Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°016
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°016



LA CROIX-ROUGE VEUT NOTRE PEAU

Mis à jour le :15 octobre 2004. Auteur : La Rédaction.


CQFD s’est attiré les foudres vengeresses de la Croix-Rouge française. Offensée par un article intitulé « Une Croix-Rouge sous un képi bleu », mettant en cause son rôle d’« accompagnatrice » auprès des sans-papiers expulsés de France par vols groupés, l’institution humanitaire a porté plainte pour diffamation contre CQFD. Elle nous réclame 65 000 euros de dommages et intérêts, dont 30 000 euros au seul bénéfice de son président, Marc Gentilini. Ce tarif témoigne d’une confiance flatteuse dans notre trésorerie. Hélas, la Croix-Rouge a les yeux plus grands que notre ventre. Diffusé en kiosque à moins de 10 000 exemplaires, fabriqué à l’huile de coude, sans capitaux ni subventions, sans salariés ni publicité, disposant de recettes qui lui permettent tout juste de régler l’imprimerie, le loyer du local et l’apéro de bouclage, CQFD est sincèrement navré : il ne possède pas le dixième de la somme réclamée. La démarche de Marc Gentilini s’apparente donc à une tentative fort peu humanitaire de nous jeter à la rue. Cet acharnement nous paraît d’autant plus surprenant que CQFD a publié en bonne et due forme le droit de réponse que Marc Gentilini lui avait adressé. Proche de l’UMP, médaillé de la légion d’honneur et membre du Conseil économique et social, le puissant président de la Croix-Rouge française serait-il à ce point aux abois qu’il lui faille éliminer toute voix discordante ? À moins que son souhait de nous amputer la langue n’obéisse à un impératif humanitaire. C’est ce que semble suggérer un courrier signé de son chef de cabinet, Frank Delaval, dont le contenu a été reproduit dans notre numéro de septembre. Dans ce texte extravagant, le bras droit de Marc Gentilini qualifie de « voyous » notre équipe de bénévoles et constate : « CQFD n’est pas un journal de chômeurs, mais un produit exploitant l’inquiétude de personnes en difficulté ». Ces dernières seront honorées d’apprendre que c’est en leur nom et pour leur bien que la Croix-Rouge française s’emploie à liquider un canard de chômeurs, pardon, de « voyous ». Une précision, quand même : nous acceptons aussi les chèques des lecteurs pas inquiets et pas en difficulté.

Audience le 16 novembre à la 17e chambre du TGI de Paris.






>Réagir<

> LA CROIX-ROUGE VEUT NOTRE PEAU
Antoine Vermeersch | 16 novembre 2004 |

La diffamation : Une arme redoutable contre la liberté d’expression.

Les condamnations de sites Internet, de journaux de contestation, voire d’humoristes, se multiplient. On massacre ceux qui profèrent des vérités qui dérangent.

Je vais m’abonner à CQFD.

Et si la croix-rouge obtient ne serait-ce qu’un euro de dommages et intérêts, je jure de ne plus jamais, de toute ma vie, donner un seul centime à cette organisation.

De plus, je vais insérer un lien vers le site de CQFD à partir du mien www.moijepenseque.com … Tant qu’il est encore accessible …

> LA CROIX-ROUGE VEUT NOTRE PEAU
Michel | 10 novembre 2004 |
Je viens d’envoyer un courrier au président de la CRF pour lui demander de me retourner le chèque que j’avais adressé à cette organisation et de ne plus jamais me solliciter à l’avenir. A priori, je pense que mon argent serait mieux placé à CQFD (que je ne connais pas mais dont j’ai appris les mésaventures par Politis) Peut-on critique l’action caritative de la Croix-Rouge Française ?
didier | 26 octobre 2004 |

Pourquoi vous ne parlez pas du procès de Reda Sadki pour l’histoire du Moulin Joly, centre géré parla Croix rouge.

10000 euros d’amende et 4 mois de prison pour nous faire taire

Voir le dossier et écouter tout ça sur survivreausida.net.

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |