Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°004
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°004


LA SCIENCE CONTRE LE CAPITAL

CRIME À L’EAU OXYGÉNÉE

Mis à jour le :15 septembre 2003. Auteur : Gaïapolis.


Après « Le froid a tué des sans-abri », voici « La canicule tue les plus fragiles ». Ou comment ceux qui prétendent régenter la planète tentent de se défausser, avec la complicité bavarde des médias et silencieuse des scientifiques d’Etat, des dizaines de milliers de morts que l’on ramasse hiver comme été sur cette planète politiquement et socialement inepte, et climatiquement, écologiquement et économiquement asphyxiée. La révolution industrielle des deux derniers siècles et notre appétit dévorant pour le pétrole nous emmènent tout droit vers une augmentation de la température moyenne du globe de + 6°C pour 2100 [1], « vraisemblablement incompatible avec le maintien de notre forme actuelle de civilisation et avec la survie de quelques milliards d’hommes sur la Terre » [2]. Du choc climatique annoncé, nous percevons déjà partout les symptômes (tempêtes, inondations, sécheresses et disparition d’écosystèmes entiers) avec une intensité et une fréquence croissantes. Les forêts brûlent du Canada à l’Europe du Sud, de l’Indonésie à l’Australie. Dans les cours d’eau, les poissons crèvent étouffés par des algues proliférantes. En mer, les coquillages et certains poissons sont infectés par des micro-organismes toxiques. Tous les quatre ou cinq ans, les épisodes chauds liés au retour d’El Niño ravagent les archipels des Caraïbes, de l’océan Indien et du Pacifique [3]. Environ 20 % des récifs coraliens ont été détruits, dont la moitié durant la seule année 1998, la plus chaude du XX° siècle. La quasi-totalité de ces « Amazonies sous-marines » s’effondrera dès 2015-2020 [4]. Nous ne vivons pas un léger malaise, mais un changement d’ère géologique.

Que faire ? Renforcer des systèmes de « vigilance » soit-disant « dysfonctionnants », comme cet été en France ? Abreuver les masses de conseils de prudence ? Invoquer le protocole de Kyoto tout en exhortant à la croissance et à la consommation ? Créer des espaces verts tout en pillant les forêts tropicales ? Envoyer les forces de police verbaliser des automobilistes accoutumés à la vitesse dans un monde où le temps est de l’argent ? Attendre que le système accouche d’un miracle, quand ce même système s’apprête à crever - et nous avec - avant 2100 ? Comme certains, apparemment, méritent de survivre plus que d’autres, les informations utiles sont déjà rationnées, tout comme les soins, le travail, l’éducation, le logement, puis la nourriture et l’eau. Concernant les milliers de « fragiles » à l’espérance de vie récemment abrégée, et surtout les milliers d’autres qui risquent de les suivre, nous nous faisons un devoir de rétablir d’urgence quelques « oublis » massifs et criminels :
1- les survivants des grandes villes portent dans leur organisme les séquelles de l’événement caniculaire récent ;
2- toutes les conditions sont réunies pour que ça recommence ;
3- les facteurs de surmortalité sont la chaleur mais aussi « la qualité de l’air », autrement dit : l’ozone ;
4- l’ozone ne provient pas de la « chaleur » ou de « l’ensoleillement », qui ne sont que des facteurs secondaires, mais bien des pots d’échappement et des industries chimiques ;
5- les fameux « pics d’ozone » ne sont pas seulement dangereux au moment des pics mais tout le temps ;
6- dans les poumons, à tout moment, l’ozone respirée se combine avec l’eau de notre corps pour former de l’eau oxygénée ;
7- l’eau oxygénée est un oxydant surpuissant qui servait autrefois de désinfectant et qui détruit aussi bien les microbes que la partie exposée de notre corps ;
9- pendant les beaux jours, il faut supprimer la bagnole des villes ou bien s’exiler à la campagne ou à la mer, quitte à invoquer le droit de retrait en cas de travail, puisqu’il y a atteinte à l’intégrité physique ;
10- profiter de la vie tant qu’il y en a.

Publié dans CQFD n°4, septembre 2003.


[1] Et non de 1,5 ou 2 °C, comme la propagande de l’ONU et des médias nous le répètent depuis des années. Pour les détails sur cette escroquerie, lire La fin du monde en 2100 ?, in Le RIRe N°48 et N°49.

[2] La jaune et la rouge, revue mensuelle de la société des anciens élèves de l’Ecole Polytechnique, N°555, mai 2000, p. 4-65. Compilation et appréciations de J-M. Jancovici, président de X-Environnement et validées par un panel de camarades experts, dont J-J. Becker, de la mission inter-ministérielle de l’effet de serre.

[3] The world-wide coral reef bleaching cycle and related sources of coral mortality. E.H. Williams & L. Bunkley-Williams, Université de Puerto Rico, Mayaguez, 1990.

[4] O. Hoegh-Guldberg. “Climate change coral bleaching and the future of coral reefs”. Mar. Freshwater Ressources, 1999, p. 839-866.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |