Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°016
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°016


LES PETITS DÉFAUTS DE DANIEL MERMET

LÀ-BAS SI J’EN SORS (TEXTE COMPLET)

Mis à jour le :15 octobre 2004. Auteur : Olivier Cyran.


Le 4 octobre dernier, comme en chaque début de mois, Daniel Mermet recevait les gens du Monde diplomatique. Comme d’habitude, l’icône radiophonique de la gauche critique s’est livrée avec eux à de passionnantes critiques de gauche, disons-le sans ironie, car les espaces ouverts à la contestation sont rares sur France Inter. Sanctuaire étanche à la mélasse libérale, « Là-bas si j’y suis » est bel et bien la seule émission de service « public » à offrir un micro à ceux que les médias écartent ou maltraitent si souvent : ouvriers, chômeurs, acteurs du mouvement social, mais aussi intellectuels ou journalistes ayant des choses à dire, et parfois des choses à vendre. Mais ce 4 octobre, le rendez-vous mensuel avec le Diplo avait un petit air d’inachevé. Car il manquait un point à l’ordre du jour : la précarité. Non pas celle des caissières d’Auchan ou des working poors de George Bush, mais celle qui sévit au sein même de l’émission. Cette question était pourtant d’actualité : le 22 septembre, un tract signé par l’ensemble des syndicats de Radio France (CGT, CFDT, FO, CFTC, SNJ, CGC, SUD) dénonçait « la précarité version Mermet » en termes rudes. « Il y a quelques mois, c’était son assistante, Joëlle Levert, la énième d’une longue série de collaborateurs épuisés, psychologiquement à bout, qui était débarquée. Aujourd’hui, c’est au tour de Claire Hauter et Thierry Scharf, deux reporters permanents de l’émission, d’être sanctionnés pour cause de “fonctionnarisation” […]. Tous deux se sont vu signifier en juin dernier que leur contrat de grille ne serait pas renouvelé à la rentrée. Pour justifier cette décision, Daniel Mermet leur a tenu un discours digne des patrons les plus brutaux : dorénavant ils seraient payés à la pige, ce qui les stimulerait et les ferait travailler plus vite et plus efficacement. […] En s’organisant mieux, ils pourraient produire davantage… Cela n’a pas empêché le même Mermet de rediffuser à la rentrée dans son émission des reportages de ces deux “fonctionnaires”, sans mentionner, bien sûr, le sort qui leur a été réservé ! » Pour nos lecteurs, ce réquisitoire n’est pas vraiment une surprise : en décembre 2003, suite aux accusations de harcèlement moral porté contre lui par son ex-assistante, nous avions déjà évoqué les tendances tyranniques de l’animateur (« T’en baves là-bas si j’y suis », CQFD n°8). Et récolté une volée de bois vert de la part de certains de ses auditeurs qui s’accrochent à l’espoir que la bonne voix tutélaire des sans-voix ne peut pas, ne pourra jamais se rendre coupable des agissements qu’elle dénonce à l’antenne chaque après-midi. Et puis les choses en sont restées là. Imperturbables, les références de la gauche critique ont continué à défiler sur son plateau. Parce que c’est une émission indispensable et qu’il faut la défendre, en défendant au premier chef l’homme qui l’incarne. Et aussi parce qu’un public de quatre cent mille auditeurs-acheteurs, ça ne se refuse pas. Surtout quand ce que l’on propose est indiffusable partout ailleurs. La fausse note a donc vite été oubliée.

Mais cette fois-ci, elle prend un peu plus d’ampleur. Car il n’a pas échappé aux auditeurs vigilants que les deux éjectés étaient les auteurs de quelques-uns des reportages les plus mémorables de l’émission, laquelle ne s’identifie pas totalement à la personne de Mermet (même s’il fait tout pour). S’ajoute à cela la remarquable unanimité des syndicats de Radio France, en bisbilles sur de multiples sujets, sauf celui-là. Le fait que SUD a co-signé le tract, alors que des fondateurs historiques de ce syndicat apparaissent régulièrement dans « Là-bas si j’y suis », montre que la thèse du « complot » ourdi par le Grrrand Capital est un attrape-couillons qui n’attrape que les volontaires. En tout cas, la publication du tract sur le site d’Acrimed, puis la réponse de Mermet, puis la réponse à Mermet de Thierry Scharf et Claire Hauter (lire sur www.acrimed.org) ont provoqué une forte secousse chez nombre d’auditeurs. À preuve, les débats passionnés qui se sont répandus sur les forums d’Internet. Des fans de longue date ont fait savoir qu’ils avaient les boules, certains se désolant que les messages inquiets laissés sur le répondeur de l’émissionsoient systématiquement caviardés. Ou comme ce militant qui s’occupe bénévolement du site de « Là-bas si j’y suis » (lbsjs.free.fr), et qui s’est mis « en grève illimitée » jusqu’à la pleine réintégration des deux reporters. Du côté des invités, en revanche, les réactions publiques ont été moins fiévreuses à ce jour. Sans forcément boycotter l’invitation (et pourquoi pas, après tout ?), ils pourraient poser une condition à leur présence : qu’un débat soit ouvert à l’antenne sur la précarité à Radio France, y compris au sein de l’émission qui prétend la combattre. Ce serait intéressant et ça lèverait le soupçon de connivence. Il est vrai que la question de fond est peut-être ailleurs. Dans le pouvoir, notamment, et dans les mutations qui s’opèrent lorsqu’on le détient. Cette question n’est pas toujours commode pour qui exerce une part de pouvoir dans sa propre sphère. Elle est pourtant essentielle si l’on veut éviter que les aventures dissidentes tournent en eau de boudin. À ce propos, Scharf et Hauter ont raconté à CQFD une anecdote qui touche en plein dans le mille : « Avant de nous annoncer qu’il nous remettait à la pige, Mermet nous a reproché de ne pas avoir été solidaires avec lui quand Joëlle Levert avait levé le voile sur ses pratiques. Notre faute, c’est d’avoir refusé de signer le texte qu’il avait écrit en réponse à celui de Joëlle. Il exigeait que sa lettre soit assumée par toute l’équipe. » Ça rappelle des souvenirs. À Charlie Hebdo, par exemple, Philippe Val avait réclamé en mars 2000 que toute la rédaction se range comme un seul homme derrière son droit de réponse, après que Le Monde eut publié un article le mettant personnellement en cause. Les rares qui ont désobéi ne travaillent plus à Charlie aujourd’hui. C’est bien l’un des attributs les plus éprouvés du pouvoir : cette capacité acquise, et étalée presque avec candeur, à traiter ses inférieurs comme des sous-hommes et à exiger ensuite, une fois qu’on a soi-même des soucis, qu’ils vous soutiennent corps et âme. C’est ce qui définit un despote. Et c’est ce dont crèvent tant de belles expériences.

Soutien à Claire Hauter et Thierry Scharf : precairesdelabas@yahoo.fr

Publié dans CQFD n°16, octobre 2004.






>Réagir<

> LÀ-BAS SI J’EN SORS (TEXTE COMPLET)
| 9 février 2006 |

Ben voilà. ’Fallait s’y attendre ! A force d’être sourd aux messages intelligents laissés sur le répondeur du 01 40 56 37 37, à force de laisser le christ aux fins berres décider de qui peut dire quoi sur l’antenne, à force d’entendre le ricanement de mermet mettre la surmultipliée en entendant tel ou tel cri de la crasse profonde et pochetroneuse, à force de se dire que cette émission était modeste et GENIALE, il fallait donc bien s’attendre à ce que ça lui monte à la tête, à mermet !

On est décidément loin de St-Pétersbourg ’93/94 ! Mermet a décidé une fois pour toutes d’avoir raison à tout prix, de ne jamais plus désormais se remettre en question. Puisque Bové avait décrété qu’entre les 2 tours de la Présidentielle de 2002, il fallait glisser un bulletin « Y’a Basta ! » dans l’enveloppe qui irait dans l’urne le 5 mai de cette année-là dans le cas surprobable ou le choix serait devenu Jospin-Chirac et que, dans une virevoltante volte-face surclassant à jamais les girouettes de tout poil, il s’aplatit comme toute la gauche qu’il s’acharnait à démolir dans une confusion ne sachant plus différencier un Jospin inaccessible d’un Mitterrand putride, il appela à voter pour la pourriture absolue de la Démocratie. « Réfléchissez réfléchissez réfléchissez réfléchissez » chuchotaient les bordures des trottoirs d’un 1er Mai historique dans l’art de la manipulation des foules analphabêtes à manger du foin, ne sachant rien de rien de la vie politique française. Le pouvoir à la rue devint alors le pouvoir de la crétinisation absolue de la France assomée par un chiffre et un nom (2e LePen) alors qu’elle se faisait empapaouter par un autre chiffre et un autre nom (1er chirac).

Depuis maintenant près de 4 ans, on sait ce qu’il en a coûté aux auditeurs de LBSJYS (et aux autres). Je l’ai dénoncé dans 3 ou 4 messages, mais y’avait aucun danger que mermet ne les diffusât ! Il fait des erreurs et les assume en les perpétuant. En ce sens, adler a raison : mermet est un stalinien. Pour avoir le droit de perdurer sur les ondes d’un pouvoir qui se croit revenu en 1973, mermet monte le cheval du libéralisme et applique à ses troupes ce qu’il dénonce depuis 15 ans. Il mérite même un entrefilet dans « Valeurs Actuelles » pour ses « méthodes ». En voilà de la consécration !

J’suis vraiment content de ne plus l’écouter. Son intolérance aurait fini par m’exaspérer. Stalinien, assurément. les procès de Prague n’étaient pas autrement vus et analysés (pour ses adhérents et militants) par le PCF !

Un dinosaure. Une espèce en voie de disparition. Une ressucée de Georges Marchais dont on croyait les gènes à jamais éteints. Voilà ce qui me reste de Daniel Mermet, un type qui a su faire des émissions de génie, mais grâce à qui ? Vous vous faites un devoir de nous (lui) le rappeler. Et vous avez bien raison !

L’intelligence n’arrivera pas au pouvoir demain. Maintenant que je le sais, je préfère garder ma lucidité en attendant la mort. J’avais des choses à dire, mais je vais somme toute les garder. Après tout, à chacun de les chercher en lui et de réagir. Au fait, le vrai changement, c’est pour quand ? (1) Demain matin ? Alors, j’y serai.

(1) Ca m’fait penser, pour les Présidentielles, quelles qu’elles soient, c’est « Magouille blues » de Béranger qu’il nous faut écouter. Et si vous voulez savoir ce que j’en sais de celles de 2002, vous avez désormais un mél où me joindre…

> LÀ-BAS SI J’EN SORS (TEXTE COMPLET)
Hésioné | 17 octobre 2004 | Bellaciao

Voici la copie du message que j’ai adressé à Daniel Mermet (il ne m’a pas répondu) et sur plusieurs forums.

Daniel,

J’ai beaucoup hésité à t’écrire, partagée entre l’envie de te dire ce que je pensais et la crainte de « donner du grain à moudre » à ceux qui rêvent de casser Là-bas.

Le litige qui t’oppose à Thierry et Claire me semblait incompréhensible, mais tu as fourni dans ta réponse « pourquoi tant d’amour » des éléments objectifs de réflexion. Après traduction de quelques phrases langue de bois (je les ai notées « … ») en langage clair, l’affaire semble plus simple. Ouf !

Daniel, tu es un génial Mermet, mais tu es également un responsable d’émission de France-Inter comme un autre : Tu dois à ce titre produire X émissions par saison conformément au (sacro-saint !) contrat d’objectifs et te caler dans un budget d’Y euros.

Lorsque tu fais le bilan de la saison avec tes collaborateurs en juin, tu leur reproches un manque de reportages (-7 pour Claire, -15 pour Thierry) et, en guise de solution, tu leur proposes deux merdes : soit bâcler (« écourter ») leurs reportages et tu pourras ainsi produire tes X émissions, soit être rémunéré précaire (à la pige « relevée ») et tu pourras alors te caler dans ton budget d’Y euros.

Autrement dit Claire et Thierry avaient le choix entre la hache ou la corde. Je comprends qu’ils aient décidé de se barrer (de « suspendre leur collaboration ») Je comprends aussi leur réaction de révolte et de tristesse : Là-bas, c’est plus une aventure qu’une émission ordinaire.

Dans ta réponse, tu soulignes qu’il faut s’attaquer aux vrais problèmes, notamment à la précarité des pigistes permanents, à l’insuffisance des budgets. Le problème c’est que tu intègres, apparemment sans état d’âme, ce système que tu dénonces par ailleurs. Peut-être n’as-tu pas le choix ? Dans ce cas, aie le courage d’assumer. A défaut d’admettre le principe, je peux te comprendre : Il en va de l’existence même de Là-bas. Mais non, tu déplaces le problème sur un plan quasi psychanalytique-œdipien (« pourquoi tant d’amour », « parricide symbolique », « amours enfouies ») La ficelle est trop grosse, je considère que tu insultes notre intelligence.

Les Là-basien(ne)s sont tristes.

Hésioné

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |