Accueil
Sommaire du N°002
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°002


LA CGT, FER DE LANCE DU MOUVEMENT SOCIAL

THIBAULT, BOULOT, DODO

Mis à jour le :15 juin 2003. .

« Il faut continuer à faire bouillir la marmite ! », clame Bernard Thibault, le chef-cégété. Mais à petit feu et sous un épais couvercle, comme les grévistes marseillais viennent d’en faire l’expérience. En fait de marmite, la casserole cégétiste fait plus de bruit que de grabuge. Lourde à traîner pour le mouvement, mais pas si encombrante pour le pouvoir.

Les derniers grévistes ont dû rire jaune, le 15 juin au soir, en voyant Bernard Thibault expliquer chez Christine Ockrent que « le mouvement n’en est qu’à ses débuts ». Chaud devant, camarades ! Le coupé au bol de la CGT vous annonce pour cet été « un pique-nique place du Trocadéro » : entre les peaux de sauciflard et les crèmes anti-UV, la lutte sera sans pitié. Et ce n’est pas tout : « l’irréductible de Montreuil », comme le surnomment les médias, fait trembler le pouvoir sous la menace d’une « pétition aux députés et aux sénateurs ». Si après ça, Raffarin ne jette pas au feu sa réforme des retraites, c’est qu’il n’est vraiment pas sympa. « On n’est pas en 1936 », croit savoir Thibault. T’as raison, gars, les temps ont changé. On voit mal les mineurs de Germinal organiser un pique-nique sous la tour Eiffel. Ou les mutins du Potemkine adresser une pétition à leur commandant. En 2003, ça discute entre gens comme il faut. Ça négocie. Ça commande des sandwiches pour le dimanche.

Un mois avant d’aller arracher des sourires verglacés à Christine Ockrent, Bernard Thibaut passait déjà à la télé. C’était le 13 mai au J.T. de France 2. Deux millions de personnes (plus qu’en 1995 !) venaient de manifester contre le projet Fillon. Un mouvement brusque et spontané, dont l’ampleur prenait tout le monde au dépourvu, et qui aurait dû réjouir un dirigeant syndical aussi « déterminé » que Thibault. Mais au lieu de s’épanouir, le patron de la CGT tirait la tronche. Au lieu de profiter de l’aubaine pour appeler à une grève générale, il demandait la « réouverture des négociations » - un refrain qu’il ne cessera plus de seriner ensuite. Et qui explique pourquoi la CGT s’est employée en douce à étouffer le mouvement. On est là pour « négocier », pas pour foutre le bordel. Surtout quand il nous échappe. Chaque gréviste regorge d’histoires à ce sujet. Gare Saint-Charles, dans son bastion marseillais, la CGT n’était pas même présente aux AG du 13 mai. « Le lendemain, raconte un cheminot de SUD-Rail, un délégué cégétiste est venu nous dire : “attention les gars, on a perdu de l’argent pendant les grèves de 1995”. Il oubliait juste de rappeler qu’en 1995, on avait gagné ». Dans l’élan inespéré du 13 mai, la base des cheminots marseillais réclame une grève générale reconductible. Pas question, rétorque l’appareil du premier syndicat ouvrier de France : « Les cheminots n’ont pas vocation à renverser un gouvernement élu par 85 % des gens ! », lance un apparatchik lors d’une AG. Faire grève le week-end de Pentecôte ? La base dit oui, le syndicat dit non. Et pour convaincre ses troupes de reprendre le taf, la CGT titille la corde sensible : celle du porte-monnaie. En prolongeant leur mouvement durant la Pentecôte, argue le syndicat, les cheminots totaliseraient une semaine de grève, délai au terme duquel la SNCF intègre les repos dans le calcul des jours non travaillés, donc non payés. Cet argument-massue n’empêchera pas la grève, mais laissera des traces amères. De rage, un gréviste qui affichait trente ans de CGT en a déchiré sa carte.

Même chose à La Poste. Entre les « temps forts » du 13 et du 25 mai, la centrale des « irréductibles » s’est abstenue de diffuser le moindre tract auprès des postiers de Marseille-Colbert. « Le 14 mai au soir, un fax adressé par leurs supérieurs aux délégués cégétistes appelait la base “à ne pas s’enliser dans une grève devenue minoritaire”. Ils ont freiné des quatre fers partout où ils pouvaient », constate un facteur syndiqué CNT. Le pompon sera atteint le 12 juin au meeting de Marseille, quand Thibault lance à des milliers de grévistes qui le sifflent : « Oui, il faut continuer à faire bouillir la marmite ! » En veillant à ce qu’elle ne déborde pas, les deux pieds debout sur le couvercle. Et en interdisant aux syndicats « kamikazes » (SUD, CNT, coord’ enseignante…) de monter à la tribune. Heureusement, il y a les autres. La CFDT, qui a au moins le courage de baisser culotte au grand jour (voir page 3). La FSU, version prof de la CGT. La supérette FO, où l’on trouve de tout, bonne vieille droite rancie, trotskistes plus pépins que noyaux et même quelques anars égarés. L’UNSA, qui a récupéré les débris de la concurrence, dont les vieux fachos casseurs de grévistes de l’ex-CSL. Les cathos mous de la CFTC. Ou les cadres sup’ de la CGC… L’ennui, c’est qu’en torpillant les chances d’une grève générale, tous ces pros du double langage laissent le gouvernement à l’ivresse de son succès. Après le charcutage des retraites, ce sera au tour de la Sécu, du droit de grève (service minimum), des Rmistes (RMA), d’EDF, de la Poste… De quoi remettre le feu sous la marmite. Mais pour que la vapeur ébouillante Matignon, les gens vont devoir apprendre à régler eux-mêmes la cuisson. Et à débrancher le thermostat des pique-niqueurs.

Publié dans CQFD n°2, juin 2003.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |