Accueil
Sommaire du N°023
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°023


LES CROCS

BULLES

Mis à jour le :15 mai 2005. .


Bien sûr, il y a toutes sortes de raisons très dignes et très sérieuses de voter non le 29 mai. Mais entre nous on peut se le dire : le plus motivant, dans une défaite du oui, c’est la délectation d’assister à la déculottée des oui-ouistes. Plus ils se ballonnent et plus l’excitation grandit de les voir se déballonner. Ces guignols veulent tellement faire mousser les escarres de la Constitution giscardienne que leurs bulles de savon éclatent déjà. « On ne peut pas dire “je suis européen et je vote non”. Ce n’est pas convenable », pleurniche ce pauvre Chirac. Dans L’Express (groupe Dassault), Bernard Guetta s’en remet à Benoît XVI : « Le choix de ce pape dit que, en se faisant ou en ne se faisant pas, l’Europe jettera les bases d’un nouveau millénaire. » Se projetant dans des horizons plus domestiques, l’éditorialiste de Elle (groupe Lagardère) cause chiffons à sa lectrice godiche : « Toi qui es folle de fringues, tu es bien placée pour savoir que la mode a toujours une longueur d’avance sur la société. Et quelle est la couleur de l’été ? Le bleu ! Comme le drapeau de l’Europe. » Pendant ce temps, Philippe Val exalte dans Charlie Hebdo la Grande Armée européenne : « Une Europe unie au sein de l’Otan sera beaucoup plus forte face aux décisions américaines qu’elle ne le sera désunie. » Protégée des États-Unis par l’Otan, habillée aux couleurs des Schtroumpfs et vouée au salut éternel par le pape, leur Europe « convenable » nous aura bien fait rigoler. Certes, le « non de gauche » aussi mérite des compliments : entre ceux qui réconcilient Trotski avec Georges Sarre, ceux qui se vantent d’avoir voté Maastricht et ceux qui veulent plus de police tricolore, nationale et souveraine, l’opéra-bouffe est bien servi. Mais entre deux plaisirs, il faut choisir le plus intense : la défaite d’une machine de propagande qui se voudrait infaillible. Et bouder d’autant moins ce plaisir qu’après, il y a des chances pour que tout continue comme avant.

Publié dans CQFD n°23, mai 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |