Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°016
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°016


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

UNE BELLE MAISON DE RETRAIT (BANCAIRE)

Mis à jour le :15 octobre 2004. Auteur : Arthur.


Notre exemplaire république bananière, productrice éclairée de fromages en tous genres, possède une institution qui éblouit le monde des écolos : le Sénat. Nous tenons là en effet une station modèle de recyclage des ordures et déchets qui respecte au passage toutes les lois de la biodiversité puisqu’on y trouve, mélangés cul et chemise à la buvette, les vieux crocos et les jeunes requins que la vie et le citoyen électeur ont maltraités, mais qui sont désormais à l’abri des juges pour six ans. Et quand on a dépassé les 70 ans, six ans, c’est perpète ! Situé dans les jardins du Luxembourg, le Sénat a longtemps, grâce au regretté Le Troquer, amateur de ballets bleus, fait la joie des humoristes. On y trouvait en effet une brochette de grabataires cacochymes somnolant sous les marronniers en matant les mômes venus voir Guignol ou les jeunes éphèbes jouant au tennis. Hélas ! Les traditions se perdent. Le Sénat d’aujourd’hui est une annexe dorée du quartier VIP de la Santé où s’est réfugié Pasqua, grand moraliste tendance Chirac, expert ès-pots de vin, prises illégales d’intérêt, abus de biens sociaux et lâchetés familiales, puisque c’est son fils Pierre, en fuite en Tunisie, qui porte le chapeau à sa place. Pasqua ne sera pas seul puisque nombre d’individus douteux y ont déjà été élus, grâce aux suffrages des « grands électeurs », c’est-à-dire des maires et autres conseillers avec qui ils ont magouillé et qui sont leurs affidés. Le Sénat ayant un rôle de vestale législative, on imagine la pureté de ses intentions : aider les coquins et les copains à éviter la Justice tout en ponctionnant les sous des pauvres imposés (ses frais de réception, champagne et petits fours, ont augmenté de 77% grâce à Poncelet).

Pasqua pourra cette année offrir le pastaga aux nouveaux venus quadragénaires avec, en figure de proue, David Assouline et Dominique Voynet. Quand on est jeune, on a des indignations, on veut « changer la vie » ( Rimbaud) pour « changer le monde » ( Marx) . On est trotskiste, mao ou socialo, on est porte-parole des étudiants pour attaquer les lois Pasqua ou Devaquet (Assouline), on manifeste contre le nucléaire sous les grenades de Giscard (Voynet). Puis arrivent la ride véloce et la vergeture. On se case, on range ses rêves, on oublie les damnés de la Terre et on entre au Sénat palper ses 15 000 euros mensuels ( indemnités comprises) et, toute honte bue, trinquer avec Pasqua. Ainsi va la vie ! Les anciens LCR Assouline et PSU Voynet ont compris qu’ils devaient d’abord changer leur vie avant de changer celle du lumpen prolétariat. Comme dit quelqu’un sur le forum d’AC : « En voilà au moins des pour qui la lutte paie ». Assouline pourra fleurir tous les jours la tombe de Malek Oussekine, et Voynet refaire la tournée des grands couturiers avec ses copines de l’ex-gauche plurielle Aubry et Guigou. Et pendant que ses potes Mamère et Bové se faisaient gazer dans les champs d’OGM, que faisait Voynet ? Elle tentait d’échapper aux gaz émis par ses électeurs pétomanes de la banlieue parisienne dans les vins d’honneur pré-électoraux. Solidaire jusqu’au bout !

Publié dans CQFD n°16, octobre 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |