d’abord qu’il dégraisse. Il a aussi promis de simplifier le droit du travail pour « limiter les délais de recours contentieux », autrement dit, pour rendre plus difficiles les poursuites des salariés contre leurs employeurs, qui n’ont vraiment pas besoin de ça pour créer des emplois. Si ces mesures n’éradiquent pas l’exclusion, c’est que les exclus sont indécrottables.


Entrave

Le 10 juin, à Rennes, deux cent cinquante ouvriers de la société STM se sont fait matraquer par les gendarmes mobiles alors qu’ils tentaient de s’opposer à la fermeture de leur usine et au déménagement des machines vers Singapour. Il est vrai que le 21 mai, un jugement du TGI ordonnait aux salariés de « faire cesser tout obstacle qui entrave la liberté de circulation », celle du moins des dirigeants et de leur matos. Mais les manifestants aussi sont libres de circuler : vers l’ANPE.

Publié dans CQFD n°14, juillet 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |