Accueil
Sommaire du N°024
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°024



LES BRÈVES DU N°24

Mis à jour le :15 juin 2005. .


Populisme

> Selon la lettre hebdomadaire Le Bleu et le journal Le Monde, 500 millions d’euros auront été gaspillés par le gouvernement pour inciter les citoyens à voter Oui : hausses des traitements des fonctionnaires, congés payés pour les exploitants agricoles, prolongations des aides sur le gazole pour les agriculteurs et les pécheurs, doublement des aides exceptionnelles pour les viticulteurs, report de l’augmentation du prix du gaz, 15 millions d’euros accordés aux urgentistes, etc… C’est bête, on a raté l’occasion de demander la suppression des taxes sur le pastis.


Générosité

> Les pays les plus riches ont le cœur sur la main. Le 11 juin, le G8 a annoncé à la planète émue l’annulation « historique » de la dette de dix-huit pays pauvres, pour un montant de 40 milliards de dollars. La dette totale du tiers-monde dépassant les 2 000 milliards, ce cadeau représente donc moins de 3 % de la douloureuse, une paille largement compensée par les intérêts sur les dettes restantes. Il a été calculé que pour honorer leurs nouveaux engagements de rééchelonnement de leurs dettes, les pays dans la mouise devraient atteindre un taux de croissance de l’ordre de 8 à 12 % pendant vingt ans. Et qui profiterait des bénefs ? Les pays riches !


Transparence

> Début juin, on apprenait que l’usine de traitement de déchets d’Arrabloy, près de Gien (Loiret), vomissait dans l’atmosphère des quantités pharamineuses de dioxine : jusqu’à six mille fois le seuil autorisé ! Appréciée pour son aptitude à causer cancers, dépérissement du foie, délitement du système immunitaire et troubles de la reproduction, la dioxine avait été détectée dans les fumées de l’usine en août 2004. Mais la population locale n’a appris la bonne nouvelle que près d’un an plus tard, par une dépêche de l’AFP. Bah, ont dit les autorités : la dioxine ayant été rejetée à l’état gazeux, elle n’a eu et n’aura jamais « aucune conséquence sanitaire » sur le populo. Allons, si elles le disent, c’est que ça doit être vrai.


Flexibilité

> Lu dans le journal de Rothschild et July, Libération (06/05/05) : « Pour éviter d’embaucher des CDI au statut très protégé, les entreprises ont massivement recours aux CDD. Du coup, ceux-ci sont les plus touchés par les destructions d’emplois. Cette césure inégalitaire entre CDD et CDI devrait donc être supprimée au profit d’un contrat unique. Celui-ci serait moins protecteur que les actuels CDI, car les entreprises n’auraient plus d’obligation de reclassement. En revanche, elles devraient s’acquitter d’une nouvelle taxe au moment du licenciement. » Bref, on supprime le statut qui protège et on garde la planche pourrie. L’idée n’est encore qu’à l’étude, mais l’économiste de Libé a bon espoir : « Si la France avait le même taux d’emploi dans le secteur du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration que le Danemark, elle aurait 1,2 million d’emplois en plus. » Ça fait rêver.


Permanence

> En Italie, les centres de rétention portent le joli nom de centres de permanence temporaire (CPT). Provisoires ou éternels, ils saturent comme en France. En mai, les sans-papiers retenus au CPT de Milan sont montés sur le toit et ont détruit tout ce qu’ils trouvaient, soutenus de l’extérieur par des individus solidaires de leur lutte. Résultat, des expulsions et des peines de prison en pagaille. Quelques jours plus tard, des retenus de Turin ont suivi leur exemple en cassant le mobilier puis en entamant une grève de la faim. Ces révoltes s’inscrivent dans un climat de sarkozisme à l’italienne. En un seul jour, à Turin, la police a expulsé un campement de Roms, abattu un Sénégalais sur un contrôle routier et provoqué la noyade d’un autre immigré qui cherchait à leur échapper. Enfin, un Nigérien a trouvé la mort en glissant d’une corniche où il s’était réfugié lors d’une perquisition. Détail amusant : en Italie aussi, c’est la Croix-Rouge qui veille à l’enrobage humanitaire des expulsions. Mais chut ! Sinon elle serait fichue de porter plainte…


Sueurs froides

> Le 20 mai, la direction de Total acceptait la plupart des revendications de ses salariés en grève depuis quatre jours : gel de la Pentecôte travaillée, ouverture de négociations sur chaque site, compensation salariale de la hausse des mutuelles, paiement des jours de grèves, etc. Apparemment, faire grève dans le pétrole donne de meilleurs résultats qu’à l’Éducation nationale. Tremblant de voir des millions de bagnoles à sec, Raffarin avait même piqué sa petite colère contre l’absence de redistribution des bénéfices. Puisqu’on vous disait que le Raffarin, on le regretterait un jour…

Publié dans CQFD n°24, juin 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |