Accueil
Sommaire du N°020
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°020



ON N’EST PAS DES SAUVAGES

Mis à jour le :15 février 2005. .


« 1. Le Collectif d’Action Contre le Chômage d’Alès et des Cévennes s’est constitué spontanément, il n’a pas de leader et se compose de personnes venant d’horizons divers, privées d’emploi ou non et qui ont comme objectifs communs : la volonté de lutter contre le chômage et la précarité avec la ferme détermination de mettre fin aux injustices économiques et sociales qui y sont liées.

2. Les membres du Collectif n’agissent que pour les chômeurs et les précaires et non pour un quelconque parti politique ou syndicat. Aucun de ses membres ne peut et ne doit se servir de notre mouvement comme d’un tremplin personnel pour satisfaire ses ambitions quelles qu’elles soient.

3. La principale caractéristique de l’action du Collectif est précisément que les actions, discussions et réflexions sont et doivent être, en toutes circonstances, collectives.

4. Nul(le) n’est indispensable, chacun(e) est utile.

5. Nul(le) n’est fondé, sauf urgence absolue (à justifier impérativement dès que possible), à parler au nom du Collectif et encore moins à engager celui-ci sans en avoir reçu mandat.

6. Toute délégation comprend obligatoirement plusieurs membres. S’il y a plusieurs “sensibilités” sur la question à débattre au sein du Collectif, toutes ces “sensibilités” doivent, autant que possible, être représentées dans la dite délégation.

7. Toutes les activités du Collectif sont organisées de cette manière, particulièrement pour la tenue des comptes qui doit impérativement être faite par au moins deux personnes.

8. Le respect mutuel est la première règle entre les membres du Collectif. L’insulte, le propos méprisant… tout ce qui peut porter atteinte à la dignité de l’un ou de l’une d’entre nous, sont strictement interdits dans le Collectif. Si le comportement d’un membre pose problème, c’est l’Assemblée générale et elle seule, qui peut prendre les décisions qu’impose sa situation ; décisions pouvant s’accompagner de sanctions si nécessaire, y compris l’exclusion. Toutefois dans ce dernier cas, la majorité des deux tiers des adhérents est indispensable pour entériner une telle mesure. En outre, si un membre du Collectif se permet d’en agresser un autre, verbalement ou sous toute autre forme, il sera invité (pour une durée fixée par l’Assemblée générale) à aller “se calmer chez lui”.

9. Si nous acceptons, après décision de l’AG, de participer à une manifestation ou une action organisée par un syndicat, un parti politique ou une association, c’est parce que nous aurons reconnu collectivement que leurs actions, revendications ou démarches serviront les chômeurs et les précaires pour et avec lesquels on agit.

10. Tout(e) adhérent(e) contrevenant de façon délibérée et répétée à cette Charte se met de lui-même hors du Collectif. L’Assemblée générale le constate alors et prononce son exclusion temporaire ou définitive. »

Charte du collectif des chômeurs et précaires d’Alès

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°20 DE CQFD, FEVRIER 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |