Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°020
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°020


CHRONIQUE DE GUERRE

L’EUROPE, UN EXEMPLE POUR LA TURQUIE

Mis à jour le :18 février 2005. Auteur : Jean-Philippe Turpin.


Je suis né en 1969 dans le district de Bilecik, au Kurdistan turc. Ma famille a toujours apporté une aide au mouvement national d’indépendance du Kurdistan. Mon frère a été l’un des fondateurs du PKK en 1978. Il en est resté l’un des dirigeants jusqu’en 1999. Chez moi, j’ai très vite été habitué à subir les persécutions, les menaces, les gardes à vue. Ce n’est pas par fierté que je revendique d’avoir été arrêté à 16 ans à la suite d’une manifestation et emprisonné pendant trois mois, ce qui m’a donné une expérience toute personnelle de la torture et des mauvais traitements qu’avaient subis mes aînés et que subiront mes cadets. J’ai connu les pires heures de la répression turque : dans les années 80, les villes kurdes, dirigées par des super-préfets ayant des pouvoirs de police, étaient sous le régime de l’état d’urgence. Toute ma famille a payé chèrement son engagement politique. Beaucoup ont cherché refuge en Europe. Tout en continuant mes activités politiques, j’ai moi-même tenté de fuir vers cette « Europe des droits de l’Homme » pour sauver ma vie.

La Convention de Genève dit que « peut se prévaloir de la qualité de réfugié toute personne craignant avec raison d’être persécutée en raison de ses opinions politiques, de son groupe social ou ethnique, qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ». Dans les faits : en Allemagne, quatre ans d’attente sans obtenir de titre de séjour. Au Danemark, sept mois de prison pour infraction à la législation sur le séjour des étrangers, et quand je tente de retourner en Allemagne, celle-ci refuse ma réadmission. En Grande-Bretagne, deux ans de prison sur demande du ministère de l’Intérieur avant qu’on examine ma demande d’asile. On m’enjoint de trouver un pays en mesure de m’accueillir. Aucun n’accepte. Je me tourne alors vers la Cour européenne des droits de l’homme, ce qui me vaut une mention dans le rapport d’Amnesty International de 1997. La Grande-Bretagne finit par m’accorder le statut de réfugié politique. Comme j’ai des opinions politiques, j’en profite pour rejoindre la Syrie puis l’Irak où je continue à militer pour l’indépendance du Kurdistan.

No man’s land

À nouveau inquiet, je décide de retourner en Grande-Bretagne. On m’y refoule vers la France. Celle-ci, qui respecte les critères turcs en matière de droits de l’homme, me place en centre de rétention et décide de me renvoyer vers mon pays. Lequel ? J’ai été déchu de ma nationalité turque en 2000. Il faudra une procédure juridique démontrant que je risque la prison à vie et des traitement inhumains pour que la décision française de me « reconduire » soit finalement cassée. Me voilà aujourd’hui dans un no man’s land, suspendu aux humeurs d’hypothétiques pays d’accueil. Certes, j’ai appartenu à un mouvement qui a choisi la lutte violente pour exister. Cela me vaut la qualité de persona non grata en Union Européenne. Mais cette violence s’est très largement réduite depuis la fin des années 90. Et n’oublions pas que l’état turc a tué 30 000 Kurdes dans les années 80 et qu’il ne reconnaît toujours pas la souveraineté de mon peuple. Et puis, avant de donner des leçons de morale à la Turquie, l’Europe pourrait s’interroger sur la manière dont elle met en pratique les principes qu’elle brandit.

Recueilli par Jean-Philippe Turpin

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°20 DE CQFD, FEVRIER 2005.






>Réagir<

L’EUROPE, UN EXEMPLE POUR LA TURQUIE
| 22 avril 2006 |

qeuel que mots pour soi disant turc integre…..

suin kurde contre vilolance et prejuges bien integre valeur universel…

vu recit kurde violant, vu reagisement turc integre ;

ci 45 pourcent kurdes etais neutralise turc,,,pour qua 100 pour 100 turc sont racistes et contre valeurs humains ?

avant 1915 ya avait combien armeniens dans turquie et il reste combien ?

,,,,un milion et demi armanienns sont massacre par turcs ,,une nation raye par genocide,,,

toi soi disant turci integre en france,,,sui certain tu serais tres heureux ci ta etat raciste massacre 33 milyon kurdes,,,,

ta pas honte ?

> L’EUROPE, UN EXEMPLE POUR LA TURQUIE
| 3 juin 2005 |

Je tiens a rappeler que la Turquie accueille plus de 15 millions de Kurdes, dont 45% naturalisé Turcs. Je ne comprend pas qu’un Kurdes ou autres nationalités puissent manifester leur idéologie politique dans un pays d’accueil, c’est comme les étrangers qui n’ont pas de droit au vote en france, ils souhaitent manifester leurs tendances politiques ! Maintenant vous êtes en france, pourquoi les refugiés politiques de tous pays confondus qui sont en France ne manifeste plus. Tous ça c’est du faux ! c’est une manière très facile de pouvoir entrer en France, Les propos reccueillis sont à 80% identiques à tous les refugiés en france ce sont des copier coller de lettres qui sont adréssé à OFRA en parlant que dans leurs pays il y a du fachisme alors que c’est pas le cas, toutes nationalités confondus et même des Turcs vous voyez ! En immaginant des Kurdes qui se trouvent entre l’allemagne la suisse et la France et que les Kurdes insitant sur le fait qu’ils souhaitent s’approprier l’alsace, déjà je ne suis pas persuadés que la France accepte, alors bonjour les attentats !! Je ne suis pas persuadés non plus que les Français accepte de voir leurs familles & leurs enfants mourir dans des attentats. Alors arrêtons l’hypocrisie disons pûtôt que c’est pour rentrer en France parce que la Turquie ne l’a pas accepter ! Rappel : 60000 morts en Turquie par le PKK. Venez en France, Terre d’accueille Mme Mitterand vous aideras ! J’ai des amis Kurdes et Arméniens Sincères et juste qui ne pense pas les mêmes choses.

disons les choses comme elle le sont ! arrêtons le mensonge !

Un Turc integré !

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |