Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°023
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°023


DEPUIS LE COULOIR DE LA MORT DE WAYNESBURG, USA

LES ECLATS DE RIRE DE MUMIA

Mis à jour le :15 mai 2005. Auteur : Yannick Sanchez.


Comment décrire en si peu de lignes l’expérience de ma visite, l’été dernier, à Mumia Abu-Jamal dans le couloir de la mort de Waynesburg, isolé à huit cents bornes de Philadelphie ? Comment restituer le choc émotionnel produit par la rencontre de deux générations (Mumia 50 ans, moi 18 ans) dans une prison high-tech totalement déshumanisée ? Comment rapporter ce qu’ont été nos sept heures de discussions passionnées tout en résumant les vingt-trois ans d’incarcération, de combat juridique et militant de ce journaliste intègre qui a su, « jadis » , faire gronder le pavé et remplir les salles de débat ? Et cela à l’heure où Mumia, en plus de voir ses ultimes recours en justice rejetés les uns après les autres (alors qu’il n’y a jamais eu autant d’éléments en faveur de son innocence), est passé doublement à la trappe, par les médias d’abord, par bien des militants ensuite, qui justifient leur désengagement au motif qu’il ne se passerait « rien de nouveau ».

Durant notre rencontre, ce prisonnier politique qui refuse de renoncer jusque devant l’échafaud a évoqué le pouvoir de récupération du capitalisme, ceux qui renient leurs convictions et leurs origines pour accéder à des positions dominantes, « l’impérialisme de gauche » qui essaie de s’approprier l’énergie et les actions « après-coup » de la rue, la montée en Europe de l’appareil pénal made in USA, la lente mise à mort de l’État-providence français, les nécessaires systèmes alternatifs à l’économie de marché et aussi l’histoire, Mumia mettant en parallèle la société américaine et les symptômes historiques du déclin de l’empire romain. Mais ce dont il a le plus longuement parlé, à ma surprise, c’est d’amour (« énergie la plus puissante ») et de ses aboutissants politiques : « Aucun mouvement ne dure sans amour ; on ne peut pas emprisonner l’amour. » Cet espace est insuffisant pour vous décrire cet homme menotté mais libre, avec qui on s’est marré comme des bossus. Perçant la paroi de plexiglas, ses grands et tonifiants éclats de rire résonnaient dans le parloir comme une réponse narquoise à la froide institution qui essaie de « tuer l’esprit avant le corps ».

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE N°23 DE CQFD, MAI 2005.






>Réagir<

> LES ECLATS DE RIRE DE MUMIA
kaous | 22 janvier 2006 |
Je viens de lire l’article emouvant de Mr Sanchez,et j’aimerai bien savoir quelles sont les reactions internationales a propos de l’incarcération de ce journaliste ?Et s’il ya bien eut un traitement de la part de « journalistes sans frontière » ?
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |