Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°020
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°020


LA GUEULANTE DU BOUQUINISTE

LIVRES ECHAPPES DU TIROIR

Mis à jour le :15 février 2005. Auteur : Jules Hyénasse.

« À l’heure du joug, il s’agit de résister, et à l’heure du marteau, il s’agit de frapper : chaque chose à son tour. »
(Abel Paz)

Depuis le fin fond du maquis, le téméraire Jean-Jacques Cellier, imprimeur de son état à Quimperlé, anime les éditions de la Digitale. Armé d’une vieille linotype, il s’obstine à composer et tirer typographiquement des œuvres auxquelles les consensus passé et actuel réservent toujours une place de choix : les oubliettes. Après s’être engouffré il y a quelque vingt-cinq ans dans la brèche ouverte par la bataille contre le nucléaire breton en publiant un reportage d’Annie Laurent et de notre regrettée amie Renée Conan (Femmes de Plogoff), c’est à son intrépidité que l’on doit la théorie du livre échappé : échappé du tiroir de cette politique éditoriale qui choisit les titres et monopolise le marché au service de la Police de la pensée. Contentons-nous d’évoquer pêle-mêle l’extraordinaire livre de Yann Daniel sur la Révolution espagnole et les camps allemands (Les Chemins de la Belle), ceux de Moshé Zalcman (traduits du yiddish), Tous les chevaux ont couru de Jorge Valero, le très indispensable témoignage d’Alexander Berkman sur Le Mythe bolchevik ou l’étude de Claude Guillon, Deux Enragés de la Révolution : Leclerc de Lyon et Pauline Léon, tous excellents ouvrages. Rappelons aussi un livre qui n’a mis que quinze ans à s’épuiser : Combats pour la liberté (traduit de l’allemand par Caroline Darbon, 1983). Il s’agit des Mémoires de Pavel Thalmann (1901-1980) et Clara Ensner (1908-1987), très jeunes engagés dans les luttes prolétariennes et qui se retrouvent à Bâle en 1928. Revenu à tous points de vue de Moscou, où il venait de faire ses classes, Pavel avait pu y apprécier la mise à mort de l’opposition de gauche : ses chefs, après l’expulsion de Trotski, écrit-il, capitulèrent honteusement, Zinoviev, Kamenev et Radek en tête, devant Staline.

Mais le temps fort de leur bouleversante histoire reste sans conteste leur guerre d’Espagne. Clara s’y rendit pour les Spartakiades de Barcelone organisées en contrepoint des Olympiades hitlériennes de Berlin. La nuit du 17 au 18 juillet 1936 où elles devaient s’ouvrir vit d’autres embrasements… Voilà comment la belle Clara et Pavel s’engagèrent immédiatement dans les milices du POUM, pour le front d’Aragon et la bataille de Madrid. L’issue du combat contre le fascisme clérical n’eût pas été douteuse si les révolutionnaires n’avaient trouvé en face d’eux que les troupes de Franco. Mais la comédie de la non-intervention mise en scène par les démocrates français et anglais laissait les mains libres à Hitler et Mussolini, pendant que le cancer stalinien détruisait physiquement les combattants les plus lucides. Ils se retrouvèrent au cœur des événements tragiques de Mai 37 à Barcelone, dénonçant aux côtés des Amigos de Durruti la politique des staliniens ainsi que l’attitude hésitante des anarchistes. La suite du programme ? Arrestations et prisons clandestines du Guépéou, dont bien peu d’antifascistes réchappèrent. Leur chance fut leur statut de citoyens suisses. Retour à Paris : l’engrenage de l’invasion nazie, la débâcle et l’occupation, et la rage de lutter malgré tout, sur tous les fronts… La Digitale a aussi commencé à publier Abel Paz en français. Quatre volumes de ses Mémoires ont paru en espagnol. La Digitale a déjà publié la traduction de Viaje al pasado 1936-1939 sous le titre de Barcelone 1936 (traduction d’Oscar Borillo, Quimperlé, 2001). C’est la révolution au quotidien : l’auteur fête à peine ses quinze ans lorsque Barcelone balaie les fascistes en deux journées insurrectionnelles de juillet 36, mais il est déjà adhérent des Jeunesses libertaires, la frange la plus remuante et la plus susceptible du mouvement révolutionnaire.

Les livres de La Digitale sont tant bien que mal diffusés par Dif’Pop’ (www.difpop.com).

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°20 DE CQFD, FEVRIER 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |