Accueil
Sommaire du N°025
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°025



DESTINATION HAMAC

Mis à jour le :15 juillet 2005. .


Rmiste, si tu ne sais pas où passer tes vacances, on te conseillerait bien les Hauts-de-Seine. C’est le département le plus riche de France, donc le plus accueillant envers les pauvres. La caillasse y coule à si gros bouillons dans les caniveaux qu’à force de ramasser tout ça tu te chopes une scoliose. Le 92 s’enorgueillit d’avoir donné à la France la grande arche de la Défense, les pots-de-vin d’Omar Bongo, l’impunité de Charles Pasqua, la lance à eau de Nicolas Sarkozy, les Bahamas de Didier Schuller et les domestiques gratuits de Patrick Balkany. Mais aujourd’hui, un nouvel objet de fierté ennoblit le protectorat des forces vives. C’est Le Parisien qui l’annonçait en titre le 8 juillet dernier : « Nicolas Sarkozy privatise l’insertion des Rmistes. » Eh oui ! Il y a aussi des Rmistes dans les Hauts-de-Seine. Très exactement 26 924, précise Le Parisien. On devine qu’à la différence de leurs compères du Nord ou des Bouches-du-Rhône, ces Rmistes-là roulent en Smart et suivent de près l’évolution de l’indice Nikkei. Leur privatisation est donc de bon sens. En début d’année, le conseil général présidé par Sarkozy lançait un appel d’offres pour répartir le gâteau de la « réinsertion professionnelle » (19,5 millions d’euros). Trois prestataires viennent d’être sélectionnés : l’ANPE, Manpower et Forgeco. Ce sont effectivement les plus compétents. L’ANPE s’y connaît en stages de relooking, poireauting au guichet et relifting de la motivation. Manpower fait un malheur dans l’insertion des manutentionnaires à mi-temps chez ED l’épicier. Quant à Forgeco, spécialisée dans la « formation professionnelle à la restauration », elle a déjà fourni en loufiats les cantines de Dassault Aviation, du ministère de la Défense, de la mairie de Paris, de L’Oréal et d’Yves-Saint-Laurent. Question projets d’avenir, ça ne te laisse que l’embarras du choix. ANPE-Manpower-Forgeco, c’est le tiercé gagnant : contrôle social, missions d’intérim et apprentissage du four à micro-ondes.

Évidemment, les sous refilés à ces trois-là seront autant de sous en moins pour les associations et centres communaux qui jusqu’alors se partageaient le plat. Et évidemment ils font la gueule. « En décidant ces marchés, Nicolas Sarkozy supprime les actions menées par ces organismes publics ou associatifs en les mettant en concurrence avec les entreprises privées, s’insurge un conseiller général socialiste. C’est une procédure ultralibérale qui marchandise l’insertion des Rmistes. » Il a raison, l’élu PS : non à la marchandisation des Rmistes ! La mise au turbin des oisifs doit rester une mission citoyenne d’intérêt général ! Quand une boîte d’insertion de la CFDT envoie le chômedu repasser les chemises des cadres d’une entreprise d’informatique, c’est de l’humanisme. Quand Manpower fait pareil, c’est de l’ultralibéralisme. Quand c’est une association conventionnée qui sous-traite les commandes du marché, on est de gauche. Quand c’est une boîte privée, on est de droite. C’est parfois si compliqué la politique. Normal que nous les chômeurs on n’y comprenne rien, occupés que nous sommes à troquer nos tickets d’attente à l’ANPE contre un anneau où accrocher notre hamac. Avec les sarkozistes des Hauts-de-Seine, au moins, tout est simple. « Les bonnes méthodes sont celles qui marchent », explique le vice-président aux Affaires sociales du Bantoustan 92, un certain Philippe Juvin, pour justifier le recours aux négriers. Remarquable leçon de pédagogie. Ce qui marche, c’est ce qui marche, et réciproquement. Manpower, ça marche. Les associations, ça marche aussi mais moins bien. Maréchal de la Concurrence libre et non faussée, nous voilà ! En attendant de nous faire sucrer nos derniers radis, allons donc de ce pas nous villégiaturer chez les rois zoulous des Hauts-de-Seine, où la valse des « bonnes méthodes » fait tourner la tête plus sûrement que le dernier tube de l’été. Paraît même qu’il y a quelques anneaux solides du côté de la tour Elf.

Article publié dans le n°25 de CQFD, juillet 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |