Accueil
Du même auteur :
Sommaire du 26.N°026
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD 26.N°026


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

LE BLUES VIENT DE NEW-ORLEANS

Mis à jour le :15 septembre 2005. Auteur : Arthur.


En matant les ravages du cyclone Katrina à la Nouvelle-Orléans (ville jumelée avec Venise), Ben Laden a dû rigoler dans sa barbe en reprenant une tournée de thé à la menthe dans son lieu de villégiature afghan. Rigoler, oui, mais jaune car cet ouragan a battu haut la main son record des Twin Towers. On se casse le cul à monter des opérations terroristes compliquées avec deux bouts de ficelle et quelques couteaux de cuisine et voilà-t’y pas qu’un simple petit réchauffement climatique de rien du tout vous fait passer pour un amateur sousdoué ! C’est à désespérer de la providence humaine ! En réalité, la science est formelle, le vrai détenteur de ce record de morts et de noyés doit être rétabli dans ses fonctions honorifiques : c’est le brave Bush, non signataire du protocole de Kyoto destiné à freiner (pas faire marche arrière, seulement freiner) les méfaits de serre et autres trous d’ozone. Voilà un handicapé du bulbe, 50 de QI dans les bons jours, qui se jette à l’eau, tel Gribouille, pour éviter de se faire mouiller par la pluie ! Porte-parole des trusts du pétrole, Bush fonce dans le brouillard avec son 4x4 en refusant de revoir l’évangile de la croissance illimitée des moyens de production - destruction serait le terme le plus approprié - de la planète capitaliste. Après moi le déluge. Sauf que c’est pas après lui, c’est tout de suite.

Autre emmerdement : la destruction des côtes de Louisiane et du Mississipi ne peut pas être attribuée au terrorisme islamique. Allah est grand, certes, mais pas au point, sur son tapis volant, de déclencher des tempêtes à 250 km/h. Alors que Dieu, lui, créateur des planètes, est le principal suspect. On sait que le vieux Darwin croyait aux théories de l’évolution, l’homme descendant du singe comme Bush descend de son arbre. Bush a remis en question ce dogme scientifique. Pour lui et la procession de débiles mentaux qui l’ont mis au pouvoir dans les sectes chrétiennes ou assimilées, la Terre et autres planètes ont été créées par Dieu et son intelligence suprème. Les cyclones, ouragans et autres dépressions sont donc le produit direct de son « intelligence ». Et cette théorie, appelée « créationnisme » va être enseignée dans les écoles américaines à la demande de Bush ! Voilà où en est l’humanité pensante : des millions d’années après Adam et Ève, l’Homme en est revenu au chimpanzé, question intelligence. D’ailleurs, suffit de regarder CNN à la télé : à la Nouvelle-Orléans, il remonte sur les arbres pour fuir les inondations.

Ces considérations frappées au coin du bon sens ne doivent pas nous empêcher de revenir aux choses sérieuses : l’élection présidentielle en France. Disons : la rentrée théâtrale. Fidèles à leur recettes comiques éprouvées, les Verts en université d’été ont négligé les sujets futiles comme l’écologie pour consacrer leurs débats à la question vitale : c’est moi qui ai la plus grosse ! Déjà une demi- douzaine de candidats déclarés. Qui va gagner ? La France retient son souffle. Mais sachez déjà que, dans les coulisses vertes, les stages de lancer de couteau dans le dos et d’épandage de ciguë dans le potage bio affichent complet. Ce succès attendu du théâtre de boulevard risque cependant d’être éclipsé par les grandes compagnies du théâtre subventionné : PS et UMP.

Appuyées sur des années d’expérience, ces deux troupes nous préparent des boyautages mirifiques. Au PS, tirés de la naphtaline du cimetière des élephants, une douzaine de candidats ont déjà déclaré leur candidature à l’Élysée, sous le regard impavide de l’anachorète de l’île de Ré, Lionel Jospin, qui ne pipe mot mais n’en pense pas moins. Le « peuple de gauche » dont ces saltimbanques sont censés défendre les intérêts, se prépare un hiver de chaudes larmes. De son côté, le peuple de droite ne sera pas en reste, sommé de choisir entre le vieux sumo Chirac, le bellâtre Villepin et le sicaire Sarkozy. Là aussi, les officines préparent les coups tordus et les mises au tapis. On dit les Français moroses ! Que nenni ! Ils vont se marrer comme jamais ! Ça leur fera oublier la dèche. Car la politique, mon pote, c’est une émission de téléréalité.

Article publié dans le n°26 de CQFD, septembre 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |