Accueil
Sommaire du N°017
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°017



ANTHOLOGIE D’UN MOIS DE SÉCURITÉ

Mis à jour le :15 novembre 2004. .


… d’un mois de sécurité

Cette anthologie accompagne l’article « Soulèvement de quartier contre la violence » publié dans CQFD n°17, disponible actuellement en kiosques et librairies.

« Hier soir, le quartier de la Plaine-du-Lys, à Dammarie-lès-Lys, était sous surveillance policière. Objectif : maintenir le calme dans cette cité dite sensible. […] “Jeudi soir, alors que je me rendais chez ma mère, j’ai aperçu un groupe de six ou sept personnes sur le parking Provence. Parmi eux, il y avait des membres de ma famille. Je me suis approché. On a assisté à une interpellation. Les forces de l’ordre, environ vingt-cinq personnes, nous ont ordonné de dégager en nous donnant des coups. En fuyant, j’ai perdu l’équilibre. Quand je me suis retourné, j’ai reçu un coup de tonfa en plein visage. Les policiers se sont alors repliés”, raconte Omar. Un ami le conduit aux urgences de la clinique des Fontaines, à Melun, où un médecin constate dans son certificat médical “une plaie, une déviation et une fracture au niveau du nez”. »
Le Parisien
(édition Seine-et-Marne sud), 09/10/04

« Placé en garde-à-vue, samedi 9 octobre, au commissariat du 17e arrondissement de Paris, Abdel Hafid Rouag, un chauffeur-livreur parisien de quarante-six ans, a atterri, le lendemain matin, à l’hôpital Bichat dans un coma profond. Il est décédé vendredi dernier. Laissant derrière lui une femme, trois enfants et beaucoup de questions sans réponses. Dont l’une, qui vient immédiatement à l’esprit : a-t-il été victime d’une bavure policière ? »
L’Humanité
21/10/04

« Yassine n’avait pas ses papiers. Le 10 juillet 2001, ce mineur de 17 ans a été conduit au commissariat d’Asnières pour une vérification d’identité. Il en est ressorti deux heures plus tard avec “une contusion du globe oculaire, du poignet et du dos, de multiples érosions cutanées du visage et du cou et des hématomes du cuir chevelu”, selon le certificat médical établi le jour même. Yassine avait également un testicule éclaté, qui a dû faire l’objet d’une ablation. Trois ans plus tard, jeudi 15 octobre, le tribunal correctionnel de Nanterre a tenté de comprendre ce qui avait pu se passer dans les couloirs du commissariat, dont deux policiers ont été mis en examen. […] La magistrate préfère écarter le témoignage accablant d’un témoin jugé “pas crédible” pour retenir celui d’une avocate, “en bons termes avec le commissariat”, qui n’a rien vu et rien entendu. […] Elle requiert donc la relaxe des deux fonctionnaires, “faute d’infraction” à leur reprocher. Jugement le 14 décembre. »
Le Monde
16/10/04

« Une des avocates des “faucheurs volontaires” a déposé plainte mardi au tribunal d’Auch, au nom de vingt-deux personnes victimes de “violences policières” lors d’une tentative de fauchage d’un champ de maïs transgénique. […] Les plaignants blessés ont eu des arrêts de travail avec incapacité temporaire allant jusqu’à trois semaines, selon l’avocate. L’un d’entre eux a été victime d’une fracture d’une jambe, deux autres ont été touchés par des éclats métalliques, et plusieurs ont eu les tympans percés ou abîmés. »
Sud-Ouest
27/10/04

« Un accident : c’est la conclusion du procureur de la république après le drame survenu dans la nuit de samedi à dimanche. Un brigadier-chef de 46 ans a reconnu être l’auteur du coup de feu mortel qui a tué l’un de ses collègues, lors d’un repas arrosé organisé entre six policiers dans une salle de repos du commissariat de Nantes. »
RTL
18/10/04






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |