Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°021
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°021


PETIT CYNISME ORDINAIRE

L’HOMME QUI TIRAIT DANS LA FOULE

Mis à jour le :15 mars 2005. Auteur : François Maliet.


Vider son chargeur dans la foule, sans sommation ni état d’âme, relève rarement d’un réflexe inné. Pour corriger cette erreur de la nature, les marines américains suivent une petite formation décomplexante, avec « sensibilisation à la violence » et « déshumanisation ». Mais ce lavage de cerveau laisse parfois des traces d’humanité indélébiles : « J’ai vu l’horreur de ce que nous faisons chaque jour en Irak, j’y ai participé. Nous ne sommes que des assassins. Nous tuons des civils irakiens en permanence : rien de plus. » Ainsi témoigne Jimmy Massey dans le quotidien italien Il Manifesto (auquel collabore l’ex-otage Giuliana Sgrena, elle-même canardée par les GI’s) du 3 mars. Cet ancien marine, resté douze ans sous les drapeaux, a été renvoyé dans ses pénates pour « stress disorder ». Il explique : « C’est le terme employé en jargon militaire pour dire que j’ai perdu la raison à cause de l’horreur que j’ai vécue. »

Avec son unité, Jimmy a ouvert le feu sur une manifestation de civils au sud de Bagdad : « Nous avions entendu des coups de feu. Ça a été un bain de sang. Ils étaient bombardés par les bombes à fragmentation, les gens fuyaient et quand ils arrivaient aux check points où l’on se tenait avec les convois armés, les informations qu’on nous donnait étaient de toucher ceux qui pouvaient être présumés appartenir à des “groupes terroristes”.  » La plaisanterie s’est répétée : « J’ai perdu le contrôle de mon équilibre psychique. J’étais incapable de bouger et de parler, je restais atterré, le regard fixe sur le mur. » Lui a eu la chance de rentrer au pays. Ses collègues ? « Ils les bourrent d’antidépresseurs et ils les renvoient se battre. » Sur les dents.

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°21 DE CQFD, MARS 2005.






>Réagir<

> L’HOMME QUI TIRAIT DANS LA FOULE
fatima | 24 décembre 2005 |
c’est pathétique comme les états-unis se donnent le pouvoir de tuer des innocents et détruire des maisons de familles pour un pays symbole de liberté de paix et d’harmonie !mais se qui est le plus pathétique , c’est que le monde entier n’ose pas parler façe à la première puissance mondiale qui a à la tête un homme assoiffé de pouvoir et de pétrole !. merci !
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |