Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°027
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°027


DÉSERTIFICATION DES ESPACES PUBLICS

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !

Mis à jour le :15 octobre 2005. Auteur : Gilles Lucas.

S’il est aujourd’hui un malheur dans le fonctionnement chaotique de « l’économie », c’est bien cette manie qu’ont prise de nombreux habitants des villes et des villages de se rassembler certains dimanches pour vendre ou acheter des objets de deuxième main. Heureusement que l’État gère !

QUE, DANS LES VIDE-GRENIERS, l’objet tant convoité hier se retrouve là, posé au sol, vidé de sa valeur initiale, transformé en reliquat encombrant, simple chose exsangue, peut apparaître comme un déni de toute moralité. Des pans entiers de la machine commerciale, la tension vers l’acquisition exigeant labeur et argent, l’idée de la possession comme nouveau pas vers la réalisation du bonheur, la valeur travail accumulée dans la fabrication et déterminée par le jeu ésotérique du commerce, se fissurent. On a même vu des gens échanger des objets qu’ils se proposaient de vendre, ou pire, les laisser sur place… De quoi menacer de génocide quelques milieux de l’action commerciale. D’autant que les participants, non contents de se dérober aux dures lois du marché, se livrent à quelques agapes - boisson et repas - et pratiquent, de manière éphémère et c’est fort heureux, une convivialité qui pourrait être prise pour de l’insolence vis-à-vis des dispositifs mis en place pour assurer la désertification des espaces publics.

Depuis plusieurs années, l’État entend contenir cette chienlit. Et, comme dans une société à prétention démocratique il est convenu que l’interdit s’habille d’une participation et d’un soutien des citoyens, c’est aux citoyens qu’il est demandé de gérer la surveillance, voire la répression de cette activité abusive que sont les vide-greniers. Aux organisateurs - associations de quartier, comités des fêtes, clubs paroissiaux ou sportifs, parents d’élèves, etc. - de faire office de représentants de la loi : contrôles d’identité, relevé des plaques minéralogiques et inscription des participants sur un registre. Car la loi précise qu’en aucun cas, une personne ne peut « déballer » plus de deux fois par an. Cela, évidemment, afin de limiter les excès d’un enrichissement exempt de toute fiscalité. La nouvelle loi du 2 août 2005 étend cette modalité : dorénavant seules les personnes domiciliées dans la commune ou dans la communauté de communes du lieu où est organisé le vide-grenier ont le droit de « déballer ». Généreuse tolérance.

Car le commerce est une activité propre et laborieuse. Celui qui vend quelques objets usagés lors d’un vide-grenier est initialement un consommateur. Qu’il le reste. Il n’a pas à acheter ou à récupérer les « déchets » pour les revendre ou les échanger. S’il a acquis des objets, c’est pour les utiliser jusqu’à ce que leur fragilité ou la poussée fashion du marché l’incite à en acheter d’autres. Chacun sa place. Le commerçant, au contraire, est un professionnel dont l’activité n’est entachée d’aucune ambiguïté. Il achète, vend, paie des impôts. Le brocanteur-antiquaire est, comme chacun sait, un homme intègre par nature. Invitez-le chez vous à boire un coup, il ne tardera pas à vous demander si vous ne seriez pas intéressé à vendre les quelques objets qui traînent sur la commode. Et pourquoi pas la commode elle-même ?

Par essence, le brocanteur ne voit dans l’objet que l’argent qui y sommeille, ou plus précisément le peu qui y sommeille pour vous et l’éventuel plus pour lui. Il a l’innocence du toxico en manque : regard tournant, investigation discrète, calcul automatique. C’est lui qui, alors que l’aube se dessine à peine, se rue lampe en main sur les voitures encore remplies de ces consommateurs- traîtres qui viennent déballer. Il fouille les cartons, renverse les caisses, tel un insecte coprophage. Il prétend qu’il veut débarrasser, ici la personne âgée crédule, là le petit marchand d’un jour. Il se montre généreux pour quelques instants, avant de remettre en vente ce même objet après en avoir multiplié le prix. Sa présence a généralement un effet purificateur sur un videgrenier. Il excite la concurrence et définit une nouvelle échelle de valeurs tirée vers le haut. Son stand est sain comme son « coeur de cible » qui est souvent une clientèle aisée, et l’ambiance du marché s’en trouve souvent dénaturée. De fait, il est fréquent d’entendre dans les vide-greniers des propos envisageant d’en exclure les marchands professionnels. Pression des brocanteurs-antiquaires ou nouvelle mesure de contrôle de l’État (parmi tant d’autres) sur la population ? En tout cas, ces lois limitant les vide-greniers devraient au moins avoir deux conséquences immédiates. Pour les déballeurs du dimanche, supprimer les quelques gains qui s’ajoutaient jusque-là aux maigres aides sociales et les inciter enfin à accepter n’importe quel boulot. Pour les places des villes et des villages, le dimanche, leur rendre leur droit : celui d’être des déserts.

Article publié dans le n° 27 de CQFD, octobre 2005.






>Réagir<

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
sylbeauge | 26 septembre 2009 |
Cette position a du sens…économiquement, toutefois, tout est question d’équilibre, et si nous n’étions pas enfouis dans une gabégie invraissemblable, alors il n’y aurait pas de vide greniers. Le ’trop’, c’est comme le ’pas-assez’, ça crée des frustrations, de nature différente. Et puis, ces objets détenus en trop grand nombre et que l’on abandonne pour quelques sous, ils permettent à certains de détenir l’objet qu’ils n’auraient pas pu acheter en magasin. Puisque vous erigez l’économie comme bafouée, rappellez-vous qu’en économie, les maîtres-mots sont cycles et équilibres. Ces pratiques se sont imposées, par nécessité. LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
dupdup | 30 avril 2008 |
Bravo Gilles ton article est drôle et fin ; dommage que la plupart des internautes de ce forum ne le comprennent pas.Peut-etre aurait-tu du rajouter : ATTENTION CECI EST DU DEUXIEME DEGRES… Reproduction autorisée ?
Gérard | 18 mai 2007 |
Stimulante et joyeuse lecture. Si l’auteur le permet, je reproduis l’article à l’adresse ci-dessous indiquée avec la référence (auteur et lien vers votre site) : http://www.mesnil-sellieres.com Merci de me prévenir avant de me poursuivre en justice ! LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
Tsukinomikase | 19 juin 2006 |

Bon d’accord avec tout ça.

Mais entre nous, les particuliers qui auraient vraiment à déballer plus de 2 fois par an ne ferait-ils pas mieux de « réfléchir » leurs achats afin de ne pas avoir à « évacuer » tout ce qu’ils n’utilisent pas.

C’est bien de recycler mais la meilleure façon de limiter les déchets c’est de ne pas les créer.

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
vive les vide-greniers ! | 13 juin 2006 |

En tant que nouvel internaute, je viens de lire l’article à propos des vide-greniers. Mon scieur, veuillez enlevez les toiles d’araignées qui défilent dans votre pauvre cerveau.

J’espère que ce « Gilles » ne fait pas de politique.

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
Moi | 6 mai 2006 | Inepties

Salut Gilles

Si t tu n’avais pas tenu des propos aussi c.., jamais la situation ne se serait radicalisé.

Avant de parler tourne 7 fois ta langue dans ta bouche, tu n’écrira plus autant d’inepties.

C’est vraiment dommage qu’une aussi belle plume que la tienne n’apporte pas la lumière qui devrait la soutenir.

Un amoureux de son metier

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
IZARRA | 25 avril 2006 |
Les brocanteurs sont quelquefois bien contents de venir s’approvisionner dans les vide-greniers, car bien souvent ils achètent sans demander un justificatif au vendeur (pour la tenue de leur livre de police) ce qui leur permet de revendre en se faisant payer en liquide …Alors, cessez, Mesdames et Messieurs de vous acharner sur les particuliers. LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
| 14 avril 2006 |
Pauvre gars, le Gille, un conseil reste à la maison à jouer avec ta Play station, en bouffant un mac do frite coca………………….. LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
ALZINA | 9 mars 2006 | NOUS MARCHONS SUR LA TETE

TOUT SIMPLEMENT LAMENTABLE !!!

LE GOUVERNEMENT N’A T’IL PAS PLUS URGENT A GERER QUE DE TERGIVERSER PENDANT DES HEURES POUR PONDRE UNE LOI INTERDISANT A UNE PERSONNE DE GAGNER « 3 FRANCS 6 SOUS », SOUS PRETEXTE DE RECOLTER PLUS D’IMPOTS !

BEAUCOUP DE GENS AIMENT CHINER, ON A DE CESSE DE NOUS VENTER LA CUSTUMISATION D’ANCIENS OBJETS, LA RECUP, ETC… DE PLUS, C’EST UNE ATTEINTE A LA VIE PRIVEE DES PASSIONNES, DES FAMILLES QUI EN FAISAIENT L’ACTIVITE DU DIMANCHE ET CELA ACCROIT LES OBJETS ATTERRISSANTS EN DECHETTERIE ET LE COUT DE RETRAITEMENT DES DECHETS !

ET LA LIBERTE DES PERSONNES DANS TOUT CA ? POURQUOI NE PAS NON PLUS REGLEMENTER LES LOTOS, CONCOURS DE BELOTE ET AUTRES ACTIVITES DU GENRE OU LES LOTS PEUVENT ETRE PECUNIERS !

IL SERAIT QUAND MEME PLUS INTELLIGENTS DE S’ATTAQUER AUX PROBLEMES DE FOND DE CE PAYS. SI CERTAINS ONT FAIT FORTUNE GRACE AUX BROCANTES ET VIDE-GRENIERS, J’AIMERAIS BIEN CONNAITRE LE POURCENTAGE DE LA POPULATION CONCERNEE.

LEGIFEREZ PLUTOT SUR LE TRAVAIL AU NOIR, LES EMPLOYEURS MALHONNETES QUI NE DECLARENT PAS LEURS SALARIES, ET AUTRES PROBLEMES DU MEME ACCCABIT !

SANS COMPTER QUE LES COMMUNES OU ASSOCIATIONS TIRENT DES BENEFICES DE CES ACTIVITES ET ONT MIEUX A FAIRE QUE DE NOTER LE N° DE PLAQUE MINERALOGIQUE DES EXPOSANTS…………….. CELA DEVIENT DE LA DELATION !

A BON ENTENDEUR, SALUT. CONTINUONS COMME CELA, NOUS SOMMES SUR LE BON CHEMIN !!!

LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
RENE | 4 mars 2006 |

Un vide-greniers n’est pas seulement un des derniers lieux de liberté républicain, mais également l’un des derniers lieux de convivialité fraternelle !

Et après la suppression des vide-greniers ?, les ventes de particuliers à paticuliers dans les journeaux gratuits ou les revues spécialisées ? ou encore par le biais de l’internet ?

STOP il faut réagir ! les articles vendus sur une brocante ont déjà été « essorés » par le gouvernement ; tva à tous les niveaux, charges sociales, impôts sur les bénéfices des fabricants, intermédiaires et vendeurs et j’en passe…

RENE

> LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
| 12 février 2006 |
Pauvre Gilles……….Que votre vie doit-être monotone et triste , votre maison froide et sans vie….Ne seriez vous pas un brin psychorigide ??? pour qui vous prenez vous ? Vous vous permettez de critiquer les vides greniers qui sont des endroits pleins de vie et permettent coeur battant de dénicher ce qui nous tient à coeur depuis longtemps…. Chacun y trouve son compte mais pas vous apparemment …. Comme je vous plains … je suis une collectionneuse passionnée de vaisselle ancienne et mes revenus ne me permettent pas de m’approvisionner chez les antiquaires… alors merci les particuliers et longue vie aux vides greniers !!!!!!!!!!! > LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
Bakou9 | 23 janvier 2006 |
Cette article de loi faute de decrêt d’application n’est nullement à ce jour applicable. De plus la limitation géographique des habitants est contraire au fondement de l’égalité des citoyens devant la loi et est contestable en droit. Elle est même mentionnée comme illégale dans un circulaire du minisère de l’intérieur du 9 mars 1999… C’est le législateur qu’il faudrait néttoyer au karsher. > LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
emile zardos | 22 janvier 2006 |

L’auteur ( H ou F ), qui a pondu ce laius sur les vide-greniers, feraient mieux de regarder autour de lui, et d’écouter les autres.

La paupérisation des habitants de ce pays est en marche……..

Vu les tarifs du neuf dans les commerces, de plus en plus de gens préfèrent s’équiper, ou acheter des produits de loisirs, dans ces lieux.

Vide greniers que des avantages pour les consommateurs :

Prix,relations,échanges, communications avec les autres, sourires lors de la trouvaille, sortie dans des villages sympa. Rentrées d’argent pour les petites assossiation qui organisent ces manifestations, qui au passage refont vivre, anime un village le temps d’un beau et bon dimanche. Mais aussi, avantage écologique car des objets au lieu de terminer dans une déchetterie ( cout communautaire), retrouve une seconde vie chez d’autres personnes. Une sorte de recyclage gratuit, non polluant et presque sans fin. N’en déplaise au gros holding du systéme commercial en France, faut qu’il arréte de nous matraquer.

> LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
| 4 janvier 2006 |
ce message me laisse froid !! car j’adore parcourir ces vide grenier ,et oui quelle plaisir de chiner a la recherche d’un objet pour ma collection !! vous preferer quoi ? que cela parte a la poubelle ? et c’est un plaisir de sortir !le dimanche matin !! il faut quand meme etre courageux pour ce lever a 5 heures du mat un dimanche matin vous trouver pas ? l’etat quand il ne touche pas une part du gateaux nous met hors service,ce n’est pas normal !! ou vaije trouver maintenant ces objet qui on ou aproche la 20 ene d’annee ?chez un antiquaire ?ben justement les antiquaire ne vende pas ce que je recherche !!donc les gens si il ne peuvent pas exposer c’est poubelle !!c’est quand meme domage pour le patrimoine !il faut arreter de ce contredir et surtout alt a la stupidite qui nous entoure !! on est encore dans un pays libre quand meme enfin presque !! > LES VIDE-GRENIERS AU PLACARD !
| 21 novembre 2005 |
Dans une situation de réelle pauvreté qui se developpe, les vides-greniers permettent surtout d’habiller ses enfants et de tirer quelqu’argent de ce qui est devenu inutile. Saine réaction d’une population qui se débrouille avec vitalité et convivialité, en pratiquant une sorte de troc, même si quelques Euros servent d’intermédiaires. C’est en effet intolérable pour le monopole de la grande distribution, plus touché sans doute que les antiquaires qui servent de prétexte. Paradoxale réaction règlementaire d’un pouvoir qui prône le libéralisme. Supprimons ces marchés : moins de recettes pour les associations organisatrices, moins de consommations d’essence ( hautement fiscalisée ) etc…
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |