Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°027
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°027


COHÉSION

LETTRE A BORLOO-LA-BIDOUILLE

Mis à jour le :15 octobre 2005. Auteur : Grite Lammane.


Cher Jean-Louis,

L’autre jour, ma copine Alice, qui est chômeuse de très très longue durée, m’a invitée à boire le thé. On piapiate un bout, comme d’habitude. La famille ? Ça va. Les amis ? Ça va. Le moral ? Ça, ça va pas : Edf vient de découvrir que son compteur était piraté, le contrôle des Rmistes se renforce tous les jours, les contrats d’insertion à renouveler tous les trois mois contre douze jusqu’à l’année dernière, les convocations mensuelles à l’Anpe à partir de janvier, les menaces de suppression du Rmi par les conseillers Anpe… Elle râle, elle râle, Alice. Et quand elle commence, on ne peut plus l’arrêter. Mais cher Jean-Louis, j’imagine que grâce à ton poste tu es parfaitement informé de ses difficultés.

« - Au moins, le chômage baisse enfin, toi aussi tu vas pouvoir en profiter !, je lance pour détendre l’atmosphère.

- Ouais. C’est ça, elle me répond avec son petit sourire en coin.

- Si, si, il y a eu une baisse de 1,5 % du nombre de chômeurs indemnisés en août [1]. Ils l’ont dit à la télé.

- Alors tu peux m’expliquer pourquoi il y a eu 561 500 chômeurs qui ont demandé une allocation de retour à l’emploi ou une allocation d’insertion au mois d’août ? Ça représente quand même une hausse de 13,4 % par rapport à juillet. Et les 194 900 nouvelles indemnisations du mois d’août [2] elles comptent pour du beurre ? »

Je n’aime pas trop, vois-tu, cher Jean-Louis, quand on commence à parler de ces choses-là, parce qu’Alice et moi, on n’a pas la même opinion. Et puis elle s’énerve vite et je me sens déstabilisée, je perds mes moyens. Pour gagner du temps, je me suis resservi une tasse de thé, et j’ai grignoté deux Pépitos génériques. J’ai pensé à ce que j’ai entendu il y a une dizaine de jours à la radio. « En tout cas, Christian Charpy, le directeur général de l’Anpe, jure que les chiffres ne sont pas truqués… » Là, Alice a commencé à hausser le ton :« Ma pauvre Grite, moi, j’ai surtout l’impression qu’il exécute des ordres venus d’en haut en serrant les fesses ! D’ailleurs, les données de l’Anpe sont contradictoires avec celles du Bureau international du travail. Attends… Où je l’ai mis… (Elle fouille dans un tas de papiers sur la table basse.) Ah, voilà : dans Le Monde du 30 septembre, ils disent : “Le chômage a reculé de 0,9 % en août pour le cinquième mois consécutif, le taux de chômage au sens du BIT restant stable à 9,9 %, selon les chiffres du ministère de l’Emploi.” Comment c’est possible que le taux reste stable en baissant ? Explique-moi. »

J’ai toujours été nulle en math. J’ai quand même essayé de te défendre, Jean-Louis. « Dans ton article, là, ils disent aussi qu’il n’y a pas eu plus de radiations administratives que d’habitude.

- C’est vrai : 33 651 personnes. Imagine la totalité des habitants de la principauté de Monaco qui se retrouve sur la paille en un mois. “Radiations administratives”, l’expression est charmante. Reste qu ’elles ne comprennent pas les “sorties pour absence au contrôle”. Entre juin et août, elles ont augmenté de 12,5 % par rapport à la même période de l’année dernière. Ça fait 133 370 personnes d’un coup.

- Mais quand même, M.Charpy a fait l’ENA ! En plus c’est un ancien conseiller social du gouvernement Raffarin. Ces choses-là, il les connaît mieux que toi. » Elle commençait vraiment à m’énerver avec sa théorie du complot à deux balles. Du coup, j’ai complètement oublié que M.Charpy justifiait les radiations en s’appuyant sur des enquêtes de l’Anpe et du ministère du Travail qui révèlent que « plus de la moitié des personnes radiées ou absentes aux contrôles ont en fait repris un emploi. » [3] C’est bien normal de les rayer des listes, dans ces conditions.(Je salue au passage la ténacité de ton Ministère, qui arrive à enquêter auprès de personnes qui se soustraient à ses contrôles.) Comme aucun argument ne me venait à l’esprit et que le thé était froid, j’ai traîné Alice dans un cybercafé (avec ses 375 euros de Rmi mensuels, elle n’a pas les moyens d’avoir l’Internet chez elle). Au moins, sur le site de l’Assedic, il y aurait des chiffres qu’elle ne pourrait pas contester.

Effectivement : « Le nombre des sorties d’assurance-chômage augmente de 13,7 % au cours du mois d’août.[…]Les sorties pour reprise déclarée de travail enregistrent une augmentation de 13,5 % sur un an. » « Ah,tu vois ! » Je croyais lui avoir cloué le bec pour de bon. Mais aussitôt, elle me montre le paragraphe juste en-dessous : « Les sorties pour fin de droit connaissent une très forte hausse de 39,8% sur les douze derniers mois. » « C’est quand même des chômeurs, même s’ils n’ont plus droit à rien, sauf qu’ils disparaissent des statistiques. Elle est là, la manipulation. » Comme d’habitude, Alice a encore eu le dernier mot. Alors j’ai pensé à toi, Jean-Louis, je me suis dit que tu saurais mieux que moi trouver les arguments pour la convaincre. Si ça te dit de venir boire le thé un de ces jours… Alice me jure qu’elle n’y mettra pas de mort-aux-rats.
Bien à toi,

Grite Lammane

P.S. : Si tu pouvais aussi me rembourser les deux euros du cybercafé, ça serait sympa.

Article publié dans le n° 27 de CQFD, octobre 2005.
Lire également LE CHÔMAGE CRÉE DE L’EMPLOI et CIRCULAIRE DES RADIATEURS parus dans le même numéro.


[1] Source : assedic.fr

[2] 14,2 % de hausse sur l’année selon l’Assedic.

[3] Le Parisien, info reprise par LCI le 30/09/05.





>Réagir<

LETTRE A BORLOO-LA-BIDOUILLE
Pierre JOANDEL | 23 septembre 2006 |

cher jean louis, Pas plus tard que cette semaine j’ai trouvé un contrat avenir qui correspondait tout à fait à mon profil,mais votre loi qui est de deux ans « normalement » est de dix mois pour l’éducation nationale ,ce qui ne me permet pas d’y avoir droit, je suis en invalidité deuxième catégorie et aucun patron ne veut d’une personne qui n’a pas travaillé depuis trois ans ,ce « fameux contrat » s’il avait été respecté j’aurais pu me réinsérer dans le milieu du travail ,je voudrais que vous m’expliquiez comment font les personnes dans mon cas.

salutations

PS : N’hésitez pas à me répondre

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |