Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°007
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°007


Politique de l’immigration

Mayotte, laboratoire de la France de demain

Mis à jour le :15 décembre 2003. Auteur : Hervé Gouyer.

Avec la bénédiction des autorités, le maire d’une commune de Mayotte a incendié les cabanons d’un groupe de sans-papiers comoriens. Un exemple de la paix républicaine dont jouit cette miette d’empire français. Contre l’immigration venue des îles voisines, on y applique des solutions débridées : lois d’exception, rafles policières.

A l’aube du 27 octobre, un escadron de gendarmes arrive toutes sirènes hurlantes à Hamouro, petit hameau peuplé essentiellement de Comoriens d’Anjouan, l’île la plus proche de Mayotte. Tous les hommes sont embarqués pour un contrôle d’identité. On en arrête quatorze pour séjour illégal tandis que leurs femmes sont laissées sous la surveillance de trois gendarmes. C’est le moment choisi par le maire du coin pour se lâcher. A la tête d’une quinzaine de fonctionnaires municipaux, l’édile part incendier les vingt-huit paillotes où logeaient les Comoriens. « Nous avons profité que les maisons soient vides pour les détruire », expliquera-t-il laconiquement dans la presse locale. Pour un peu, on le remercierait de ne pas avoir grillé les sans-papiers au lance-flammes. Dans un témoignage envoyé à CQFD, Maryanne, une habitante de la région, raconte « l’horreur de voir des gens errer parmi les débris, des souvenirs en fumée, de voir un enfant prendre un chat carbonisé dans ses bras et de le serrer comme s’il était encore vivant, de voir des femmes rassembler des morceaux de mousse sous la pluie afin de faire un matelas de fortune, de ramasser des casseroles inutilisables, des regard vides, juste la terreur, l’incompréhension. »

Les politiques se gardent bien de réagir. Il faudra attendre le 13 novembre, jour de la parution dans Libération d’un article sur cette affaire, pour que Mansour Kamardine, député UMP de Mayotte, se décide à monter au front. Non pour condamner le bûcher, bien sûr, mais sa médiatisation. « Comme souvent, l’agitation médiatique orchestrée autour de ces évènements occulte l’essentiel : je veux parler du fléau que constitue l’immigration clandestine à Mayotte. […] J’affirme, sans esprit de polémique, que le seuil de tolérance est largement dépassé et qu’il est à la mesure de l’exaspération des Mahorais. » (Kwesi, 18/11/03). Dans l’art de jeter de l’huile sur le feu, le préfet Jean-Jacques Brot n’est pas mal non plus. Sa spécialité : inviter caméras et journalistes à assister à la destruction des embarcations sur lesquelles arrivent les clandestins. Une « agitation médiatique » qui, elle, ne dérange personne. Le 10 novembre, après l’incendie des paillotes, le préfet lançait dans le Quotidien de la Réunion : « L’invasion migratoire anjouanaise viole notre hospitalité. » Un vrai message d’apaisement…

Sarkozy est appelé au secours. Le 6 novembre, à l’Assemblée nationale, Mansour Kamardine appelle le ministre de l’Intérieur à aller plus loin dans la chasse à l’homme : « Les 5 266 reconduites effectuées à ce jour pour la présente année […] attestent de la détermination affichée par vos services. De même, la destruction des barques et quelques opérations coups de poing contribuent à une certaine dissuasion. Ma question est donc simple : [ ] quelles mesures d’urgence et quels moyens entendez-vous consacrer à lutter contre l’immigration clandestine ? ». Virer les étrangers de Mayotte ? Dans ce cas, la France devrait être la première à plier bagage. Car en droit international, l’île est toujours considérée comme occupée. Son rattachement à la France fait suite à deux référendums organisés après à la déclaration d’indépendance de l’archipel des Comores, dont Mayotte fait historiquement partie. Un « coup » réalisé sous la pression des planteurs réunionnais mais aussi dans l’intérêt stratégique de la métropole : « Mayotte abrite aujourd’hui une partie de l’arsenal militaire malgache d’avant 1972, ainsi qu’un des plus grands centres d’écoute. Elle facilite aussi la surveillance de l’approvisionnement en hydrocarbures sur cette ancienne « route des Indes », devenue route du pétrole », explique l’historien Abdou-Salam Saadi. En 1982, l’ONU adoptait une résolution en faveur du retour de Mayotte aux Comores par cent dix voix contre une - celle de la France. Laquelle n’en a jamais tenu compte.

Un député : « Le seuil de tolérance est largement dépassé »

Certes, la crise qui ravage l’archipel a de quoi dissuader Mayotte de revenir dans le giron comorien. Mais la France a une lourde responsabilité dans cette situation. Sur les vingt-six tentatives de coups d’Etat qui ont ébranlé les Comores depuis leur indépendance, certaines ont été dirigées depuis Paris. La France a non seulement soutenu des apprentis dictateurs, mais aussi encouragé les séparatistes d’Anjouan à faire sécession en 1997, poussant l’Organisation de l’union africaine (OUA) à décréter un embargo qui a déstabilisé davantage encore une économie en perdition. A quoi s’ajoute l’interdiction à Mayotte des produits maraîchers comoriens au prétexte des normes phytosanitaires. En chassant les clandestins, qui fuient une misère à laquelle elle a grandement contribué, la France joue donc les pompiers pyromanes. Mais rien de tout cela ne perturbe le pouvoir de tutelle. En réponse au député Kamardine, Sarkozy a tenu un langage très clair : « Je n’oublie pas une chose : c’est que, une fois à Mayotte, pour beaucoup le voyage n’est pas terminé, si vous voyez ce que je veux dire… Mayotte, c’est une des frontières de la France. […] Les tourments de Mayotte aujourd’hui, c’est les problèmes de la France métropolitaines après-demain. ». En somme, Mayotte doit servir de laboratoire. A elle d’expérimenter les politiques du pire visant à réprimer les mouvements de populations pauvres. A cet égard, Mayotte bat déjà des records : les reconduites y sont presque aussi nombreuses qu’en métropole, ce qui donne une idée de l’activité policière déployée sur ce territoire 1 400 fois plus petit. Les moyens consacrés à la répression des immigrés sont dix fois supérieurs à l’aide française dévolue au reste de l’archipel. Malgré ce zèle, l’île continuerait à enregistrer vingt mille entrées par an. Au péril des exilés : une ONG estime à quatre mille le nombre de fugitifs noyés en mer depuis l’instauration du visa entre Mayotte et le reste des Comores en 1995. Mais ce n’est pas tout : Mayotte a aussi sa propre ordonnance sur l’entrée et le séjour des étrangers. Calquée sur celle de Sarkozy, elle s’offre une commodité supplémentaire : ici, la légalité des interpellations et des expulsions n’est plus soumise à aucun contrôle, ce qui ouvre la porte à toutes les dérives policières. « Les rafles sont vécues dans une routine quotidienne », constate Boris Noulin, un jeune géomètre récemment « immigré » à Mayotte. « Les flics débarquent, il y a une volée de moineaux au marché, ils en embarquent cinq ou six et personne ne dit rien. » Et il ajoute : « Cette politique est soutenue par les Mahorais. » Comme à la rentrée dernière, quand des femmes ont violemment manifesté contre la scolarisation des enfants comoriens. Cette xénophobie, entretenue par les élites de la république, s’accommode néanmoins d’une grande tolérance pour les travailleurs anjouanais, qui fournissent, au noir, 80 % de la main d’oeuvre ouvrière.

Hervé Gouyer

Publié dans le n°7 de CQFD, décembre 2003.






>Réagir<

http://drbbs.mayadroiyan.com/thread-2914438-1-1.html
| 28 mai 2013 |

http://tcsc.info/viewthread.php ?tid=779705&extra=
http://www.robinomicon.com/c2/forum/viewthread.php ?thread_id=96859
http://www.3iraqy.com/vb/showthread.php ?p=753921
http://www.mexiaoyuan.net/sc/forum.php ?mod=viewthread&tid=5611598
http://www.emay123.com/thread-839281-1-1.html

test70215428965456
salvatore ferragamo shoe
| 22 mai 2013 |

http://members.ohtv.co.uk/profiles/blogs/salvatore-ferragamo-eyewear-1
http://wdbc.blackcoalition.com/blogs/1288/7336/salvatore-ferragamo-the-pretty-b

test70215427895474232
ghd straighteners cheap
| 21 février 2013 |

http://forum.a51community.com/viewtopic.php ?f=169&t=106329
http://www.allscream.com/cgi-bin/anyboard.cgi ?pvp=main/&cmd=get&cG=83934323&zu=38393432&v=2&gV=&p=
http://217.77.72.114/sites-ext/fhngabon/forum/viewtopic.php ?f=4&t=1221602
http://www.enterprise.ubpoc.go.th/webboard/viewtopic.php ?f=2&t=430231
http://administrativosdelasalud.com/foro/viewtopic.php ?f=2&t=188153

test70988785643
louis vuitton sac
| 19 février 2013 |

http://www.doktorjo.at/forum/viewtopic.php ?f=7&t=679029
http://www.sci.nu.ac.th/e-learning/physics/Analog/board/index.php ?topic=311423.0
http://xn—l1adgmc.xn----7sbbsrahbcdqne5cfn4cyc.xn—p1ai/viewtopic.php ?f=3&t=178612
http://217.77.72.114/sites-ext/fhngabon/forum/viewtopic.php ?f=3&t=1216009
http://remixxx1.free.fr/Forum/viewtopic.php ?p=12175#12175
http://217.77.72.114/sites-ext/fhngabon/forum/viewtopic.php ?f=3&t=1216544
http://whatishealthinsurance.com.au/index.php/component/kunena/3-medicare-levy-surcharge-questions/1478521-yo9kudsac-louis-vuittonlouis-vuitton-sacsacs-louis-vuittonmb1myl ?Itemid=0#1478521
http://gifralucignano.altervista.org/cms/forum/viewthread.php ?thread_id=21089
http://vygoncollecutanee.fr/forum/viewtopic.php ?f=8&t=118446
http://administrativosdelasalud.com/foro/viewtopic.php ?f=2&t=180874

test7098854222
Mayotte, laboratoire de la France de demain
tiptop12 | 18 janvier 2013 |
Le design de ce site internet m’a donné l’envie d’entamer la conception d’un word-press. Auriez-vous un tuyau à me dispenser pour bien démarrer ? Lolita du site sur les assurance deces invalidite Mayotte, laboratoire de la France de demain
| 21 mai 2007 |
C EST VRAI UNE INTOLERANCE QUI EST PRESENT DANS NOTRE ILE JE VEUX QU AUSSI LESPOLICIERS SOIENT JUGE C EST UNE INTOLERANCE EXONOPHOBIE Mayotte, laboratoire de la France de demain
MADI tidji | 17 mai 2006 |
Et quoi encore, certe, certaines choses sont à revoire mais pour moi le vrai probleme n’est pas là.Ce n’est pas mayotte le coupable, Mayotte n’est un laboratoire de la france ni autre de ce genre.De mon coté, je pense qu’il faut savoir reconnaitre son propre tord et recnnaitre ainsi l’origine des problèmes qui touche l’archipel aujourd’hui.je pense que, une bonne relation regional nous menera vers une bonne finalité.La france quand à lui dois reconnaitre ses erreur et ainsi pour pouvoir les réparer, en aidant beaucoup plus le developpement des comors. Et encore une chose les comoriens doivent reconnaitre Mayotte pour leur choix vers la france. Mayotte, laboratoire de la France de demain
karidja | 17 mai 2006 |
il ya deux semaines 7 policiers (paf) ont mis par dessous dessus la maison d’une femme de l ile voisine. Ils ont étè cherchés le fils de la dame au collège de labattoir menoté devant tout les autres éléves. Ce jeunes étais soupsonné de vol. Alors les policiers ce sont présentés au domicile de clui-ci ont cassé télé armoir, balladeur, ect… sans le présence de la propriétaire.Le jeune homme a été mis en garde a vous de 9h jusqu’a 17h .Ils l’ont relaché ensuite car ils avaient trouvés le vrai coupable. Et cette affaire est resté sans suite.C’est une des choses qu’on doit vraiment condammner dans le monde , des injustices pareils.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |