Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°025
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°025


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

ON EST LES ROIS DU FAIR-PLAY

Mis à jour le :15 juillet 2005. Auteur : Arthur.


La France a donc perdu les JO 2012. On était les meilleurs mais les membres du Comité international olympique ( CIO) ont choisi Londres. La cause de cet échec saute aux yeux : à l’issue d’un lobbying efficace, les Anglais ont enlevé le morceau avec des arguments que nous nous sommes refusés à employer : une escort-girl gratuite pour tous les grabataires du CIO pendant les Jeux, une rente à vie en livres sterling et un gilet pare-balles pour prendre le métro londonien. Le responsable de notre défaite honteuse est connu : c’est Blair qui a multiplié les vexations anti-françaises. Il honore la défaite de Trafalgar, met nos ploucs sur la paille en fusillant la Pac et reçoit nos TGV à la gare de Waterloo. On le laisserait faire, il ferait un procès à Cécilia Sarkozy, notre Jeanne à nous ! Tout ça parce qu’on a enterré Lady Di sous le pont de l’Alma ! Faut pas pousser. Mais la France éternelle ne va pas se laisser écraser ainsi par les Rosbifs ! Commençons par Blair : il a une maison de vacances en France. Ne lui refusons pas une petite visite amicale. De nombreux Anglais ont également choisi la France pour prendre le soleil, soigner leurs cancers de prostate (no doctors in Great Britain !) ou emporter nos cubis de bordeaux. Nous allons leur faire payer leur perfidie : sus aux Rosbifs ! Les moyens de rétorsion ne manquent pas. Les Anglais sont en train d’épuiser leurs réserves de pétrole de la Mer du Nord. Or, c’est nous qui avons ITER, le réacteur de recherches sur la fusion nucléaire. Dans vingt ans, les Anglais viendront, la corde au cou comme les bourgeois de Calais, mendier notre énergie. Ils seront bien reçus. Ils veulent garder leur île, leurs pintes, leurs miles, leurs conduite à gauche et leurs livres sterling ! Très bien ! Qu’ils restent entre eux, chasseurs à courre de renards et joueurs de fléchettes (darts) dans les pubs ! On leur laisse volontiers leurs mannequins étiques et leurs pin-up siliconées.

Néammoins, comme la France, injustement battue, est le conservatoire des valeurs sportives, il est de notre devoir de féliciter les vainqueurs. Ces pauvres gens, ne l’oublions jamais, vivent dans une contrée défavorisée. Les JO sous la pluie en 2012 permettront au monde entier d’apprécier l’invention du parapluie. Les visiteurs se réjouiront aussi de faire eux-mêmes du sport en allant à pied dans les stades puisque le métro londonien en est encore à l’âge des diligences. Ils pourront aussi déguster à loisir les steacks de vache folle, les hamburgers et les panses de mouton farcies, gloires de la gastronomie britannique. Comme en Espagne, il sera conseillé d’apporter son manger. D’ailleurs, ne nous y trompons pas : à l’annonce de leur victoire, les Londoniens sont allés noyer leur chagrin dans la bitter (bière locale tiède). La raison ? Dépourvus de budget, de stade et de village olympique, les JO de Londres vont endetter les sujets de sa Majesté pour cinquante ans ! Sans parler des bouchons et de la pollution ! Parfois, on a envie de plaindre les gagnants. A contrario, les Parisiens se félicitent de leur échec, sauf les promoteurs des Batignolles qui comptaient s’en mettre plein les poches avec le village olympique à construire, et les élus UMP et PS qui espéraient ainsi toucher de quoi mettre du beurre sur leurs épinards. On a parfois envie de féliciter les perdants. Mais il nous faut aussi examiner les raisons de notre déroute. Marier la carpe Delanoë et le lapin Chirac (appelé « cinq minutes douche comprise » dans l’intimité) était-il vraiment une bonne idée ? Parler d’honnêteté quand on a des Guy Drut et des Chirac dans son équipe frise l’inconscience. Faire appel à Besson pour filmer la liesse populaire est une insulte aux frères Lumière ! Pourquoi avons-nous perdu, se lamentaient les Français ? C’est simple : parce que la livre sterling est meilleure que l’euro. Fallait douiller, les mecs ! Vous avez perdu en dédaignant d’arroser les votants. Tout le reste est littérature, comme dit Blair !

Article publié dans le n°25 de CQFD, juillet 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |