Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°027
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°027



MOLDAVIE-SUR-SEINE

Mis à jour le :15 octobre 2005. Auteur : Marius Frehel.


Après avoir visité plusieurs taules françaises, le Commissaire européen aux droits de l’homme, Alvaro Gil-Robles, s’est exclamé dans Libération (22/09) : « Sauf en Moldavie, je n’ai vu de prison pire que ça ! » Pour une fois, c’est vraiment la France qui gagne : sur l’échelle de l’enfer carcéral, elle arrive en tête des trente-deux pays européens visités. Ce n’est qu’une demi-surprise : malgré les grâces (pas si grasses au demeurant) et remises de peines de cet été, le nombre de détenus est d’environ 57 000 pour 51 000 places. Alors on entasse comme on peut dans des conditions souvent répugnantes, comme aux Baumettes. Même les matons s’y mettent : dans Le Monde (22/09), le secrétaire général de FO-pénitentiaire dénonce des «  conditions inhumaines qui ne favorisent pas la réinsertion et fabriquent de la récidive », sans préciser la date à laquelle lui et les siens comptent démissionner en masse pour humaniser l’inhumain…

Nonobstant ce constat, la psychose sur les récidivistes orchestrée par les ministres Sarkozy et Clément relayée au pas de charge par les médias, va aboutir à durcir davantage encore la vie des détenus, et donc à aggraver le phénomène auquel ils prétendent vouloir remédier (voir CQFD n°25). Quitte, en passant, à rouler la Constitution dans la farine, comme le suggérait le Garde des Sceaux fin septembre en prônant le bracelet électronique à effet rétroactif… Et même si la boulette de la loi Perben II sur le doublement du crédit de réduction de peine a pu donner quelques faux espoirs aux taulards, la stratégie est comme toujours à la répression sélective. À noter, cette judicieuse trouvaille préconisée par le syndicat des commissaires : le flicage du délinquant potentiel dès la crèche ! Pour les condés de base, en revanche, c’est le grand bleu : après le flashball, ils vont à présent se régaler de trois mille Taser, ce pistolet paralysant qui t’envoie 50 000 volts dans la barbaque. Bonheur spasmodique pour ceux du dehors, exotisme à la moldave pour ceux du dedans… Jusqu’où peuvent-ils tirer sur le verrou sécuritaire sans que ça pète ?

Article publié dans le n° 27 de CQFD, octobre 2005.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |