Accueil
Sommaire du N°021
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°021



ROMPEZ !

Mis à jour le :15 mars 2005. .


Pendant que les lycéens s’obstinent à rejeter le merveilleux avenir que leur bétonne le gouvernement, l’Éducation nationale s’emploie à les remettre sur le droit chemin. Le 1er mars, le lycée professionnel Charles-de-Gaulle de Sète (Hérault) signait une charte de jumelage avec le porte-avions du même nom, fleuron de l’armada tricolore. Cette coalition doit permettre d’ancrer « l’esprit de défense » dans les chères têtes blondes, explique à CQFD le proviseur Claude Hassler. Préparer les troupes scolaires au port du treillis, ajoute-t-il, « c’est dans la loi, ça fait partie du rôle de l’Éducation nationale ». Les élèves ont déjà visité le bâtiment de guerre et pourront y suivre des stages en espérant « des possibilités d’embauche ». C’est que « l’insertion dans le monde du travail est difficile à l’heure actuelle », soupire le dirlo, qui en sait quelque chose puisque son établissement envoie aussi la bleusaille lycéenne en mission non rémunérée chez Auchan. « L’éducation à la défense n’est pas limitée au “militaire”, c’est aussi la défense économique », précise-t-il. Quand il n’y a plus de place vacante dans la grande distribution, c’est à la Grande Muette d’insérer les surplus. Ça tombe bien, l’armée a encore quatre mille postes à pourvoir d’ici fin 2005. Bien sûr, déplore le dirlo, « il y a toujours des soixante-huitards [sic] choqués par ce genre de jumelage. J’en ai même dans mon équipe. » En attendant de les déférer devant une cour martiale, Claude Hassler assure qu’« on ne peut plus comparer l’armée de maintenant à celle de [sa] jeunesse : elle intervient le plus souvent lors de missions de solidarité et d’entraide, d’actions civilo-militaires qui facilitent le travail des ONG ». Comme en Côte d’Ivoire, par exemple… Bravo, le proviseur a bien retenu sa leçon. Ça mérite un seize sur vingt et un poster dédicacé de l’amiral en chef.

Publié dans CQFD n°21, mars 2005.






>Réagir<

Soutenons les lycéens dans leurs justes revendications
| 8 avril 2005 |
Ce n’est pas cette éducation que veulent les étudiants et ils ont bien raison. Devant l’autisme et le mépris affiché par François Fillon ils ont commencé par descendre dans les rues mais les manifs ne durent que « Bastille-Nation » et les réponses n’arrivent toujours pas. Bien au contraire, Fillon fait passer sa loi en force ce qui a le don d’énerver encore plus les mécontents. Résultats, occupations des lycées et interventions des forces de l’ordre. Si des exactions sont commises durant ce mouvement de contestation, comment distinguer celles commises par des éléments incontrôlés à celles provoquées par des éléments « un petit peu plus contrôlés » dont c’est la « mission ». Jusqu’où allons nous laisser ces soi-disantes « forces de l’ordre » essayer d’inculquer l’oriention choisie pour eux à coups de matraque ? Nos dirigeants devraient se méfier car à force de mépriser ceux qu’ils considèrent comme vulgum pécus, et ce à tous les niveaux, ils engendrent en même temps un ras le bol général et qu’une répression lycéenne un peu trop entachée de « bavures » pourrait fédérer tout ces murmures pour ne les transformer qu’en une seule clameur.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |