Accueil
Sommaire du N°016
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°016


À L’ARRACH’

LES BRÈVES DU N°17

Mis à jour le :15 octobre 2004. .


Patriot Act

Après les Arabes et les roqueforts, les Etats-Unis viennent d’identifier un nouveau membre de l’axe du mal : Indymédia, un réseaud’information créé dans la foulée du mouvement altermondialiste. Le 7 octobre, le FBI a fait injonction à l’hébergeur américain du réseau, Rackspace, de lui remettre le matériel de l’agence Indymédia de Londres. Rackspace s’est aussitôt exécuté, désactivant le serveur de son client sans même l’avertir. Le FBI s’en est pris aussi à Indymédia-Nantes, coupable d’avoir mis en ligne la photo de deux policiers suisses impliqués dans les matraquages du G8 d’Évian en 2003. Saisi par le procureur de Genève, le FBI a fait pression sur Rackspace pour que les photos soient retirées,en attendant les résultats de « l’enquête ». D’autres sites Indymédia dans le monde pourraient faire les frais de cette parano démentielle. Qu’attend Colin Powell pour enfermer José Bové à Guantanamo ?


Réforme

Le 4 octobre, les « partenaires sociaux » étaient convoqués chezle ministre délégué aux Relations du travail, Gérard Larcher, en vuede la prochaine grande réforme : le dépeçage du Code du travail. Les dernières petites contraintes que la loi s’obstine à faire peser sur lespatrons constituent en effet un obstacle à l’emploi, à la croissance et au dynamisme. Il faut donc « clarifier, sécuriser et moderniser » le Code du travail, comme l’a expliqué Gérard Larcher au Monde (10/09/04). Le ministre pourra s’appuyer sur le rapport de « toilettage » réalisé il y a un an par Michel de Virville, DRH de Renault et homme de confiance de Raffarin. Dans « partenaires sociaux », le mot à éliminer d’urgence, c’est « partenaires ».


Sécurité

Dammarie-les-Lys, en région parisienne, sert depuis longtemps de terrain de manœuvres aux forces de l’ordre : tirs à balles réelles, tabassages, prises en chasse, ratissages, harcèlement contre l’association de quartier Bouge qui bouge… Et ce n’est pas fini. Témoignage de Boubou, un habitant du quartier : « Le 7 octobre vers 22 h 30, les agents de la BAC interpellent un jeune et l’emmènent dans leur voiture. Mais au lieu de partir, ils s’en prennent sans raison à quatre autres jeunes en les frappant à coups de matraques et de pieds. En voyant que l’un d’eux est grièvement blessé, le chef dit “c’est bon, on y va, ils ont eu leur compte ces Arabes”. On a pris en photo le visage de la victime et une plainte a été déposée. » On peut toujours espérer. En 1997 déjà, à Dammarie, la justice avait été saisie après la mort d’Abdelkader Bouziane, 17 ans, tué d’une balle dans la nuque par un policier. Résultat, non-lieu. Alors, pour un simple passage à tabac…


Sans-tickets

Qui prend le métro sans avoir les moyens de payer son ticket est un nuisible dont la société doit se protéger. Sur la foi de ce principe, inscrit dans la loi sécurité quotidienne (LSQ) votée en novembre 2001 par le PS et la droite, vingt-deux personnes comparaissaient le 5 octobre au tribunal correctionnel de Paris, pour répondre du délit de « fraude habituelle » dans les transports publics. Tous sont chômeurs ou Rmistes, musiciens ambulants ou princes de la survie. Tous ont été condamnés à un minimum d’un mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende, à quoi s’ajoutent, pour les « fraudeurs SNCF », entre 700 et 1 000 euros de dommages et intérêts. Dans le même temps, on apprenait que Jacques Chirac et Ernest-Antoine Sellière ne risquaient rien pour avoir, pendant des années, bénéficié de vols gratuits sur Euralair. Ne pas confondre pauvreté, qui est criminelle, et richesse, qui est amicale.


Jumelage

Le 22 septembre n’a pas été jour chômé pour la police toulousaine. Voici le récit envoyé à CQFD par un collectif du quartier de la Reynerie, au Mirail, à propos des incidents de ce jour-là : « Une fois de plus, nous, habitants et salariés du quartier, avons assisté à un déploiement de force démesuré : des dizaines d’hommes armés de fusils, de flash-balls et de matraques. Une fois de plus, les forces de “l’ordre” ont été violentes : le jeune interpellé s’est fait rouer de coups alors qu’il n’opposait aucune résistance. Et cela au milieu des enfants, un mercredi après-midi. On se serait cru en Irak, en état de siège. » Bush disait que Bagdad avait « rejoint le monde libre ». En fait, c’est le monde libre qui a rejoint Bagdad.


La fête

Pour la nuit du 30 au 31 octobre, le « Collectif informel de la nuit des meutes » appelle tous les lascars de bonne volonté à s’organiser en « petits groupes pacifiques, mobiles et insaisissables » et à occuper rues, jardins et champs par des manifs, sound-systems, canulars ou toute action permettant de « se réapproprier des espaces de liberté contre les lois sécuritaires, contre la logique du “consomme et tais-toi”, et contre la chape de plomb et l’ennui morbide qui se sont abattus depuis de nombreuses années sur l’Europe. » Bonne idée. Infos sur nuitdesmeutes.ouvaton.org






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |