Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°017
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°017


DE NOTRE CORRESPONDANT PERMANENT AU PÉNITENCIER

EXTORSION DE REGRETS

Mis à jour le :15 novembre 2004. Auteur : Jann-Marc Rouillan.

En dix-huit ans de prison, c’est toujours la même question qui revient sur les lèvres de l’ordre carcéral : « Regrettez-vous ? » Sans repentir, pas de libération conditionnelle. Sans soumission à leur chantage, pas d’espoir que les portes s’entrouvrent. Mais cette extorsion ne vise qu’une catégorie de taulards bien spécifique.

Fresnes, 2e division Nord, 1er étage. Voilà déjà cinq mois que l’administration me bloque dans les maisons d’arrêt de la région parisienne. Et aucune nouvelle d’un éventuel transfert vers un centre pour peine. Au moins ce séjour m’aura permis de constater une fois encore combien, à l’époque du néo-conservatisme triomphant, la détention des prisonniers politiques repose sur deux piliers fondamentaux : la sécurité militarisée et l’incessante exigence de repentir. Pour la première, ils ont leurs escadrons de cagoulés et les fusils des miradors. Pour la seconde, la règle a développé ses ordres séculiers : assistantes sociales, juges d’application des peines (JAP), directeurs, journalistes judiciaires et bons pensants. À peine me croisent-ils que la question leur brûle les lèvres : « Regrettez-vous ?… Monsieur Rouillan, si vous exprimez des regrets, votre demande de conditionnelle sera examinée d’un tout autre œil… » À chaque instant, malgré les ans, l’interrogation revient sur le tapis. Leur morale instaure le chantage permanent (à sa suite pointent les représailles du prochain transfert, celles des conditions de détention et la libération repoussée) et proscrit tout questionnement sur le questionnement lui- même. Jusqu’à présent, je gardais une position de principe, la même réponse qu’aux juges et autres condés. Invariablement : « Je refuse de répondre à la question. »

Car qu’est-ce que c’est que cette notion tyrannique, si ce n’est une contrition judéo-chrétienne ? Bien évidemment, le « regrettez-vous ? » ne s’adresse pas aux auteurs des actes les plus graves, mais bien à ceux qui ont lutté contre le système. Imaginez-vous Mitterrand exiger des regrets des généraux putschistes algérois avant de les amnistier ? Avez-vous entendu parler d’un juge ou d’un journaliste ayant osé poser la question à Papon et à Aussaresse, sinon aux tueurs de l’OAS ? Ou aux cadres de Luchaires et de Giat ayant approvisionné en matériels de guerre et fusées de feu d’artifice les massacres de la guerre Irak/Iran ? Jamais ! Et aux dirigeants de Protec ayant livré clés en main une usine de gaz chimique à Saddam Hussein ? Pas plus ! Non, aujourd’hui, il faut se repentir de s’être opposé et demander grâce pour s’être rebellé. L’apothéose réactionnaire est telle qu’après deux décennies de prison - et quelle prison : isolement total, restrictions en tout genre, violences… - ils aimeraient en sus une mortification publique, tenue en laisse, la tête couverte de cendres.

Socialo ou carrément de droite, ce n’est pas un problème de camp politique. En effet, la semaine où ils m’ont posé la question pour la énième fois, à Madrid est apparue une polémique à peine née que déjà étouffée. Le gouvernement de Zapatero a invité des vétérans de la Division Azul à défiler le jour de la fête nationale, qu’ils considèrent comme le jour de la « célébration de la race » (blanche). Pour les plus jeunes, je rappellerai qu’il s’agit des volontaires fascistes engagés dans les SS pour combattre sur le front de l’Est. Ils furent responsables de massacres non seulement sur le champ de bataille, mais aussi de retour au pays dans les pelotons de fusilleurs d’opposants. Leur a-t-on demandé s’ils regrettaient avant d’affirmer qu’une page était tournée et que jamais il n’y aurait de dénazification de l’Espagne ? [1] Il est clair que la page se tourne, mais toujours au profit des mêmes. Car pour être reconnus, les combattants anti-franquistes doivent montrer patte blanche. La mode de l’époque est à la rouverture de procès tendant à démontrer leur innocence [2]

Quelle mascarade pitoyable ! Et dire que des communistes et des anarchistes collaborent à ces caricatures judiciaires, laissant aux juges, souvent des anciens fascistes ou formatés au néo-franquisme, le soin de trancher la question. Ces camarades trahissent l’engagement de ceux qu’ils prétendent défendre. Qui sont les vrais coupables ? Ceux qui ont combattu le fascisme à la vie à la mort ou ceux qui les ont froidement assassinés, les juges militaires, les policiers, les bourreaux, les responsables du parti unique ? Mais peut-être ces histoires sont-elles trop anciennes pour les jeunes d’aujourd’hui ? Qu’importe, car les exemples ne manquent pas. Les mêmes socialistes espagnols montrent qu’ils ne regrettent rien de leur implication dans la création des escadrons de la mort des GAL ayant sur le seul territoire de l’État français causé la mort de vingt-trois militants et habitants du pays basque. Justement, cette affaire date de l’époque des faits qu’on nous reproche. Au mois d’octobre dernier, après seulement six ans, le gouvernement a libéré le général Galindo, pourtant condamné à soixante-quinze ans de réclusion. Pensez-vous qu’on ait demandé à ce Garde Civil s’il regrettait d’avoir enlevé deux réfugiés à Bayonne, de les avoir conduits dans une caserne désaffectée, de les avoir sauvagement torturés des jours et des nuits jusqu’à ce que mort s’ensuive, et de les avoir enterrés en catimini sous la chaux vive à mille kilomètres de là ? Comme les faits de rapt suivi d’assassinat se sont déroulés en France, que des complices impliqués dans les dossiers sont toujours en poste dans la police française, à quoi bon s’interroger si quelqu’un lui a demandé « regrettez-vous ? » Bien sûr que non ! La question ne viendrait pas à l’esprit d’un juge ou d’un journaliste ou de quiconque d’honnête, bon catholique et respectueux des lois. Parce que, comme il se doit, la mise en avant des credo apostoliques remet à l’usage quotidien les pires tartuferies. Et chaque fois que les représentants de l’ordre moral, religieux, judiciaire, militaire et policier exigent de moi cette repentance, je comprends que le pourquoi ayant motivé ma lutte depuis le combat contre Franco demeure d’actualité. Pourtant, ne croyez point que je ne regrette rien. Après dix-huit ans de prison, je regrette par exemple les parfums d’une forêt de pins après la pluie d’orage, les rues désertes à certaines heures crues de la nuit, les rires des camarades, ceux qui n’en reviendront plus et qui ne quittent jamais nos souvenirs, les cavalcades insurgées sous les grenades lacrymogènes et les balles sifflantes comme des guêpes… Enfin, pour vous dire que je regrette mille choses.Et décidément, « on peut regretter les meilleurs temps mais non fuir aux présents ». Ce n’est pas de moi mais de Montaigne.

Publié dans CQFD n°17, novembre 2004.


[1] Durant les vingt ans où ils ont dirigé la mairie de Madrid, les socialistes du PSOE n’ont pas débaptisé la rue de la Division Azul ni les autres rues portant un nom tiré du panthéon fasciste. Comme a dit un ministre, s’il fallait jeter dehors tous les fascistes et ceux qui ont collaboré avec le fascisme, il ne resterait pas grand monde dans le pays. Je lui donne raison là dessus. Mais le cas était identique en Allemagne, cela a-t-il empêché la tenue du procès de Nuremberg ?

[2] Par exemple, le procès de Puig Antich, dernier garrotté de l’époque franquiste en mars 74, sera rouvert prochainement, comme celui de Delgado y Granado, militants anarchistes assassinés dix ans plus tôt.





>Réagir<

EXTORSION DE REGRETS
MARIO KEKIC | 12 juillet 2010 | LE CONTRAT SOCIAL
Autrefois, il était très compliqué pour les citoyennes les citoyens Français d’avoir accès au savoir et à l’information qualitative censurée et réservée pour les hommes politiques et les notables. Certes le savoir était disponible dans les bibliothèques, mais chasse gardée pour une certaine élite car indéchiffrable par le peuple. Par exemple, un fils d’instituteur ne pouvait pas prétendre au poste de chef d’état. Cela ne pouvait se réaliser que sur plusieurs générations. Les différentes presses et autres médias appartenant ou étant financés par les propriétaires des grandes entreprises, s’auto-censuraient, obéissant à ces mêmes hommes politiques. De leur côté, les salariés se sont organisés en syndicats et ont créés leur propre presse parallèle afin d’éduquer et informer au maximum la classe ouvrière. ( Au XIXe siècle, les ouvriers remarquaient justement que le sort des esclaves de Rome était plus enviable au leur, car si ces derniers n’étaient certes pas payés, au moins n’avaient-ils pas besoin de voler pour manger ni squatter pour se loger comme le petit peuple sous-payé ) Excédés par tant d’injustice, la main d’oeuvre s’est mobilisée pour faire des grèves qui ont permises des avancées sociales significatives. Ainsi, les hommes puis les femmes ont obtenus le droit au suffrage universel. Les congés payés ont permis aux travailleurs d’accéder enfin aux loisirs et de voyager pour échanger des points de vue avec les habitants des autres pays du monde. Aujourd’hui avec la venue d’Internet, la presse officielle ne peut plus museler l’information comme autrefois. Celle-ci circule à la vitesse du son à travers les réseaux sociaux. Toutes les informations sont disponibles pour tout le monde instantanément. C’est une nouvelle révolution mondiale. EXTORSION DE REGRETS
mario kekic | 27 août 2009 | Le fric c’est chic !

PAYER POUR VOTER ! AUCUNE CHANCE AU TIRAGE !

2 à 3 euros multiplié par 10 000 000 ! Pas cons ces socialistes ! Et même les étranger peuvent le faire ! Alors là ! C’est la meilleure ! Ce plan, c’est mieux que le loto ! Sauf qu’il n’y aura pas de gagnant, à part eux ! Ils ne manquent vraiment pas d’air ! Cela donne aux Français un avant gout de leurs programme au cas ou ils seraient élus. SANS FOUTRE PLEIN LES POCHES !!!

EXTORSION DE REGRETS
MARIO KEKIC | 7 juillet 2009 | NOIR DESIR
Vous n’imaginez pas l’arriération de nos adversaires ! L’aliénation absolue de leur cerveau n’est comparable qu’aux miettes de leur parti politique réduit en lambeau et référencé médiatiquement. Il faut bien qu’ils paient, ces ringards ! De nous avoir pris, nous de l’UMP, pour des êtres d’après eux inhumains, mangés de l’intérieur. Eux qui ont proférés que nous étions des mannequins glacés, insensibles et bêtes, sans le temps de vivre, sauf au matiérisme et à la réussite individuelle, il leur en coûte finalement de disparaître, payant à leur tour pour leurs opérations chirurgicale esthétiques, mais prouvant aux Français leur incapacité à gérer le destin du monde. Vous n’imaginez pas ce qu’ils sont eux ! Pourtant nous autres, qui n’avions pas le temps avant de nous inquiéter du destin du monde, oppressés par leur pensée socialiste. Nous allons vite, très vite, plus que politique, nous sommes universels, génériques, tel le vol du météore, de la comète, décomplexés par l’argent, qu’ils aimaient autant que nous, voire plus. Peut importe que je vous en parle, peut importe ce que j’en sais, je ne vois que huit milliards de crétins asservis, sauf mes amis ! C’est moi qui ai fait la confiture pour leurs cochons ! C’est moi qui ai fait que nous traversons tous ce temps, omniprésents et omniscients. C’est moi qui ai voulu que notre philosophie envahisse le monde, que nous ne connaissons pas, peuplé de militants des profits immédiats quotidiens de l’inhumanité et autres business de l’immobilier. Oui, nous sommes riches, très riches, car il y en a qui peuvent payer ! De ces profits immédiats, des faveurs des medias, car ils ne font juste que comme moi ! Qu’est ce que vous croyez ? Nous sommes devenus la nouvelle référence. Nous connaissons le tout Paris et les femmes aussi. Mes amis d’ouverture ne veulent plus être des crétins asservis, qui n’ont pu prendre le coche universel à leur survie. Qui veut de nous et des os de nos esprits ? Qui veut entrer dans la toile de notre réseau ? Nous sommes des hommes pressés ! Des hommes pressés ! Des hommes pressés !² EXTORSION DE REGRETS
MARIO KEKIC | 3 février 2009 | Moi, j’emmerde le FMI

Du temps de Giscard, lorsque les banques augmentaient leurs teaux d’intêrets de façon ignoble à 17 %, Il avait réglé le problême en augmentant l’inflation à 15 % ce qui annulait leurs profits et relancait la croissance.

Mitterrand, pour faire plaisir aux Allemands réduisit l’inflation à quasiment zero. La politique teutone à toujours été calquée sur les Japonais qui voulaient une monaie forte, se disant que comme ils produisent des technologies de pointe, ceux qui voudraient les achetter seraient obligés de payer le prix fort.

La France étant avant tout un pays agricole, nous avons des intérêts opposés.

La Grande Bretagne à voté non au roi euro, mais nous on à gobés et à présent, nous voilà embarqués dans le train fou dirigé par l’intransigence Allemande.

D’ailleurs, il n’est pas sur que les Allemands ne finissent pas par payer eux même la débilité de leur dirigeants.

Depuis l’euro, il est sur qu’il manque mille euros par mois à chaque Français.

Dominique Strauss Khan, le patron du tout puissant et dangeureux FMI, raconte sans rire aujourd’hui, que ce sont les liquidités de la Chine qui vont sauver le moinde de la recession !

500 Milliards virtuels pour sauver les banques n’est pas 500 milliards virtuels à injecter dans la consomation, car la contre valeur commerciale de celle-ci est différente de l’utilisation des banques de cet argent, disent-ils !

Quand est ce que les dirigents Européens feront pression sur l’Allemagne et sur sa politique de l’autruche qui ne sert que ses interêts et qui nous conduit à la misère. Après avoir payé pour les pays de l’est, prenons aussi la Turquie et pourquoi pas l’Ukraine.

Comme ça, on deviendras aussi misérables que les pays du tiers monde !

EXTORSION DE REGRETS
MARIO KEKIC | 23 mars 2008 | LA SOLUTION

Il suffirait, pour relancer la croissance en France, de verser à absolument tous les Français ayant atteint la majorité un minimum de vie d’environ 1000 euros.

Pour cela rien de plus simple : imprimer des billets (l’Histoire nous prouve que c’est arrivé quelques fois, plus souvent qu’on ne le pense).

Tous les mois, chaque personne aurait entre 800 et 1000 euros. Non seulement les personnes qui travaillent ne s’arrêteraient pas de travailler car la somme n’est pas suffisante pour bien vivre mais en plus ceux qui n’ont pas d’emploi ou que des emplois précaires pourraient néanmoins consommer beaucoup plus régulièrement.

Cela relancerait la consommation, donc la production, donc les emplois, donc la consommation, donc etc etc etc… ceci n’est pas une utopie, c’est un système étudié par des économistes chevronnés.

Pourquoi n’est-il pas mis en place ? parce que les disparités sociales et l’absence de bonne éducation entraîne la division. Les gens se détestent, et de plus en plus, s’isolent… Si le peuple n’est pas uni, il n’a pas la possibilité d’affronter un ennemi commun, en l’occurence ici l’Etat. Ce sont les gouvernements successifs de ce pays qui le plonge dans la dépression, et volontairement, pour continuer à satisfaire les besoins toujours plus importants du MEDEF. N’oubliez pas que depuis une poignée d’années, les entreprises licencient même quand elles sont largement bénéficiaires pour la satisfaction de leurs actionnaires et de leurs groupes de petits porteurs… Et ce n’est pas fini, les fonds de pension arrivent et vous verrez les retraites disparaitre ! Ne dîtes pas que vous n’aurez pas été prévenus. Il suffit d’un peu d’éducation pour comprendre cela !

TIMEBUSTER

HAUTE-TRAHISON
MARIO KEKIC | 29 mars 2007 |

MOURIR DE RIRE

Ballavoine, Coluche, Beregovois, Grossouvre etc……… Sang contaminé, Rwanda, Milliards détournés etc…….. Ecoutes illegales etc……….. SCANDALE PEDOPHILE DE L’AGENCE ELITE Combiens (DONT MOI-MÊME LE PREMIER feu PACO REINHART jusqu’a l’arrivée de le droite au pouvoir) étaient méprisés et traîtés avec (ségol) HAINE par Mitterrand et sa cour “royale” comme des farfelus ridicules, mais cependant suffisement sérieux pour en mourir et périr dans l’obscurité du ROYAL(ISME) en ces temps-là ? La nuit socialiste les à avalé !) Encore une bavure rouge délavée de plus. Reste-t’il des fous nostalgiques du sang contaminé, des hausses d’impôt pour financer la garde-robe de Ségol(haine) et Dieu sait-il lui-même quelle démoniaque nouvelle invention de plus ? Franchement, je me demande parfois qui des socialistes ou du front nationnal sont le plus dangereux ?

Qui oserais dire que Jacques Chirac n’a pas remplis son contrat auprès de tous les Français après la frayeur des dernières éléctions ? J’éspère que les Français n’oublierons pas ces maudites années nationnal-socialistes au sombre passé vichiste et puisque Jacques Chirac à décidé de ne pas se représenter, qu’ils voterons tout de même UMP en la personne de Nicolas Sarkozy, au-moins par respect pour la paix civile et millitaire que ce parti politique leur a garanti jusqu’à aujourd’hui. Français, voulez-vous encore des hausses d’impôts ? Telle est la question ! Le programme socialiste est au moins clair là-dessus. Si la gauche passe, ce sera des hausses d’impôt pour (ha ! ha !) financer le social(isme) ! Si la droite reste, ce sera le bouclier fiscal et la richesse par le mérite. Si les extrêmes passent (quel qui soient), ce sera la guerre civile. Et qu’on ne me dise pas que Sarkozy est un facho ! Il a fait supprimer la double peine pour les détenus étrangers et a montré qu’il réspéctait l’islam comme toute autre religion quand elle était pratiquée pacifiquement dans les lois de la république. J’ESPERE SEULEMENT QU’IL SUIVRA MON CONSEIL : PREMIEREMENT, IMPOSER LE SYSTEME ESPAGNOL BELGE OU ALLEMAND SUR LA PROSTITUTION DEUXIEMEMENT, LEGALISER LE KIFF COMME AUX PAY-BAS, TROIXIEMEMENT, CONTROLER ET DISTRIBUER GRATUITEMENT ET TOTALEMENT LES DROGUES DURES, SOUS PRESCRIPTION MEDICALE, CECI SOUS PEINE D’EXTERMINATION TOTALE ET DEFINITIVE DES CONTREVENANTS. (sans elliminer les resaux, mais en leurs laissant le kiff, les drogues dures se distribuant exclusivement en pharmacie) VIVE LA SECU, L’ANTI-PEDOPHILIE ET L’ANTI-TERRORISME ! Pour ceux qui s’obstinnent à voter socialiste, je respecte mais je leurs dis franchement, Segol(haine), arrêtes ta “Haine”attitude, ta crétinnitude et ta politique Royal(iste) ! Tu dis que les patrons n’ont plus le droit de virer leurs employés, par ce que “TOI”, tu veux devenir le patron suprême !!! LE POUVOIR DE NUIRE ENCORE COMME AU BON VIEUX TEMPS DE MITTERAND !!! Hein ? Le socialisme, oui ! Mais que “RIEN” que pour toi et les tiens ! Tu critiques, mais tu n’as rien à de nouveau à proposer. Tu dirais nimporte quoi, juste pour arriver au POUVOIR miam miam miam miam miam slurp slurp Je me demande (en annalysant ta voix et en observant ton sourire hypocrite) quel est ton but ultime ? Moi, c’est sur, je ne te confirais pas le FEU NUCLEAIRE !!! brrrr ! J’en ai froid dans le dos rien qu’a penser à cette éventualité ! Toi, si tu devais quitter le pouvoir dans cinq ans, je me demande si tu ne serais pas prête à brûler la terre entière, tellement tu réspire la fourberie et le mensonge. De toute façon, parait-il qu’en décembre 2012, c’est la fin du monde !

En tout cas, mon passeport est prêt ! Je jure que si tu gagne, je pars vivre en Amérique car même le Luxembourg sera trop prêt de toi ! Je te connais et je sais de quoi tu est capable !

time don’t love you

TIMEBUSTER NE VOTE PAS POUR DES INCAPABLES CAPABLES SEULEMENT DU PIRE http://www.geocities.com/apostolvs/ARMAGEDON.htm

FRANCAIS, JE VOUS AURAIS PREVENU QU’ ON SAIT SE QU’ON QUITTE MAIS QU’ON NE SAIS PAS OU ON VAS ! FAIRE LE CHOIX DE VIVRE EN LAISSANT MOURIR OU VIVRE EN LAISSANT VIVRE ?

TIMEBUSTER VOTE UMP

MITTERAND BRÛLE EN ENFER !

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |