Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°028
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°028


PETITS SERVICES ENTRE AMIS

JOURNALISTE ET PROCONSUL

Mis à jour le :15 novembre 2005. Auteur : Mehdi Ba, Olivier Cyran.


LES GRAND REPORTERS sont parfois de grands patriotes. Renaud Girard, par exemple. Ce journaliste du Figaro parcourt depuis vingt ans les terrains les plus brûlants de l’actu, ainsi résumés dans Le Point du 6 octobre : « L’Algérie en 1984, l’Afghanistan dans les années 80, la guerre en Yougoslavie, le Rwanda de Paul Kagamé. Il a passé le réveillon de l’an 2000 en Tchétchénie, encerclé par les forces russes, suivi les élections à Bagdad en janvier… » Qu’est-ce qui fait courir Renaud Girard sous les obus ? Pas seulement la bravoure et la soif de vérité. Le Point nous apprend qu’une autre passion anime cet homme « rebelle » et « iconoclaste », ancien élève de l’ÉNA : rendre service aux dirigeants de son pays, auxquels il ouvre ses carnets de notes après chaque mission. « Cela a été ma façon à moi de servir l’État, confie-til. Chaque fois que je rentrais de reportage, je briefais les diplomates ou l’Élysée sur ce que j’avais vu. »

Cette franchise est méritoire : elle éclaire une branche méconnue de la profession, qualifiée dans L’Almanach critique des médias [1] de « journalisme patriote et plénipotentiaire ». Cette discipline, qui consiste à calquer la carte de presse sur celle de la DGSE, fait l’objet d’une des neuf parties du livre, ainsi que d’un « Quiz » dont l’honorable Renaud Girard serait certainement sorti grand gagnant. Ce quasi-proconsul s’était déjà distingué le 27 novembre 2004, quand il campait le pompier de service sur un plateau de France 3, convoqué dans l’urgence suite à la diffusion d’un documentaire évoquant le génocide des Tutsis du Rwanda. Il est vrai que Tuez-les tous ! Histoire d’un génocide « sans importance » (de David Hazan, Raphaël Glucksmann et Pierre Mezerette) s’aventurait à détailler - pour la première fois sur une chaîne hertzienne - l’implication dans les massacres des plus hautes autorités civiles et militaires de la République française. Faisant écho à Balladur, Védrine et Quilès, Girard s’était dressé ce soir-là contre « la mode facile de l’autoflagellation », défendant avec vigueur l’honneur outragé de la France éternelle (« La rafle du Vél’d’Hiv’ elle est pas faite par la France - par l’État peut-être mais pas par la France -, la France est à Londres à ce moment-là ! ») Et en 1994, elle était où « la France » ?

Chez Renaud Girard et ses congénères,le journalisme se pratique comme un art de la guerre. Chargé en 2004-2005 de former les élèves de Sciences-Po au « rôle de l’information, du renseignement aux médias, dans la gestion des conflits du XXIe siècle », l’énarque-reporter s’est entouré de deux « experts » de haute tenue : Alain Juillet, ancien membre de la DGSE devenu haut responsable chargé de l’intelligence économique auprès du Premier ministre, et Jean-Louis Gergorin, ancien directeur du Centre d’analyse et de prévision du Quai d’Orsay, aujourd’hui vice-président exécutif du géant de l’armement EADS. Une troïka aussi rebelle qu’iconoclaste, on en conviendra. Entrez ici, journalistes plénipotentiaires, au Panthéon de L’Almanach critique des médias, avec votre terrible cortège de démentis ! « L’Élysée conteste la teneur des informations publiées par… » ; « Le Quai d’Orsay dément avoir… » ; « Pourquoi la France n’est pas coupable… », etc. Disparaissez, mauvais génies de Vichy, d’Algérie, de Kigali, de l’état d’urgence… Dans la nuit, des sentinelles veillent sur les intérêts supérieurs de l’État. L’indépendance ne passera pas. Le journalisme non plus.

Article publié dans le n° 28 de CQFD, novembre 2005.


[1] Paru fin septembre aux éditions des Arènes, en même temps que la sortie en salles du programme « Tir nourri sur la télé ». Infos sur www.arenes.fr et www.zalea.org.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |