Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°025
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°025


PRATIQUE

L’AUTOGESTION FAIT PEAU NEUVE, PROFITEZ EN CET ÉTÉ !

Mis à jour le :15 juillet 2005. Auteur : Grite Lammane.


Longtemps, ç’a été synonyme de plans un peu louches dans des quartiers chauds. Sinon, c’était au Club Med et ça vous ruinait. Aujourd’hui, « s’autogérer » est devenu aussi banal que prendre un café : entre les « soirées libertaires » de la jet-set et les conseils des magazines pour vivre libres et heureux, s’auto-organiser est devenu synonyme de branchitude. Du coup, on ne compte plus les libertaires : cent mille en France, selon les estimations de la DGRLC (direction générale de la Restriction de la Liberté de Chacun), « dont trente mille déclarés », précise Jean-Pierre Proudhon, chef du service autogestion de la DGRLC. « Ce nombre stagne depuis une dizaine d’années. Ce qui a changé, c’est qu’on en parle beaucoup plus. » Logique : dès lors que stars et politiques racontent publiquement leurs aventures d’autogestion (à l’Unedic, au Medef, au gouvernement, plus personne ne veut de l’ingérence pseudo-démocratique), s’auto-organiser est devenu synonyme d’efficacité, de rentabilité maximum.

« L’autre grand facteur de développement de l’autogestion, c’est la tolérance zéro, intervient l’historien Armand Bakounine. Lorsque cette culture est arrivée des États-Unis, beaucoup de stars y ont adhéré via les résidences sécurisées et l’État n’a pas hésité à se libérer des pauvres en nettoyant l’espace public au Karcher : on est enfin entre soi. Le rêve des communautés affinitaires devient réalité. Le monde de l’anarchie a pris un coup de jeune ! » Là-dessus, diminution des acquis sociaux et propagande médiatique ont encore rajouté des raisons de s’affranchir de la démocratie représentative : total, selon la DGRLC, nous serions deux millions à voir régulièrement des anarchistes, et dix millions à en avoir vu un au moins une fois dans notre vie ! Pourquoi pas vous ?

Article publié dans le supplément « C’est l’été ! », CQFD n°25, juillet 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |