Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°027
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°027


FAUX-AMIS

LA PIGISTE BRANCHÉE

Mis à jour le :15 octobre 2005. Auteur : Le bouledogue rouge.


On croit acheter Télé 7 jours pour sa grand-mère et, victime de la fébrilité de la vie moderne, on emporte Technikart. Et là, sur la couverture kitsch en diable, à prendre sûrement « au 30e degré », à côté d’un leader socialiste déguisé en monarque républicain, le mensuel des branchés parisiens s’interroge : « Faut-il brûler les altermédias » ? On se souvient alors qu’il y a peu, une certaine Anna Borrel a appelé CQFD. « J’écris un truc sur la presse alternative. » Humblement, elle se présente comme une simple pigiste, et pose deux-trois questions, s’immisçant autant qu’elle peut dans le fonctionnement du canard, surtout intéressée par les questions de rémunération. Elle s’étonne que la ligne éditoriale de CQFD se discute collectivement (« C’est pas trop le bordel ? ») et puis s’en va. Pour Anna la pigiste, seule l’autorité d’un rédac’ chef semble être garante de l’harmonie et de la cohérence d’un journal. Et logique avec elle-même, pour plaire au chef sur ce coup-là, notre pauvre forçat du clavier maniera ensuite l’ironie distancée chère aux post-modernes en bavant sur CQFD visiblement sans l’avoir lu. Elle donne des noms, se moque de la « schizophrénie » qui consisterait à dénoncer la précarité tout en en usant. Comme elle n’a pas beaucoup de temps entre une pige et une autre (elle bosse entre autres pour France 2), elle bâcle un peu, invente beaucoup. Selon elle, CQFD est dirigé par une paire de journalistes professionnels qui exploitent, les gros malins, une dizaine d’amateurs non payés. Anna bidonne, bidouille et bredouille. Elle avait averti, juste avant de raccrocher, qu’elle allait « imiter un peu le style PLPL  ». Seulement voilà, n’est pas sardonique qui veut : c’est mal écrit, vite torché, superficiel. Mais tant pis : le chef compte sur les photos couleur et le papier glacé pour vernir en surface ce journalisme fast-food. Pour la pertinence, voyez plutôt les pages de pub.

Géré par trois noms à particule, Technikart brasse du vide en essayant de faire suffisamment de bruit pour attirer le clampin. « L’après-modernité ne s’articulera pas autour d’une lutte des classes, mais surgira d’un bouillonnement tribal », pontifie le fanzine de luxe du groupe Hachette-Filipacchi, dont le cœur de cible est l’ado attardé avec carte de crédit. « Il faut sauter en parachute pour savoir pourquoi les oiseaux chantent », s’émerveille Guillaume de Roquemaure, administrateur de la revue et cousin du PDG du groupe, dans un publi-reportage de L’Expansion. Et notre laborieuse mercenaire de s’acharner sur nos journaux de fauchés, mal imprimés et coupables de… collusion. Il paraît en effet qu’on se refile des infos avec PLPL, Acrimed, Fakir et La Décroissance ! Quel scoop ! Quel courage dans la dénonciation ! En voilà du bon journalisme d’investigation ! Puis, dans la foulée, et sans jamais mentionner ses liens avec eux, elle propose au lecteur des altermédias plus fréquentables, c’est-à-dire ceux qui ne cracheraient pas sur la pub si la pub voulait d’eux : Le Gri-Gri International (sans préciser qu’elle en est la rédactrice en chef adjointe, ni qu’elle est la trésorière de l’asso des Amis du Gri-Gri), Tant Pis Pour Vous (qui partage ses locaux avec Le Gri-Gri) et Les Cahiers du Foot (qui ont publié récemment une page encensant Le Gri-Gri où était reproduit un article de… Anna Borrel). Alors, Anna ? « Collectivisme ou collusion ? » Schizophrénie ou misère existentielle d’une tâcheronne à honnêteté précaire ? Au final, ton papier glacé nous aura laissé un vague sentiment d’écœurement, juste avant que le sac-à-pub pour lequel tu as planché ce jour-là nous tombe des mains.

Publié dans CQFD n°27, octobre 2005.






>Réagir<

LA PIGISTE BRANCHÉE
| 22 mai 2007 |
d’ailleur y a une pub pour renault sur leurs site culture undergroud ….. LA PIGISTE BRANCHÉE
Farco | 19 janvier 2007 | http://http://www.bewlay-brothers.c...

Salut, je ne suis pas étonné par l’expérience (amère) que vus avez connu. Je ne m’étendrais pas sur le cas des journalistes, plus ou moins précaires. Vous connaissez, je connais, nous savons. A chacun de questionner, de confronter sa pratique de l’écriture, de la lecture, de la culture et de la rebellion (en solo ou ensemble selon les tempéraments). Et où est le fric ? A qui va-t-il ? A qui ne va-t-il pas etc. Et d’en discuter. Mais la trahison c’est une autre paire de… claque. L’hypocrisie…

Le lien ci-dessous vous emmène sur un édito-caricature. Cette fois-ci c’est Rock et Folk qui est… chargé !

Bonne suite.

http://www.bewlay-brothers.com/pl/modules.php ?name=News&file=article&sid=2935&mode=&order=0&thold=0

LA PIGISTE BRANCHÉE
Shane Fenton | 22 juin 2006 |

J’arrive avec un peu de retard, mais votre histoire me rappelle autre chose : les journalistes qui « enquêtent » sur les jeux vidéo.

Lisez le compte-rendu qu’en a fait un journaliste du magazine Joystick à la page suivante : http://strider.mjjprod.free.fr/toxic17/articles/testamen.htm. Vous descendez jusqu’à ce que vous voyiez « Les médias se foutent de nous : envoyés spécieux », et vous y êtes.

Il est vrai que ça date un peu : c’était au début des années 90, quand « Envoyé Spécial » a fait une émission mémorable (et pas dans le bon sens) sur « les mordus de jeux vidéo ». Cela dit, rassurez-vous, le traitement médiatique du jeu vidéo n’a pas vraiment changé.

> LA PIGISTE BRANCHÉE
kitteN un lecteur de CQFD ET Technikart | 12 novembre 2005 |

Mes amiEs,

Ce que vous dites sur Technikart ne les a pas empêchés, entre autres choses : de dénoncer par deux fois, la première dans une petite news, la seconde sur deux pages, la censure par Canal + du reportage de John-Paul Lepers sur Bernadette Chirac ; d’accorder une page à la série de documentaires Désentubages cathodiques ; de s’être demandé sur plusieurs pages, après le référendum sur la Constitution Europeenne, « Sommes-nous revenus au temps de l’ORTF » ; de critiquer la presse quotidienne régionale pour finir sur un éloge de journaux qui ont des couilles (exemple : L’agitateur de bourges) ; de proposer dans le même numéro un dossier « Subversion mode d’emploi »…

Evidemment, quand on tourne la page et que l’on tombe sur une pub Adidas, ça peut fortement décrédibiliser le message. Si l’article en question sur les altermedias est carrément criticable, je ne pense aps qu’il faille jeter ce mag’ aux oubliettes.

> LA PIGISTE BRANCHÉE
UnAmi | 7 novembre 2005 |
Plus que super bien vu ! > LA PIGISTE BRANCHÉE
aelis111 | 3 novembre 2005 |
La fin sur les altermedia frequentable est franchement edifiante, mais etait-ce necessaire d’en rajouter une louche (de mechanceté) sur Technikart qui n’a quand même pas que des mauvais côtés, parfois même des articles drôles et pertinents (même si le numéro en question était assez nul, on est d’accord). Bref, je trouve que gueuler sur un truc mal fait c’est bien, dénoncer certaines méthodes de travail aussi, mais le ton revanchard fait perdre de sa valeur à la démonstration… dommage… > LA PIGISTE BRANCHÉE
JEROME | 21 octobre 2005 |
Vous au moins vous ne faites pas de la« google info » : vos envoyes finissent au poste pour avoir fait leur taf…Si le journalisme ca consiste à donner un coup de fil digne d’un détective et à faire un papier ensuite, bof …Moi je lis tecknikart : on le trouve GRATOS dans une boutique de cd rue de rome à marseille ; mais j ’ACHETE cqfd. > LA PIGISTE BRANCHÉE
| 21 octobre 2005 |
Technikart, c’est vraiment le fond de la misère intellectuelle… Le pire, c’est que les lecteurs de ce catalogue publicitaire gonflé à l’air du temps se croient finauds, cultivés et intelligents, alors qu’ils sont cons à manger du foin (mais seulement du foin copyrighté par Starck). Vous laissez pas faire, foutez-leur la honte, entartez-leur la gueule ! Ils veulent savoir pourquoi chantent les oiseaux ? Pour leur chier sur la tête !
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |