Accueil
Sommaire du N°022
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°022



PROTECTION

Mis à jour le :15 avril 2005. .


Début avril, la direction du Carrefour de Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) a appelé au secours les autres supermarchés du groupe implantés dans le secteur : vite, envoyez-nous vos vigiles, on a besoin de renforts pour mater nos grévistes ! Bouleversés, plusieurs patrons de Carrefour marseillais ont répondu sans attendre à cet appel à solidarité en missionnant leurs gros bras chez le collègue en détresse. Leur boulot, comme dit la direction, consisterait à « protéger les consommateurs ». La protection du consommateur a toujours été un impératif éthique chez Carrefour, partisan du développement durable et des rayons bio, approvisionnés par des manutentionnaires à temps partiel payés 700 euros par mois. Mais à Port-de-Bouc, justement, les salariés manquent à leur devoir protecteur. Depuis le 25 mars, une soixantaine d’entre eux sont en grève pour réclamer ce privilège insensé : des chèques-déjeuner ! Comme si les caissières avaient du temps à perdre en repas de midi… Le groupe Carrefour, qui n’a engrangé que trois petits milliards d’euros de profits en 2004, ne pouvait accéder à cette demande sans risquer la faillite. La direction a tenu bon, les grévistes aussi : piquet de grève sur le parking, appel au boycott, invitation aux clients à manifester devant l’entrée… Le 4 avril, patron et préfecture ont riposté solidairement en envoyant les CRS « accompagner » les camions de livraison. À l’heure où nous mettons sous presse, ni la force publique ni les huissiers n’ont eu raison de ce foyer d’agitation. Plus incroyable encore : les consommateurs, au lieu de quérir la protection des vigiles, ont pris massivement fait et cause pour les grévistes. Les gens sont bizarres.

Publié dans CQFD n°22, avril 2005.






>Réagir<

Il en auront bientôt besoin ( de protection)
Firou | 15 mai 2005 |
Dans ce monde dans lequel on admire plus les stars de cinéma et du ballond rond que les pousseurs de wagonnets au fond de la mine, il est dur de faire entendre la voix des gens « normaux » qui luttent pour leur survie face à des monstres capitalistes. Hé, les p’tits gars, ça ne vous dirait pas une bonne grève générale ? Après tout, Raoul Veinegem disait bien :<< Il est pour le moins piquant d’encourir le reproche d’utopie de la part de personnes dont la carence mentale et imaginative a mené toutes les classes de la société à un désespoir que n’a cessé d’accroître l’absurdité de leur système de gestion >> A un de ces 4 alors ?
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |