Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°023
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°023



NE PAS S’ENDORMIR ET CONTINUER DE RÊVER

Mis à jour le :15 mai 2005. Auteur : L’Insomniaque.


Imaginons un monde sans argent, et sans État… Un monde où le droit serait un mauvais souvenir et où l’activité ludique se serait substituée à l’esclavage salarié… Un monde bavard et hétérogène où le moindre monopole de l’information serait impossible… Un monde où le savoir naîtrait de la pratique elle-même… L’intuition utopique - le désir - d’un dépassement possible de l’alternative entre barbarie tribale et glaciation capitaliste, engendre bien des interrogations. Celle qui nous préoccupe ici est simple : dans un monde débarrassé des médiations et de la peste émotionnelle, lira-t-on encore des livres ? Livres de comptes ou de doctrine, manuels de gestion et de droit, romans policiers ou moralisateurs… la liste est longue des lectures qui n’auraient plus lieu d’être (en dehors de la curiosité malsaine que susciteraient chez certains, férus d’histoire, les temps calamiteux de la domination occidentale sur la planète). Mais il est difficile de concevoir une totale disparition de ce moyen de communication, qui se prête à tant d’usages et offre tant d’agréments. Avec le rêve qu’il serait l’expression multiforme de toute liberté et de l’infinie profusion des particularités humaines.

Alors que l’obligation de la lecture, celle d’écrire et celle de confectionner physiquement des livres sont aujourd’hui autant de corvées imposées par le système actuel à l’écolier harcelé, au plumitif tarifé et à l’ouvrier exploité, le plaisir serait l’unique raison d’être du livre. Les ouvrages imprimés naîtraient de la rencontre affinitaire entre trois penchants (lire, écrire, fabriquer) débarrassés de la division rigide des tâches et de la séparation entre travaux et loisirs. On ne chercherait plus à endoctriner ni à vendre, mais à donner du plaisir tout en s’en procurant, à communiquer de la passion. Nul ne songeant plus à faire carrière, seuls quelques obsessionnels et quelques génies - on a parfois besoin de ces malheureux qui ont tant besoin des autres - se limiteraient, par une sorte de masochisme, à un métier unique. On serait un jour lecteur, le lendemain auteur et le surlendemain imprimeur ou papetier, avant de passer à l’horticulture, à la mécanique, à la gastrosophie ou à d’autres chantiers. L’insomniaque s’efforce de donner un avant-goût de cet artisanat utopien. N’ayant aucun but lucratif (car cherchant au contraire à contribuer à la faillite définitive du système marchand) et reposant entièrement sur l’engagement de ses associés, L’insomniaque se donne une liberté que l’indigence de ses moyens lui ôterait fatalement s’il voulait faire du commerce le motif de son activité.

Loin du rance faubourg Saint-Germain, il occupe à Montreuil (93) un plateau dans une friche industrielle convertie en lieu de vie, quoique cernée par les promoteurs. Le fonctionnement de L’insomniaque demande, évidemment, bien des efforts et n’échappe pas aux aléas du mode de production associatif dans une économie privative qui s’appuie sur la force de l’état et le tapage des médias. Malgré la précarité de ses moyens et l’incongruité communautaire de ses méthodes, L’insomniaque a publié depuis une dizaine d’années une cinquantaine de titres, fort bien présentés et imprimés sur de beaux papiers, et à des prix inhabituellement abordables. C’est à L’insomniaque que l’on doit la publication intégrale des Écrits du célèbre cambrioleur anarchiste Marius Jacob ou les ouvrages de référence sur l’Indochine de Ngo Van. Octave Mirbeau ou B. Traven voisinent, dans son catalogue, avec des modernes comme Yves Pagès ou Alain Dubrieu, ou encore avec quelques témoignages des combats des mineurs anglais contre Thatcher… bref une ligne éditoriale plutôt large, ouverte aux rêveurs comme aux érudits, à ceux qui font l’histoire comme à ceux qui la pensent.

Cette activité éditoriale plutôt féconde n’a été possible que par un dépassement de la division du travail et une transgression des règles de la « profession ». Tout d’abord, point de salarié et point de droits d’auteur. Tenter de remplir soi-même, ensuite, le plus possible de tâches inhérentes à la « chaîne graphique » (du manuscrit au façonnage) et vouloir les connaître toutes, voire les maîtriser. Vendre à faible prix et donner une bonne partie des livres édités. En faire circuler dans les réseaux de résistance à l’uniformité culturelle comme dans les librairies ayant pignon sur rue (qu’elles soient épiceries ou supermarchés) et les bibliothèques - et dans tous les lieux où l’on va en quête de lectures. L’autonomie, sans l’isolement. L’insomniaque n’étant pas éternel - dix ans, ça fait déjà un bail pour une « zone autonome temporaire » confrontée depuis sa création à l’adversité et à l’occultation -, il est à espérer que d’autres forcenés, se fondant sur les mêmes principes et ne répugnant pas aux mêmes méthodes, se préparent déjà à prendre le relais. Car si, lorsque adviendra le grand basculement, il ne subsiste que le plus vil putanat dans l’édition, il y a fort à craindre que le bébé ne soit jeté avec l’eau du bain et que le livre, perçu comme irrémédiablement aliéné, ne disparaisse définitivement au profit d’autres modes de communication plus immédiats et plus vertigineux. Et ce serait grand dommage pour les amateurs de ce plaisir souvent paisible, mais parfois frénétique, qu’est la lecture.

[L’insomniaque, 63, rue de Saint-Mandé 93100 Montreuil]

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE CAHIER SUPPLÉMENT “SPÉCIAL DEUX ANS” DU CQFD N°23, MAI 2005.






>Réagir<

NE PAS S’ENDORMIR ET CONTINUER DE RÊVER
lottà | 3 février 2007 |


- peut-être parce que la gestion d’un forum est extrêment lourde et que ce n’est pas le but déclaré des membres de CQFD
- peut-être parce qu’il existe déjà des forums de ce type
- peut-être parce que les lois réprésives s’appliquant à internet rendent les hébergeurs et les propriétaires des sites responsables des propos tenus (appels à la violence, partage d’informations dangereuses pour la sécurité de l’état -fabrication de molotos …-) découragent
- peut-être parce que les gens de CQFD préfèrent que tu crées des liens avec ton voisin plutôt que de devenir la vitrine politique et médiatique d’un mouvement révolutionnaire (violent ?)

j’imagine qu’il y a plein de raisons possibles !

> NE PAS S’ENDORMIR ET CONTINUER DE RÊVER
| 3 juin 2005 |
message d’une rêvolutionnaire A ces messieurs qui veulent une nouvelle politique Pourquoi ne lancez vous un forum où l’on pourrait faire des propositions sous forme de vote, en démocratie directe et interactive… A vous, messieurs qui désirez faire du neuf, quelques yeux embués cherchent encore la lumière d’un espoir humain et solidaire.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |