Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°024
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°024


FAUX-AMIS

L’ANTIPOPULISME

Mis à jour le :15 juin 2005. Auteur : Le bouledogue rouge.


Les victimes de la déculottée référendaire te le crachent au visage : « Espèce de populiste ! » Aussitôt réconfortées, elles s’en retournent à leurs divinités comptables et à leur modèle danois. En fustigeant le populisme, on est combattant pour la démocratie, guerrier de l’antifascisme, voire fier fantassin de la lutte des classes. Car le populisme est vilain : il caresse dans le sens du poil le peuple arriéré et sa misère intellectuelle qui sent mauvais sous les bras. Mais pour démêler les fils d’une telle injure, il faut considérer qui l’emploie et à quelle fin. Ce prétendu uppercut verbal est généralement asséné par ceux qui s’activent en tous sens à conserver ou à conquérir l’autorité ou le pouvoir. On a pu le vérifier ad nauseam à l’occasion de la raclée du 29 mai. Pour eux, le peuple, cette masse informe, se doit d’être éduqué, pacifié, évangélisé. Aux propriétaires de l’ordre social de convaincre ce magma obscur de la justesse de leurs perspectives. Ils savent, eux, ce qui est bon pour lui, comment il doit être et ce qu’il doit faire. C’est à leurs actes et délires, et à eux seuls, que se mesure la qualité d’une civilisation. Certes, les gérants de l’humanité montrent moins d’ardeur à pourfendre le populisme lorsqu’il s’agit de leur propre business. Pour asseoir « émissions populaires », consommation de masse et légitimité issue des urnes, ils se laissent même aller à cajoler le populo. Celui-ci est alors appelé « opinion publique » ou « cœur de cible ». Tant que le peuple vote et consomme plus ou moins comme il faut, tout va bien. Après tout, la constitution le proclame souverain, les tribunaux condamnent en son nom, c’est à lui que les marchands s’adressent et c’est de lui qu’ils se nourrissent.

Mais que les gens de rien osent manifester quelque défiance ou résistance et voilà nos évangélisateurs fulminant contre ce retour de la barbarie. Le peuple perd alors tous les charmes que lui valait son acquiescement : la gauche le décrète magma de beaufs xénophobes et réactionnaires, la droite de masse délinquante, analphabète et, là aussi, réactionnaire. Ce qu’ils exècrent dans le populisme n’est pas la flatterie ou la démagogie, ils en sont les spécialistes : c’est le risque de voir chuter leurs parts de marché. Qu’ils le flattent ou le haïssent, le peuple reste au cœur de leurs préoccupations. Sociologues, chercheurs, publicistes, spécialistes en com’, merchandisers ou économistes, tous tentent d’en analyser la « structure », de le diviser en catégories, de le décortiquer, d’en capturer le fonctionnement interne, de le contenir pour l’éternité. Car ce qu’ils redoutent, c’est sa capacité d’inertie qui vient régulièrement contrecarrer les grandes œuvres de l’agitation marchande. « S’il fut un temps où ce qui était supposé menacer l’ordre et les traditions civilisatrices de la culture occidentale, c’était la “révolte des masses”, il semble bien, de nos jours, que la principale menace provienne non des masses, mais de ceux qui sont au sommet de la hiérarchie. » (Christopher Lasch, La révolte des élites) Ah ! si seulement ils pouvaient rester entre eux, si seulement la terre n’était peuplée que de financiers, d’industriels, de journalistes, d’hommes d’État, de militaires, de stars et de clowns serviles, le « populisme » serait définitivement terrassé. Le peuple deviendrait enfin « People », et son existence calquée sur les aventures du stérilet de Steph’ de Monac’ ou de la prostate de PPDA.

Publié dans CQFD n°24, juin 2005.






>Réagir<

> L’ANTIPOPULISME
| 28 août 2005 |
non seulement il a pas fait l’ena, mais il a redoublé sa 6e, a eu son bac b sans mention, a mis 5 ans pour avoir sa maitrise, et a raté sciences po (il a pas eu son diplôme bien qu’il ait soutenu son mémoire)… même bush peut se vanter d’avoir un parcours universitaire plus brillant… cela dit, il n’est ni meilleur ni pire que les mecs qui ont fait l’ena, c’est kif kif bourricot > L’ANTIPOPULISME
| 4 juillet 2005 |
sarko n’a pas fait l’ENA !j’espere donc que ta remarque(très juste au demeurant)vient juste de cette meconaissance la et ne visait pas a crédibiliser cette personne qui, entre parenthèse me fait de plus en plus sinistrement penser a hitler en 1933 ! > L’ANTIPOPULISME
SVD | 24 juin 2005 |
Heureusement, il y a Sarkosi pour donner des lettres de noblesse au populisme ! > L’ANTIPOPULISME
sircyrillo | 20 juin 2005 |
S’il y avait eu une bastille à prendre le 29 mai, c’eût été l’ENA !
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |