Accueil
Sommaire du N°020
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°020


RAPPORT BÉNISTI SUR LA PRÉVENTION DE LA DÉLINQUANCE

ALERTEZ LES BÉBÉS !!

Mis à jour le :15 février 2005. .


Courbe évolutive d’un jeune qui au fur et à mesure des années s’écarte du « droit chemin » pour s’enfoncer dans la délinquance, voilà le titre de la seule illustration du rapport Bénisti sur la prévention de la délinquance, remis au ministre de l’Intérieur en octobre 2004. Selon le graphique, les « comportements déviants » commencent dès la maternelle. On pourrait en rire, mais ce rapport truffé de fautes d’orthographe est bien dans l’air du temps : un air vicié qui pue l’enfermement et la connerie. La BNP fait 24% de profit de plus en sabrant ses clients à coups de frais de gestion exorbitants, mais c’est le gamin chahuteur qui est antisocial. D’après ce rapport signé par des députés UMP, UDF et PS, la racine du mal se situe surtout dans les foyers pauvres où on parle une langue étrangère (le « patois » du pays d’origine, comme dit le génial rédacteur). À partir de là, la courbe ascendante de la « déviance » s’envole jusqu’au grand banditisme. C’est-à-dire qu’au lieu de devenir PDG de Total ou maire de Nice, ces sales gosses dealent des drogues illégales ou braquent des banques honnêtes. « On constate des actes de violence insensés commis par des jeunes qui ne se rendent pas compte de la portée de leurs actes et qui n’ont aucune conscience d’autrui. La déshumanisation de la violence et le non-respect est intolérable et doit être combattu avec la plus ferme sanctions. » [sic] On comprend pourquoi Villepin n’était pas chaud pour envoyer des troupes en Irak : il a besoin de toutes ses forces pour intervenir sur la moindre guerre des boutons à la sortie d’un collège.

Christian Estrosi, député des Alpes-Maritimes et président du Groupe d’études sur la sécurité intérieure est un des signataires de ce pensum. Il y a quelques jours, coincé dans une salle d’attente de Roissy, M. le député perd patience et, d’un geste un peu brusque, brise une porte vitrée. Selon le rapport Bénisti, on pourrait classer ça dans la rubrique des « actes de malveillance » à réprimer avec la plus grande fermeté. La maman d’Estrosi lui parlait-elle en patois ? Quant à Christophe Masse, député socialo de Marseille qui a aussi signé le pamphlet parlementaire, il s’en excuse : « J’ai pas assisté à toutes les réunions »… On rigole, mais à la fin ça se corse. En annexe, la SARL PJC Conseil dresse un portrait glaçant de la société idéale. « Prévention de la malveillance et réduction du sentiment d’insécurité par l’urbanisme et la conception des bâtiments. PJC Conseil (partenaire de la Société AXILYA - Groupe AREVA) propose à ses clients des prestations de conseil dont le centre de gravité est basé sur la maîtrise des risques ». Comment ? Par « l’adaptation de la méthodologie définie pour le nucléaire […] au domaine civil ». Nos sous-traitants de la nucléocratie française prescrivent une ville méticuleusement planifiée, où le délinquant potentiel - dis, Estrosi, pourquoi tu tousses ? - se sentira partout observé. « Une conception claire et dépouillée portant conjointement sur l’extérieur et l’intérieur du bâtiment peut aider à la surveillance des lieux surtout lorsqu’elle est associée à un bon éclairage naturel et artificiel. » Il faut que le public se sente « propriétaire des espaces publics », afin de « défendre [son] territoire contre les délinquants, qu’ils viennent de l’intérieur ou de l’extérieur », en usant des « avantages liés à la proximité de lieux où la présence humaine est permanente - commissariats de Police, casernes de pompiers - ou à l’existence de périmètres de sécurité bien entretenus entourés de murs et de clôtures élevées », à travers « le maximum de surveillance possible de propriété à propriété », et bien sûr en fonction des « exigences du marché ». Bien que « les problèmes liés à la sécurité [puissent] être influencés par les éléments naturels, tels que fleuves, rivières et terrain accidenté, le temps, la saison, ou des facteurs saisonniers » et « la proximité des lieux de rassemblement public par exemple : terrain de football et d’autres sports, des débits de boisson ou terrains de jeux ». Elle est pas belle la vie atomisée ? En grandissant dans un tel décor paranoïaque, qui aura encore peur d’aller en taule ? Contre la construction d’une prison pour mineurs à Lavaur, dans le Tarn, un tract citait le journal L’Envolée : « Construire des prisons pour enrayer la délinquance, c’est un peu comme construire des cimetières pour stopper une épidémie. »

Publié dans CQFD n°20, février 2005.






>Réagir<

> ALERTEZ LES BÉBÉS !!
Pierre | 11 mars 2005 |
Votre journal interessant est triste a mourir. On se croyerait dans un organe politique sans idee. Vous avez apriori la chance de ne pas etre infeode… profitez en. laissez vous allez a des enquete en dehors de vos thematique qui vous ressemblent comme deux et deux font quatre. Vous etes des gens bien mais tristes comme une feuille assedic. Pierre > ALERTEZ LES BÉBÉS !!
Joël GROUFFAUD | 21 février 2005 |
Tout ça se passe dans un pays qui vient de rendre obligatoire l’apprentissage de la Marseillaise à l’école primaire (amendement Rivière dans la loi Fillon), pour faciliter « l’assimilation des populations extérieures ». Jusqu’à quel point serons nous des moutons ? > ALERTEZ LES BÉBÉS !!
jpslsbb | 19 février 2005 |
je suis comme vous je m’insurge contre ses procedes emmanent du pouvoir en place . si quelqu’un doute du fait que la justice est a deux vitesses ils n’ont qu’a lire votre article !!!!!!! je peux laisser mon adresse jpslssb@hotmail.fr je suis a votre dispostion
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |