Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°025
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°025


CHRONIQUE DE GUERRE

GITANS NETTOYÉS AU KARCHER

Mis à jour le :15 juillet 2005. Auteur : Marie Nennès.


Violences policières, justice de classe et raciste : le « nettoyage » prôné par Nicolas Sarkozy est déjà en cours. À Marseille, un grand-père vient d’y laisser la peau. Tout a commencé par un rodéo un soir de mai dans le quartier du Petit-Séminaire. Coincé derrière l’immense ensemble HLM de Frais Vallon, le Petit-Séminaire est une petite cité délabrée peuplée majoritairement de gitans. Comme de bien entendu, elle a mauvaise réputation. Ce qui veut dire que les flics y reçoivent plus souvent des noms d’oiseaux et des caillasses que des sourires de bienvenue. Depuis quelques mois, les provocations incessantes de la BAC vrillent les nerfs des habitants, qui vivent très mal ces déploiements de cow-boys. Le dernier en date s’est mal terminé. Au lendemain du rodéo, une patrouille se pointe dans la cité et trouve deux gamins d’une douzaine d’années en train de jouer dans la voiture volée signalée la veille. Ils réussissent à en arrêter un et le menottent, dans l’intention de l’embarquer au commissariat. Voyant cela, la famille et un grand nombre de voisins descendent pour s’interposer, d’autant plus indignés que les gamins ne sont pas les voleurs de la voiture. Le ton monte, les flics paniquent et tirent en l’air pour se dégager tout en appelant des renforts. L’un d’entre eux sort un flash ball et tire sur la grand-mère. Atteinte au genou, elle en portera encore les traces un mois et demi après. Un autre flic, dans un souci pédagogique évident, braque son flingue sur la tempe du gamin terrifié pour inciter sa mère à le lâcher. Las, « elle a redoublé d’hystérie », diront les policiers à l’audience. Le grand-père et la mère sont alors aspergés de gaz lacrymogènes, jetés au sol et menottés avant d’être incarcérés à l’issue de leur garde à vue.

Après l’arrestation,l’arrêt cardiaque

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Les deux interpellés sont totalement inconnus des services de police. Le grand-père, José Fernandez, est fonctionnaire depuis vingt-cinq ans à France Telecom. De plus, il est diabétique. Quant à Pierrette, la mère, elle est gravement dépressive depuis trois ans. Mais le jugement rendu le 28 juin par la juge Pena du Tribunal correctionnel de Marseille, sur la foi des seuls témoignages des policiers, se veut exemplaire : douze mois de prison, dont six mois ferme pour le grand-père et quatre mois ferme pour la mère. « On a vraiment eu l’impression d’un jugement raciste. Parce que nous sommes des gitans, nous sommes forcément des délinquants », observe François, un des fils de José. Ce que confirme Philippe Dieudonné, membre de la LDH présent à l’audience : « La juge ne les laissait pas parler, elle était très agressive et méprisante et leur coupait la parole sans arrêt. Nous étions tous abasourdis. » Trois jours après l’audience, Pierrette se pend dans sa cellule des Baumettes. Elle sera sauvée de justesse. Ses tendances suicidaires avaient pourtant été signalées à l’administration pénitentiaire, qui n’en a tenu aucun compte. José, lui, aura moins de « chance ». Très affecté par la tentative de suicide de sa fille, il se dit fatigué. Il est aussi très préoccupé par la perte probable de son travail suite à son incarcération. Le jugement lui porte le coup de grâce : trois jours plus tard, il meurt dans sa cellule d’un arrêt cardiaque. Les obsèques ont eu lieu le 8 juillet. Pierrette a pu y assister : le juge d’application des peines avait décidé la veille de la libérer. Il est préférable qu’elle se suicide chez elle plutôt qu’aux Baumettes.

Article publié dans le n°25 de CQFD, juillet 2005.






>Réagir<

GITANS NETTOYÉS AU KARCHER
jami | 27 août 2007 |
Bonjour,je pense que cette histoire reviendra dans d’autres circonstances, dans d’autre familles le seul moyens a mon sens est de s’unir nous le peuple gitans que les gens croiyent sauvages et pas intelligent,de descendre dans la rue et de montrer que nous faisons partis du paysage francais.Il faut montrer aux politiques que nous pouvons parler d’une seule et meme voix et savoir de plus d’entourer par des associations nous representant afin de valoriser notre image,dans la vie il y a des bons et des mechants, il faut pas en faire une generalite.Moi je suis pret a construire l’avenir gitane parce qu’ il est bien facile de dire qu’apres tout les gitans sont des voleurs et puis s’il ya un mort c’etait qu’un gitans.Eh non nous ne sommes pas des animaux. GITANS NETTOYÉS AU KARCHER
adipaoli | 3 juin 2007 | sarko chez les roms (2002) vidéo 12 mn

je ne suis malheureusement pas surpris. notre nazillon hongrois continue son populisme facho. j’ai tourné un docu sur des rroms à la courneuve en 2002, au moment ou le trublion hystérique arrivait au ministère de l’intérieur. 1er boulot de sa carrière relatée à coup de TFuntox et autre arlette et christine aux ordres, l’expulsion de certains rroms récupérés par le juge des libertés (tient, il a disparu celui-là ?)

http://www.dailymotion.com/adipaoli/video/x1zdo1_sarko-chez-les-rroms

GITANS NETTOYÉS AU KARCHER
| 27 décembre 2006 |
tous ça est l’effet onde de choc ! des belles paroles de mr. sarko les gitans netoiyer au carcher, apres , cette declaration a la tele, les fonctionaires de police ce sonts gonfler a bloc, et aujourd’hui si il devrai ce passer la meme chose , ont metrer évidament tous sur le dos ! des délinquants ?… gitants .. arabes…ect.. toutes mes condoléenses aux proches de monsieur. fernandez mr.josé s d’ales 30 gard > GITANS NETTOYÉS AU KARCHER
Denis Toulmé | 17 octobre 2005 |

Bonjour,

Merci d’exister et de rapporter ces informations. Attention toutefois à ne pas jeter de l’huile sur le feu. Les tensions sont déja sensibles entre la police d’un côté et les Gitans de l’autre. La police fait son travail. Pas toujours bien, je vous l’accorde. Mais c’est rarement facile. Dans un état de droit, il faut de toute façon une police pour veiller à protéger les faibles gens des forts.

Il est important que la police fasse sont travail dans tous les quartiers d’une ville. Sinon, il y aura des zones de non-droit, des ghettos où seront rassemblé la lie de la société, ceux dont on ne veut pas ailleurs. C’est pour cela qu’il faut respecter l’ordre et les force de l’ordre même si ça n’est pas toujours facile..

Voici mon blog sur les Gens du voyage et Gitans :

http://filsduvent.oldiblog.com/

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |