Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°016
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°016


LA CHANCE AUX CHANSONS

GROSSE VERRUE ET PETITS FURONCLES

Mis à jour le :15 octobre 2004. Auteur : Will et Pierre Etbunk.


En cette époque vouée au culte de l’autorité, de l’athlétisme et des redingotes grises des années cinquante, l’autobiographie de Lemmy Kilmister, leader de Motörhead, représente un savoureux contre-poison (La fièvre de la ligne blanche, éditions du Camion Blanc). Lemmy est au rock ce que le mètre en platine iridié est à la géométrie : une référence inaltérable. À l’approche de la soixantaine, le chanteur-bassiste se caractérise toujours par le refus de tout plan de carrière et des compromissions commerciales, une fidélité jouissive au vieil adage « sex, drugs and rock’n’roll », des cordes vocales en fil de fer rouillé et un jeu de basse évoquant celui d’un marteau-piqueur. Sa bonne grosse verrue toujours en amont de sa moustache d’otarie, il reste le personnage insoumis et incontrôlable qu’il a toujours été. C’est dans le but avoué de séduire ses contemporaines que le jeune Lemmy apprit la guitare et se dévoua au boucan électrique : activiste du rock anglais dans les sixties, roadie de Jimi Hendrix, bassiste des freaks hallucinés d’Hawkwind et, surtout, fondateur en 75 du furieux Motörhead (toujours en activité) qui réconcilia punks et hard rockers. Lemmy émaille ses souvenirs de réflexions marrantes sur les bienfaits d’une vie pas saine. Quelqu’un qui confesse ne pas vouloir apprendre à conduire pour ne pas réduire sa consommation d’alcool ne peut pas être foncièrement mauvais. Un médecin horrifié par tant d’excès lui affirma un jour que son sang n’avait rien d’humain et qu’il aurait dû être mort depuis longtemps. À quoi Lemmy rétorque qu’il se sent « terriblement vivant ». On le croit sur parole.

Will


Il y a quelques mois, j’avais renoncé à chroniquer le live des Brigitte Bop, Twist’n’live, en raison d’une qualité sonore certes supérieure à la moyenne des enregistrements réalisés au fond d’une poubelle ou au milieu d’un pogo, mais qui ne permettait pas pour autant de discerner ce que racontait le chanteur. Et c’est con, car Brigitte Bop fait partie de ces quelques groupes de punk-rock militants qui ne se contentent pas de hurler des slogans. Pour notre grand bonheur, ils nous reviennent avec un petit bijou en CD baptisé Back in Eul’Berry. Rempli à ras la gueule par dix-sept titres studio et cinq lives, on y retrouve un punk-rock bourré d’énergie brute, comme sur les deux reprises de Garage Lopez et de Ludwig Von 88. Le morceau « Ce siècle aura ta peau » fait carrément penser aux défunts Cadavres, ce qui s’explique sans doute par la participation de Vérole en vedette américaine (euh…). Mais ce n’est pas tout. Enfournée dans un ordinateur, la galette fait apparaître une « Twist’n punk machine » qui propose trois clips, trois vidéos-lives, des tonnes de photos, de multiples liens vers des sites Internet de groupes amis, fanzines et labels et un incroyable jeu éducatif pour tester ses réflexes après une soirée bien arrosée. À cela s’ajoute un livret bien foutu avec paroles et photos. Le tout pour seulement 12 euros, à commander auprès du groupe. Si les majors, au lieu de gémir sur les téléchargements pirates, proposaient des skeuds aussi complets à ce prix-là, ils en vendraient un peu plus dans les supermarchés de la « culture ». Contact : http://brigittebop.free.fr

Pierre Etbunk

Publié dans CQFD n°16, octobre 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |