Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°019
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°019


LA CHANCE AUX CHANSONS

CE QU’IL FAUT DODELINER DE LA TÊTE

Mis à jour le :15 janvier 2005. Auteur : Mystic Punk Pinguin, Pierre Etbunk.


Fire Warriors : derrière ce nom belliqueux se cache un des groupes marseillais les plus originaux du moment. Sous leur présentation impeccable, cousue de pantalons à pince, de chemises classe et de souliers vernis rappelant les 60’s, il y a une bande d’allumés qui vont loin dans le délire que délimite l’usage conjugué d’une guitare, d’une contrebasse et d’un saxo. Les Beach Boys rencontrent Zappa, ne s’en remettent pas et copinent avec Buck 65. Capables de passer de l’human beat box à des instruments balinais, d’un slow bluesy à du métal unplugged, de hurlements de damnés à une voix de crooner, leurs prestations scéniques sont généralement furieuses et propices aux dérapages musicaux les plus jouissifs. Pour un avant-goût de leur univers fondu : http://firewarriors.free.fr.

Autre formation marseillaise, Vibrion est une pionnière de la scène slam locale. Sur des instrumentaux envoûtants et hypnotiques, sa paire de voix délivre des textes caverneux d’une poésie rare en variant du haletant au lyrique, de la mitrailleuse hip-hop à l’ambiance planante. Au duo vocal s’ajoutent un guitariste, un bassiste et un contrebassiste, des samples, de la guimbarde et parfois du violoncelle. On pense à l’ambiance du fabuleux On croit qu’on s’en est sorti de Serge Teyssot Gay, à du Diabolgum, du Anticon. Chaque morceau est une aventure à part entière. De Fresque à Fusées en passant par L’amérique, Vibrion t’embarque vers des continents dont on n’est pas trop pressé de revenir.
Contact : vibrion.lesfilantes@caramail.com

Ce mois-ci, pas de chronique du dernier CD qui fait pogoter de joie le chenil du squatt anarcho-punk de la proche banlieue. Mais que les lecteurs à crêtes, docs coquées ou perfs cloutés se rassurent, il ne s’agit pas là d’une résolution de nouvelle année qui m’engagerait à ne chroniquer à l’avenir que des CD qui s’écoutent en sirotant du lait de chèvre labellisé AB. Le bon vieux folklore keupon ne fait que s’éclipser temporairement, le temps pour moi de vous causer d’un projet de compil’ de soutien au journal. Face à la situation financière précaire de CQFD et aux procès infligés par la Croix-Rouge, l’animateur du label Dadaprod, lecteur assidu du canard, a eu l’idée de demander à tout musicien de bonne volonté de composer bénévolement un morceau sur le thème « que faut-il détruire ? ». Les titres seront rassemblés sur un CD dont les petits malins devinent déjà le nom, vendu au profit du canard à un prix raisonnable. Tous les styles musicaux sont les bienvenus, le but étant que chacun s’exprime selon ses envies. Les enregistrements devront être rendus fin avril 2005, pour un mastering en mai/juin et un pressage pendant l’été. Pour les groupes qui n’ont pas les moyens techniques d’enregistrer dans leur coin, Dadaprod se propose d’organiser une assistance technique (enregistrement, mix) dans les limites de leur proximité à la capitale. Les groupes alléchés par cette bonne cause sont invités à prendre rapidement contact avec Stéphane, du label Dadaprod, en lui envoyant un mail à compil.cqfd@dadaprod.org

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°19 DE CQFD, JANVIER 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |