Accueil
Du même auteur :
Sommaire du 26.N°026
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD 26.N°026


FAUX-AMIS

MARTIN HIRSCH

Mis à jour le :15 septembre 2005. Auteur : Le bouledogue rouge.


Un hôtel Formule 1, quelque part entre le périph’ parisien, les puces de Saint-Ouen et un échangeur d’autoroute. C’est là que la préfecture a provisoirement relogé les soixante-dix habitants du squat de la rue de la Fraternité, à Paris, fraternellement expulsés le 2 septembre. Un Formule 1 ? Le bureaucrate qui a trouvé cette idée mérite une prime de rendement : pas de cuisine où faire à manger, aucun espace où se réunir à part le distributeur de chips, pas de riverains pour se plaindre, tout ça à un tarif imbattable. Les organisations de soutien aux familles (DAL, LDH…) leur avaient déconseillé cette solution miracle. Heureusement, Martin Hirsch veillait au grain. Le président d’Emmaüs fit prévaloir qu’un cube-étape pour VRP, c’était toujours mieux que camper dans un square, qu’il garantissait le suivi des promesses préfectorales quant à un relogement définitif, qu’il fallait pas non plus demander la lune. Le bon Hirsch ! Toujours prêt à remettre de l’huile dans le moteur quand ça tousse trop fort. Avec ça, pas du genre à se faire du mauvais sang. Après l’incendie du boulevard Vincent-Auriol (dix-neuf morts), d’autres que lui se seraient exilés dans un ashram avec un sac sur la tête. Après tout, Emmaüs était à la fois propriétaire et gestionnaire de cet immeuble notoirement pourri. Après tout, elle extorquait à chaque famille 400 euros de loyer en échange d’un entretien inexistant et de réparations jamais effectuées. Après tout, la façon dont la fondation gère son parc de logements « sociaux » est parfois plus proche d’un syndic véreux que des gentils compagnons de l’abbé Pierre. Comme à Mantes-la-Jolie, où les HLM Emmaüs du domaine de la Vallée sont à ce point déglingués - moisissures, chauffage en panne, ventilateurs cassés, malfaçons diverses, factures EDF exorbitantes - que les locataires ont menacé de bloquer le paiement des loyers. Mais si on peut à l’aise vilipender les marchands de sommeil, c’est une autre affaire de chercher des poux dans l’honorable tonsure d’Emmaüs. Son fondateur a beau tourner en gélatine, il reste tout de même le Français le mieux classé au top cinquante de la popularité, avec Yannick Noah et Zidane, alors il faut prendre des précautions.

Les médias, après l’incendie, ont donc eu la pudeur de ne jamais mettre le Hirsch sur le gril. À la télé, le fringant patron d’Emmaüs avait carte blanche pour expliquer dans un premier temps que, non, l’immeuble n’était pas du tout insalubre et pas du tout surpeuplé, puis, dans un second temps, que l’immeuble était certes insalubre, mais que c’est précisément son surpeuplement qui empêchait les réparations… Va comprendre. Faut croire qu’on sait ravaler des gratte-ciel, réparer des porte-avions et ignifuger des robots satellites, mais qu’on ne sait pas mettre un immeuble aux normes quand il y a des gosses qui jouent sur le palier. En bon émule de Bernard Kouchner, dont il a dirigé le cabinet sous Jospin, l’énarque Martin Hirsch pense que le paradis est pavé de bonnes intentions. Que la misère se soigne avec des sacs de riz et des taudis inflammables. Que la défunte Constitution européenne annonçait l’avènement « d’une Europe terre d’accueil, prête à partager et à échanger ses richesses » (lire « Le oui subversif d’Emmaüs », Libé, 23/05/05). Qu’il faut remettre les Rmistes au boulot, comme il le martèle dans un rapport remis en avril à Douste-Blazy. Ou encore que les JO de Paris 2012 auraient permis à Emmaüs de « bousculer les stéréotypes sur la pauvreté et d’être associée à une manifestation positive qui véhicule une image de performance » (Hirsch interviewé par l’Essec, juin 2005). Question performance, il n’aura pas à rougir de l’incendie à Vincent-Auriol.

Publié dans CQFD n°26, septembre 2005.






>Réagir<

> MARTIN HIRSCH
xray | 31 août 2008 | Rêve et réalité

Revenu de Solidarité Active, le RSA, RAS, et la PPE

C’est exploiter la misère bien réelle des laissés pour compte pour justifier le prélèvement d’un peu d’argent à ceux qui en ont trop. Un nouvel impôt quoi !

Emmaüs, une association loi 1901 ? Vous Croyez ?

Encasernement des pauvres ! Travail obligatoire ! Payé en cigarettes !

La mondialisation a, pour les uns, du bon.

Quand on imagine le chiffre d’affaires de cette multinationale de la misère, on comprend que le dirigeant d’Emmaüs, le banquier Martin Hirsch, se réjouisse à l’idée que les choses ne changeront pas.

Un pas en avant, deux mille ans en arrière.

La reconnaissance officielle du statut spécial d’Emmaüs, c’est : « Ré institutionnaliser l’esclavage. »

Un discours de maître d’esclaves

(Voire commentaire « Laïd » Rêve et réalité)

Ces ingrats, on leur donne du travail ! (Jusqu’à 10 heures par jour, même plus.)
- On leur donne à manger. (Trois repas par jour, c’est pas rien !)
- On leur donne un lit et un toit. (À partager entre amis dans une ambiance conviviale.)
- On leur donne des vêtements. (Des vêtements à leur taille, souvent neufs.)
- On leur offre une culture religieuse ! Ces ingrats trouvent encore le moyen de nous voler ! Franchement ! Il faut vraiment que nous en ayons bien besoin !

Quand le banquier Martin Hisch aura fait reconnaître officiellement le statut spécial d’Emmaüs, on dira quoi ? Aux patrons qui voudront copier ! (Sachant qu’Emmaüs n’accepte que des gens de sexe masculin.)

Rêve et réalité http://echofrance.vefblog.net

Est-ce la personnalité du président de la République ?

Les curés voient de la laïcité dans toutes leurs saloperies.

MARTIN HIRSCH
Glawi | 23 mai 2007 |
Voilà un « faux-ami » prophétique… Après avoir joué Oui-Oui au référendum sur le TCE et célébré l’olympisme anabolisé, l’ami des pauvres va aider Sarko 1er à remettre les RMistes au turbin. Encore un vrai mec de gauche, parole ! MARTIN HIRSCH
| 21 mai 2007 |
Martin Hirsch donne une caution de gauche à Sarkozy, bien plus encore que Kouchner. Ce faisant, il va contribuer à amener un raz-de-marée de droite à l’Assemblée Nationale. Ensuite, tous les pouvoirs étant réunis dans les mêmes mains, il sera facile de se séparer de ceux qui ouvrent la bouche pour faire entendre leur voix. On en aura pris pour 5 ans et fait reculer le schmilblik. Bravo, Martin Hirsch ! On n’attendait pas cela de vous. MARTIN HIRSCH
| 18 mai 2007 |
aujourd’hui Martin Hirsch a rallié Sarkozy et donc perdu toute crédibilité dans la défense des exclus et accidentés de la vie. Ce n’est pas le rôle d’une association de de collaborer avec un gouvernement surtout de droite décomplexée qui entend, à l’américaine, privilégier ceux qui s’en sortent et enfoncer sous l’eau la tête de ceux qui ne s’en sortent pas. MARTIN HIRSCH
racoleuse passive | 5 septembre 2006 | RSA traverser le périphérique les yeux bandés

Mais quels crétins vous etes !! Martin aime les pauvres . La preuve il a des idées pour nous avec ses amis du MEDEF :

http://www.medef-idf.fr/staging/site/page.php ?pag_id=39430

Le MEDEF veux soigner la désespérance en nous faisant traverser le périphérique :

..les yeux bandés !! pour qu’on ait pas peur

"Les codes de la vie en société : le regard des autres, la propreté, le respect de son corps, la ponctualité, la politesse… sont pour ces exclus à réapprendre. C’est à chacun de nous de changer son regard sur eux afin que peu à peu ils réapprennent à se réinsérer et à reprendre espoir. C’est parce qu’un jour ils rencontrent un œil différent que des hommes et des femmes sortent de la rue, arrêtent de boire, retrouvent un travail et un logement. ( rien à voir avec le prix des loyers et l’exigence des proprios sur des CDI ou autres guignoleries dont la MERDEF n’a jamais entendu parler)

Pour s’ouvrir et accepter d’écouter l’autre, il faut aller le voir, être curieux de le connaître, « traverser le périphérique ». Et ce dans les deux sens ! "

Il a aussi d’autres trés belles idées Martin :

Tiens le RSA :

Accroître le contrôle sur la vie privée des femmes en familialisant les ressources et en généralisant le statut discriminant de cohabitant.

Créer par le vote d’une loi une inégalité de droit qui permettra aux conseils généraux de manger leurs pauvres à la sauce locale

Porter un coup fatal à la laïcité par l’immixtion d’associations caritatives religieuses dans la vie privée des plus pauvres (encore une fois des femmes puisque nous sommes les plus concernées par la précarité)

Dans les faits trouver un réservoir de main d’oeuvre à bas prix et la forcer à exécuter les boulots les plus sordides, et les plus mal payes en dissimulant la baisse du prix du travail !!!

Le projet du MEDEF et de Martin Hirsch :

Nous faire traverser le périphérique les yeux bandés !!

Certain(e) s d’entre nous néanmoins les ont gardés ouverts.

MARTIN HIRSCH
Zap | 13 mars 2006 |

Le Martin n’est pas un âne puisqu’il fricote avec feux et fous follets de droite comme de goche cf ses coups de gueules aux côté d’Yves Jego…

On peut s’interroger sur ce qui peut bien endormir un mouvement (Emmaüs) pourtant très tonique sur le terrain et qui laisse son président faire et dire tout ce qu’il veut…

> MARTIN HIRSCH
vanoost | 24 septembre 2005 |
Dans le journal de la municipalité parisienne de juin 2005, Martin Hirsch déclarait qu’« Emmaus partageait les valeurs de l’olympisme ». Du coup, je le trouve déjà bien gentil de s’occuper des perdants. > MARTIN HIRSCH
| 22 septembre 2005 |

Était directeur de l’AFSSA, car il ne l’est plus depuis la mi-juillet (il a été remplacé par une conseillère régionale UMP…).

Son principal fait d’arme avant de partir, mais il ne s’en est pas vanté, est d’avoir engagé la suppression d’un des laboratoires de l’AFSSA : celui de Brest, qui s’occupe de poissons.

Dès lors il ne faut pas s’étonner s’il s’occupe aujourd’hui de nos sans-papiers comme il s’occupait naguère de nos assiettes : en bon libéral sous vernis socialiste !

> MARTIN HIRSCH
manu | 15 septembre 2005 |
Je suis modéré a priori…bigre ? ça veut dire qu’il y a de la censure à CQFD…je suis déçu. Je vous voyais pas en journal modérant, encore moins a priori. Ceci étant : j’apprends des choses sur Martin Hirsch, mais je ne suis pas franchement surpris. Imaginez-vous qu’en plus d’être tout ça, ce grand Monsieur fait plein de choses : il est également directeur de l’AFSSA. Oui, c’est lui qui s’occupe de la sécurité de nos assiettes. Comprenons donc que, tout énarque (donc génie) qu’il soit, il ne peut pas être à la fois au four et au moulin…
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |