Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°024
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°024


CANCOILLOTE ET RÉFÉRENDUM

JACQUERIE FROMAGÈRE DANS LA MICHELINE MARSEILLE-LANGEAC

Mis à jour le :15 juin 2005. Auteur : Christophe Goby.


C’est en revenant par le Cévenol, dans ce lent et sinueux train qui remonte l’Allier, et qui prend le passager à Marseille pour le conduire à Paris en onze petites heures, que je compris pourquoi Marcel disait : « Longtemps je me suis couché de bonne heure. Parfois à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : “Je m’endors.” » Je comptais m’arrêter pour ma part en gare de Langeac (Haute-Loire) pour regagner mes terres auvergnates par la voie terrestre, mais là, mazette, plus un fiacre de libre ! J’avais oublié, à une journée du référendum sur la Constitution, que chaque jour qui passait voyait disparaître ces petites gares qui nous relient, nous autres habitants encore solides de ces régions infernales, aux capitales du commerce, de la jeunesse, de la vitesse, du business… alors que nous pataugeons dans le milieu de l’Europe.

Ce qui me rappela à la réalité, lors d’un moment volatile où je comptais les Guèbres, des Lettres Persanes, dans lesquelles Montesquieu affirmait qu’il n’y a pas besoin d’écrire ce qu’on sait déjà, ce fut une étrange odeur anti-européenne. Alarmé par les conséquences fâcheuses d’un acte qu’on aurait pu qualifier de terroriste, je descendais mon sac à dos du panier prévu à cet effet (c’est moderne la France) pour m’apercevoir qu’un fromage avait coulé à l’intérieur de mon bagage. Et pas n’importe quel fromage : il s’agissait d’un mélange d’ancien et de nouveau fromage renfermé dans un bocal et dont l’odeur ressemblait à s’y méprendre à une vieille fondue oubliée au fond du poêlon, à moins que cela ne sente ces ancestrales odeurs de vestiaires de l’AS Saint-Étienne ! Il n’en fallait pas plus pour que ma voisine de derrière ne se sente mal et éprouve des difficultés respiratoires. Vite elle appela le numéro d’Yves Rocher : personne ! Un œdème de Quick était en route ! Elle reniflait sans cesse, cherchant l’origine de ce désagrément olfactif si éloigné de ses préoccupations philosophiques. Finalement résolue à imaginer que mon sac appartenait à un vieux routard australien, elle prenait la poudre d’escampette et se réfugiait au fond du wagon. D’autres passagers étaient incommodés. Je riais sous cape. Parfois même j’éclatais de rire, m’accompagnant de quelque bons mots de Montesquieu. Je me disais, songeant à mes collègues producteurs de Fourme d’Ambert : encore un fromage qui fera perdre le Non ! Je me trompais.

Publié dans CQFD n°24, juin 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |