Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°015
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°015


REDISTRIBUTION HUMANITAIRE

LA CROIX-ROUGE, LES VOYOUS ET LES CHÔMEURS HONNÊTES

Mis à jour le :15 septembre 2004. Auteur : La Rédaction.

Dans un courrier, un proche collaborateur du président de la Croix-Rouge française explique ce que son « Institution » compte faire des 65 000 euros réclamés à CQFD : les verser à des chômeurs. Eh, mais nous sommes des chômeurs ! Non, corrige l’autre, nous sommes des « voyous ». Voilà qui mérite réflexion.

Se peut-il que nous ayons mal jugé le président de la Croix Rouge française ? Jusqu’à tout récemment, nous pensions que l’action en justice du docteur Marc Gentilini contre CQFD traduisait une certaine âpreté au gain, voire un désir peu humanitaire de nous jeter à la rue. Quand on réclame 65 000 euros de dommages et intérêts [1] à un journal associatif réalisé par des précaires, on favorise ce genre de malentendus. On s’excuse d’avoir eu ces mauvaises pensées. Ce n’est pas pour affamer des chômeurs que Gentilini se montre aussi gourmand, c’est au contraire pour les aider. La preuve ? En réponse à un lecteur, qui avait protesté auprès de Gentilini contre ce qu’il appelle une tentative de « museler des journalistes », un certain Frank Delaval, chef de cabinet du président, lui a adressé un courrier dont voici l’extrait le plus intéressant : « CQFD n’est pas un journal de chômeurs, mais un produit exploitant l’inquiétude de personnes en difficulté. Les 35 000 euros réclamés par la Croix-Rouge française, s’ils lui étaient accordés, seraient intégralement affectés aux sans-emploi par prélèvement effectué sur des voyous. Pour votre information, lors du mouvement des chômeurs de 1997, notre Institution avait débloqué dix millions de francs pour soutenir les plus malheureux d’entre eux. »

D’accord, le ton est un peu vif. Mais il faut se mettre à la place de l’adjoint : ça ne doit pas toujours être facile d’être l’exécutant d’un décideur aussi débordé que Gentilini (qui est à la fois président de la CRF, membre du Conseil économique et social, militant UMP, membre du Haut Conseil de la coopération internationale, etc.) À ses côtés, et sous ses ordres, on a forcément les nerfs qui lâchent. D’ailleurs, à une époque où même l’irréprochable Croix-Rouge (l’« Institution », avec un I majuscule) utilise les jambes d’Adriana Karembeu pour faire sa promo, on suppose que le terme de « produit » doit être entendu comme un compliment. Quant aux « personnes en difficulté » dont CQFD exploite « l’inquiétude », nous plaidons coupables (voir bulletin d’abonnement). À cette réserve près que nous acceptons aussi les chèques des lecteurs pas inquiets et pas en difficulté. Reste tout de même ce qualificatif de « voyou », qui attente grave à notre honneur. Avec un peu de chance, ça doit bien chercher dans les 35 000 euros, non ? Trêve de galéjades. Le point sur lequel il faut s’arrêter, c’est cette épatante nouvelle : en 1997, la Croix-Rouge a « débloqué » dix grosses patates pour les « plus malheureux ». Bien sûr, on pourrait se demander quelle mission poursuit la Croix-Rouge, sinon, justement, de venir en aide aux gens qui souffrent. C’est en tout cas dans ce but que tant d’anonymes lui envoient de l’argent. Mais les donateurs savent-ils que leurs dons se mêlent à l’argent sale « prélevé sur des voyous » ? Remarquez, peut-être qu’à la Croix-Rouge ils tiennent deux caisses à part. L’une pour les versements vertueux des donateurs, l’autre pour les liasses toutes pouilleuses des voyous. Bref, la Croix-Rouge prend à des chômeurs pour donner à des chômeurs. Ou plus exactement, elle prend à des mauvais chômeurs pour donner à des chômeurs honnêtes. Si vous connaissez la différence, chers lecteurs, courez de suite au siège de la Croix-Rouge pour exiger une avance sur votre part du gâteau ! Vous bilez pas, c’est de bon cœur. Même s’il est à craindre que le gâteau, si gâteau il doit y avoir, sera en vérité bien mince, et même si la Croix-Rouge, comme l’affirme son porte-parole, ne donne qu’aux « plus malheureux », critère auquel ne correspondra pas votre visage tour à tour réjoui, déçu, furieux, revendicateur et désireux de bombance, toutes choses qui appartiennent plutôt aux voyous, eh bien, c’est pas grave : on aura tous passé un bon moment !

Publié dans CQFD n°15, septembre 2004.


[1] Et non 35 000 euros, comme nous l’avions indiqué par erreur dans nos éditions précédentes. Aux 35 000 euros réclamés par la CRF, il faut en effet ajouter les 30 000 euros demandés par et pour son président. Procès le 16 novembre à la 17e chambre correctionnelle de Paris.





>Réagir<

LA CROIX-ROUGE, LES VOYOUS ET LES CHÔMEURS HONNÊTES
passionnée CR 67 | 21 octobre 2008 | la croix rouge et le voyous,

Bonjour, J’ai été des années , bénévole de cette association sensée être caritative. j&ai pris des congés sans solde, pour ssuivre les formations, rencontré des élus, partenaires, recruter des bénvoles, pour développer le domaine social Frais de déplacement à mes frais. en contre partie…. j’ai subi des violences psycho, et autres agressions verbales, portant sérieusement atteinte à mon intégrité. bien sûre, ne sortant pas 1 cyrienne… pourtant j’ai la CR dans la peau, j’ai grandi avec elle mébon , Malgré tout, je soutiendrais encore et toujours la CR… persuader, que les malhonn^tes, et les violents, restent une minorité, et de ces minorités, il y en a malheureusement dans tous les domaines, Certes, on s’en passerait, mais même ces minorités, en question, peuvent servir, une institution, aussi noble que la CR l’homme, n’est jamais que TOUT mauvais, ou TOUT bon

Quelque soit l’institution on ne peux les exterminer, ce serait DE la discrimination donc, contraire, aux principes m^me de la CR DISCUTAILLER sur les personnes incorectes, malhonnête, etc… ? C’est leur donner TROP d’importance…. Je préconise de mettre en valeur, les honnêtes personnes de cette noble institution. Ce sera également UN EXCELLENT MOYEN d’encourager, d’autres personnes honnêtes à nous rejoindre. NOUS n’entendrons, plus que des choses positives. ce qui est le plus dommageable, à ce type de structures, ce sont les violences PSYHO/ VERBALES faites aux personnes hyper généreuse, actives… UNE PASSIONN2 D’Henry DUNANT

> LA CROIX-ROUGE, LES VOYOUS ET LES CHÔMEURS HONNÊTES
Denfer | 12 mai 2005 |

Décu par la Croix Rouge, j’ai collecté et fait un don en début d’année suite à la catastrophe d’asie. Aujourd’hui je suis amer, pas de courrier, ni de reçu , …, et on voit régulièrement des populations qui attendent que l’on verse ce que nous avons confié .. Je suis moi même président d’une petite association, et lorsque je vous cela j’en viens à comprendre ceux qui ne donnent rien. Moi je prends sur mes congés, sur mon argent ( je ne fait pas rembourser mes frais env 500 € par an ) des actions à Madagascar ( nous avons 500 enfants soutenus dans leur scolarisation, 2 écoles construites,..) et en proximité c’est plus de 10 jeunes que nous avons sortis de la précarité en trouvant emploi logement ….et cela sans aucune subvention ( ni de la mairie, ni de la région, ,…) rien qu’avec du bussines des ventes, tombolat alors quand je vois les sommes énormes que brassent ces gens . Cdt

A Denfer Président de l’association les enfants d’Ambatolampy ( www.enfantsambatolampy.org )

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |