Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°020
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°020



BORN TO KILL

Mis à jour le :15 février 2005. Auteur : Georges Broussaille.


Au Pentagone la révolution est en route, elle s’appelle Swords (épées). Il s’agit d’un robot sur chenilles guidé à distance, équipé d’une mitrailleuse et de quatre caméras infrarouges. Swords se veut la solution à l’éternel problème des militaires : l’être humain renâcle parfois à liquider ses semblables, et plus souvent encore à être liquidé lui-même. Pour en faire un tueur, il faut le soumettre à un long et coûteux bourrage de crâne dont l’efficacité n’est jamais garantie à 100 %. Avec ce robot, finis les scrupules, désertions et mutineries : assassiner sera presque aussi simple que mixer une purée. Et puis le robot militaire a les mêmes avantages que son homologue civil : pas de bouffe, pas de fringues, ni salaires ni retraites, jamais malade, un peu d’essence et d’huile suffisent. Certes, il en coûtera 154 000 euros pièce – une paille, comparée aux 400 milliards de dollars du budget militaire américain. Et même si le fabricant ne précise pas à partir de combien de cadavres et d’estropiés l’engin sera amorti, le retour sur investissement devrait être rapide vu sa cadence de tir : sept cents à mille balles par minute. L’Irak a été choisi comme champ d’essai. Les dix-huit premiers bidasses en acier débarqueront dans les rues de Bagdad au printemps. Peut-être qu’ils seront plus aimables que leurs collègues en chair et en os.




>Réagir<

> BORN TO KILL
| 4 mai 2005 |
Quel superbe création moi qui croyait que créer des machines de guerre comme ca c’était pour empecher des soldat,mieux des hommes de ne pas ce faire tuer mais j’apprend que c’est juste pour resoudre les problèmes que peuvent poser les soldats(cf article). Nan mais ils se moquent de qui, il manquerait plus qu’ils remplacent les hommes par des machines pour le boulôt, comme ca cela reglerait les problèmes avec ces cons de salairiés qui veulent toujours etre payer plus et tavailler moins, et les femmes par des poupées gonflable pour la baise comme ca on aurait pas de problèmes s’il elle ne veulent pas faire de « trucs spéciaux ». Franchement je vous le demande où va le monde
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |