Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°009
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°009


Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles

Embaucher un larbin, ça rapporte gros !

Mis à jour le :15 février 2004. Auteur : La Rédaction.


Un mail envoyé au journal nous reprochait récemment d’être « trop destructeurs ». Ce lecteur a raison : à quoi bon s’énerver si l’on n’est pas apte à saluer aussi les bonnes nouvelles. Et des bonnes nouvelles, il en tombe tous les jours, il suffit de les ramasser. Tenez, le 2 février, on pouvait lire dans la presse que le gouvernement consentait un geste en faveur des mères sans ressources. C’était marqué dans Libé : « 1 300 euros de prestations familiales en moins sur les huit mois entourant la naissance de l’enfant pour 40 000 mères isolées et en grande précarité. » Aussitôt, quelques esprits négatifs - peu nombreux, fort heureusement, chacun ayant assez à faire avec ses propres oignons taillés en lamelles - sont allés dire qu’une fois encore on tondait la laine sur le dos des plus démunies. C’est malveillant. Cette mesure ne rapporte que 50 petits millions d’euros à l’Etat. Des pièces jaunes, si on les compare aux six milliards d’euros claqués par Fillon pour régaler les chefs d’entreprises en exonérations de charges sociales. Non, si le gouvernement taille dans les vivres des femmes de mauvaise vie, c’est uniquement pour les dissuader de procréer. Les gosses de pauvres, il y en a déjà plein les rues. C’est un rapport du ministère de la Famille qui le dit : « Aujourd’hui, notre territoire compte 1 885 000 enfants de moins de 18 ans en situation de pauvreté. » Et vous voudriez qu’ils croissent et multiplient davantage ? Plutôt que de se retrouver avec des gamins qui deviendront chômeurs recalculables, gibier de gardes à vue ou main d’œuvre à précarité indéterminée, on fait aussi bien de taper en amont sur les irresponsables qui leur donnent la vie. Pour une fois que le gouvernement fait dans la prévention, on ne va quand même pas descendre dans la rue !

L’ennui, c’est que même astreints à une fécondité réduite, les pauvres ne cesseront pas pour autant de pulluler. Ils sont au moins six millions à ce jour, et faites-leur confiance, ils ne s’arrêteront pas là. Quand les pauvres ne le sont pas de naissance, ils le deviennent par fainéantise, manque d’initiative ou incapacité génétique à investir en Bourse. Pour contrecarrer leur inexorable progression démographique, il faut donc inviter les riches à rééquilibrer la balance en se reproduisant comme des malades. C’est pourquoi le gouvernement, tandis qu’il fermait le robinet aux mères en faillite, a eu la sagesse de l’ouvrir en grand pour les ovules de luxe : désormais, un bonus de 180 euros sera versé chaque mois aux familles qui touchent plus de quatre fois le Smic. On espère qu’ainsi la France se repeuplera d’une progéniture de qualité. Evidemment, les mauvais coucheurs objecteront que 180 euros, pour des gens qui en gagnent 4 000, c’est une bien faible incitation. Mais c’est le geste qui compte. Et puis, c’est toujours plus que les 160 euros par mois sucrés aux mères indignes.

Par surcroît, ces 180 euros ont une finalité sociale non négligeable : ils doivent servir à payer la nounou. Et ça, c’est drôlement astucieux. Car qui a vocation à faire la nounou sinon, justement, l’infortunée dont on vient de saquer les prestations familiales ? Les sous qu’elle perd en tant que maman de pauvres, elle les retrouve en torchant les mômes des riches. Vous voyez, chacun s’y retrouve ! A l’heure où le chômage sans filet rend toute sa noblesse à la fonction de larbin, il est raisonnable de subventionner massivement l’embauche de domestiques. Le gouvernement prend ça très à cœur. Déjà, il a augmenté de 74 millions d’euros les déductions fiscales en faveur de « l’emploi à domicile ». Selon les calculs du SNUI, depuis 2003, l’exploitation d’une bonne permet au chef de famille doré sur tranche d’économiser environ 5 000 euros. Alors, elle est pas belle la vie ?

Publié en Une du n°9 de CQFD, février 2004.






>Réagir<

Embaucher un larbin, ça rapporte gros !
POMPOM | 18 janvier 2013 |
Je suis un cinglé des forums, et j’en vois passer des articles, mais là, ça demande vraiment qu’on s’y attarde. Caroline du site sur les devis construction > Embaucher un larbin, ça rapporte gros !
ac1950dp1964 | 24 décembre 2005 |

Nous sommes tous des Savants et

des ignorants, mais pas des mêmes choses.

Claire Hebert SUFFREN.

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |