Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°027
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°027


HÉTÉROS FACHOS ?

LA FOIRE AUX VANITÉS

Mis à jour le :15 octobre 2005. Auteur : Pascal Renaux.


La lesbienne sud-coréenne paraplégique est elle aussi une cible marketing privilégiée. Elle ne ratera donc sous aucun prétexte la troisième édition de Rainbow attitude, un salon gay qui se tiendra du 21 au 24 octobre Porte de Versailles, à Paris.

Le principe est celui de la foire, mais notre gouine postmoderne ne trouvera point ici de saucissons à l’ail pour décorer son fauteuil roulant. Elle n’en subira pas moins les assauts d’entreprises fortement intéressées par le porte-monnaie d’une communauté gay réputée pour ses goûts de luxe. Le mythe du couple homosexuel nécessairement fortuné en raison de l’absence d’enfants à charge ne devrait donc pas s’en trouver infirmé. De fait, les produits proposés par les 350 exposants ou annonceurs s’organisent autour d’un thème évoquant clairement la dépense, celui des loisirs. Des stands consacrés au shopping, aux arts et spectacles, aux voyages, à la beauté et au bien-être cristalliseront sans doute l’image du rêve, du mode de vie idéal, mais cet avant-goût pourrait toutefois laisser plus d’une tante Rmiste relativement frustrée. À onze euros le droit d’entrée, on se contentera donc de toucher avec les yeux.

Pour compenser cette overdose de calme et de volupté, les gentils organisateurs, Régine Corti et Philippe Sultan, ont songé à incorporer une bonne dose de légitimité associative. C’est là une stratégie très ingénieuse, car de la sorte, Act-Up, Aides, SOS Homophobie et consorts cautionnent un projet qui réussit l’exploit d’éradiquer le hiatus existant entre milieu associatif et commercial. Avouons que c’est même une idée de génie, puisqu’ainsi tous les acteurs majeurs de la vie homosexuelle nationale seront réunis en un seul et même lieu, et sur une durée qui n’a rien de comparable avec celle de la Gay Pride. D’une certaine manière, pour les néophytes, il s’agit donc d’une occasion à ne pas rater, mais pour les autres il s’en dégagera peut-être un certain parfum faisandé, d’ordinaire palpable lorsque les cercles sont trop fermés. Je ne me rendrai donc pas à la foire aux dindes ; je n’irai pas voir mes copains du Club Med, de Pink TV, de Cégétel, du Syndicat National des Entreprises Gaies ou d’IBM. Je resterai seul, forcément seul, et, dans la splendeur de mon isolement, la folie viendra réclamer son dû. Les dingues et les paumés de tous les continents, les autistes qui se cassent les dents sur les arêtes anguleuses du rêve viendront me rejoindre dans mon antre. Et de là nous baverons, cracherons, dégueulerons en choeur jusqu’à former un marécage de miasmes putrides qui refluera peu à peu jusqu’à la Porte de Versailles.

Avec un peu de chance, nous parviendrons à engloutir sous notre gerbe les 12 000 m2 du hall d’exposition, juste à temps pour recouvrir de notre merde pudique les corps dénudés que nous garantissent la présence d’une trentaine de peintres, photographes, sculpteurs ou graphistes gays. De là, notre fange s’en ira tout droit souiller les délicats oripeaux présentés lors d’un énième défilé de créateurs abscons, tous issus de la « Rainbow Fashion School » (sic). Et au final notre majestueuse purulence s’infiltrera sous les paupières de conférenciers débattant de l’homophobie au travail, des droits des gays en Europe, ou plus modestement encore de la crise identitaire qui guette quiconque s’aviserait de sortir du Marais. Notre triomphe sera total.

Article publié dans le n° 27 de CQFD, octobre 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |