Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°029
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°029


MEILLEUR DES MONDES

BIOMÉTRIE À LA CANTOCHE

Mis à jour le :15 janvier 2006. Auteur : Placo Plast, Sandro Altobelli.

Pour protester contre la banalisation du flicage « high-tech », une vingtaine de clowns a investi un lycée de la vallée de Chevreuse dont la cantine était illégalement équipée d’une surveillance biométrique. « Un effort de convivialité », comme disent les industriels… Récit de l’intervention.

A BIOMÉTRIE CONSISTE À IDENTIFIER les personnes à partir de caractères physiologiques numérisables : iris, empreintes digitales, contour de la main, forme du visage, voix, gestes, etc. Très pratique si l’on cherche à créer un fichier informatique centralisé de la population, consultable à tout moment ! Aujourd’hui, les autorités et les industriels préparent le terrain pour une diffusion massive de cette technologie : « La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles. » [1] Ces préconisations du GIXEL, le lobby des industriels du secteur de l’électronique et du numérique, sont suivies à la lettre : lancement du projet INES [2], contrôles biométriques à l’aéroport de Roissy, diminution des pouvoirs de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) avec la loi du 15 juillet 2004, exposition de propagande grand public à la Villette… Et pour familiariser toute la population, on commence par les gamins, comme le conseille le GIXEL : « [les méthodes pour faire accepter la biométrie] devront être accompagnées d’un effort de convivialité […] : dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine. » [3] Le meilleur des mondes en culottes courtes !

Le lycée de la Vallée de Chevreuse de Gif-sur-Yvette (91), à deux pas de la technopole du plateau de Saclay, regroupe la marmaille des chercheurs et ingénieurs qui peuplent les instituts de recherche environnants. Le proviseur, ancien d’un lycée du 9-3, fort du soutien du député Gilles Lasbordes, un proche de Sarkozy, a décidé d’équiper la cantine d’un dispositif biométrique à reconnaissance des contours de la main. Deux bornes ont été installées à la rentrée sans attendre l’accord de la CNIL (c’est-à-dire illégalement) mais après consultation de parents d’élèves manifestement technophiles : ils n’allaient tout de même pas cracher dans la soupe. C’est ce lycée qu’une vingtaine de personnes habillées en clowns ont choisi le 17 novembre à l’heure du déjeuner pour distribuer un tract invitant au sabotage, précisant à propos du système mis en place qu’il ne s’agissait « pas là d’un contrôle fort. Juste l’un de ces trucs qui nous apprennent à toujours être identifiés, triés, séparés. » En bref, un cheval de Troie « convivial » farci de convivialité policière.

Contre la politique du fait accompli en matière de biométrie, les clowns ont donné quelques coups de massettes sur les bornes, ce qui a suffi à les détruire. Selon le témoignage d’un lycéen recueilli par Le Parisien [4] : « Ils ont fait un petit speech, une sorte de pièce de théâtre, et puis ils ont sorti une masse de leur manche. » Alors qu’ils étaient hors de la cantine, des membres du personnel et des élèves ont pourchassé les trouble-fêtes. Un clown raconte : « Nous avons vécu une véritable scène de lynchage. Un surveillant a appelé les élèves à nous frapper avant d’étrangler un copain. Ils disaient “faut en choper un”. Les coups pleuvaient. L’un de nous a eu des côtes cassées, suite à une véritable prise de karaté d’un lycéen. Mais le pire c’est qu’en distribuant des mandales ils défendaient la biométrie ! » Les trois personnes attrapées au cours de l’échauffourée ont été accompagnées dans la salle des professeurs, copieusement insultées, puis remises à la gendarmerie. Mais ce n’est certainement pas d’heures de colle qu’écoperont les trois clowns qui comparaîtront au TGI d’Evry le 16 décembre pour « destruction de biens en réunion. »

Le proviseur du lycée, dans une lettre adressée aux parents et aux lycéens, précise que ses élèves ont « tenté d’intercepter les fauteurs de trouble et de protéger les personnes et les biens » avant de se féliciter qu’ils aient « permis que des faits encore plus graves soient évités ». Les blessés apprécieront ce beau renversement. Depuis le sabotage des bornes, c’est l’anarchie au lycée. Une épidémie d’obésité guette les élèves : certains mangent sans avoir payé, d’autres s’offrent un deuxième repas. Peut-être faudra-t-il employer les grands moyens pour restaurer l’ordre : cocher le nom des lycéens sur une liste, comme il n’y a pas si longtemps. Pourquoi investir dans des machines alors que le travail de police est fait avec zèle - et spontanément - par les lycéens eux-mêmes ? Finalement, la mise en place de systèmes biométriques dans les établissements scolaires offre bien un gain de praticité et d’efficacité… Pour la domestication du cheptel de futurs citoyens. Reste à savoir pourquoi jusqu’à présent une vingtaine de clowns seulement ont appelé à les saboter…

Article publié dans le n° 29 de CQFD, décembre 2005.


[1] Voir le livre bleu du GIXEL sur www.gixel.com

[2] Projet de carte d’identité électronique (voir CQFD n°24).

[3] Voir le livre bleu du GIXEL sur www.gixel.com

[4] Supplément Essonne, 19/11/05.





>Réagir<

BIOMÉTRIE À LA CANTOCHE
Jeune fille de 17 ans | 21 novembre 2009 |

J’ai lu un article sur le procès. Il n’a pas été fait mention de l’illégalité de la démarche du proviseur lorsqu’il a installé ces bornes biométriques. Seulement 3 « clowns » ont comparu devant le tribunal. Où étaient les 17 autres ?

De plus, je ne comprends pas très bien le but de cette installation :

1) Premièrement, comme l’a dit Morgane, nous sommes déjà fichés partout avec notre portable, notre CB, donc, à quoi cela servirait-il de connaître, en plus de cela, nos empreintes digitales ?

2) Deuxièmement, cette machine ne reconnaît les élèves que par la forme de leur main, et non pas avec leurs empreintes digitales (corrigez-moi si c’est faux, je me suis informée, mais peut-être suis-je tombée sur de mauvaises sources), or, les « technocrates » doivent forcément savoir que ce dernier moyen est peu fiable (la forme de la main évolue à mesure que l’on grandit, ce qui suffit à tout fausser).

En fait, la seule chose qui est insupportable dans tout cela est tout simplement le fait d’avoir le sentiment d’être réduit en une sorte de « code-barre » humain.

BIOMÉTRIE À LA CANTOCHE, morgane dans les nuage
Ham | 3 mars 2006 |
Et bien morgane tu m’a l’air bien remonté. Même si ta prose SMS est chiante a lire j’ai quand même pu diserner les anneries que tu nous a joyeusement envoyé a la gueule. Déjà essais de t’intéresser au sujet avant de nous déballer ces conneries, tu ne te rends même pas compte de ce qui se passe. Intéressest-toi a 1984, le livre d’Orwell, et on en reparle… > BIOMÉTRIE À LA CANTOCHE
Alex | 31 janvier 2006 |
Ayant un peu plus de 2 fois l’âge des acteurs et témoins de cette opération de salubrité publique, je suis effaré par la réaction précédente : l’angélisme exterminateur aurait déjà remporté une sacrée victoire, puisqu’un(e) lycéen(ne) prêche déjà la soumission, en souhaitant en plus une sanction expéditive ! Quelqu’un pour expliquer à ce vichyste en herbe qu’un procès suit des règles, que la démocratie impose de respecter ? Que ces comportements à l’emporte-pièce, faits de conformisme et d’oubli des autres, pave la voie au fachisme qui n’a même plus besoin de ramper (une bifurc vite fait sur le divertissement TV banni par la RAI, qui brocardait il Condottiere, et que l’opinion officielle a démoli par respect de la brutalité en place). Et aussi pour lui dire que le débat est la seule respiration des idées et le seul lieu valable pour les choix de société. Dans le cas de la biométrie (et c’est pas le seul…), le débat est confisqué, par cette population au nom galvaudé : les technocrates. Pitié, relisez les manuels d’histoire, endossez les victoires de nos aînés, et restez exigeants sur le refus des asservissements. J’ai été un peu long, mais c’est de toute façon bien trop court… > BIOMÉTRIE À LA CANTOCHE
morgane | 23 janvier 2006 |
je c pa si je doi vou plaindre pour votre ignorance ou vou insulté je sui eleve o lycé de la vallé de chevreuse je conai le system de la biometri car je lutilise tou lè jour …. commen pouvé vou difusé de tel mensonge vou avé debarké com ca et vou avé tou pété vou n’avé pa penser a la peur ke on pu avoir certain lycéen en vou voyan sortir vo masse … comme pouvez vou pretendre ke lè pion on insité a des éléve a vou frapé c vrai ke des éléve on pri parti mai il on pa u besoin kon leur en donne lorde se ne son pa des « monton decervellé » com vou …il on compri eu ke votre action etai movaise et infonder car on ne pe pa dir ke cétai trè spirituel c le moin kon puisse dir ! kan cela se mèle a lignorience admiré le resulta ….ca donne 1 ramassi de félé Vou vou ete fai tabassé ba bien fai pour votre geule on pe etr contre la biometri moi franchemen je ne sui pa specialemen pour chakun a c opinion mai c pa pour otan ke je vai me ramener et tou bouzillé il y a dotre facon de fair valoir c opinion ! et pui si vou avez peur de vou retrouvé ficher par le system de la biometri alor il ne vou rest k’1 chose a fair : c jeter vo portable et vo carte bleu car on a plus de chance d’avoir des info sur vou par c 2 procédé ke par l’enprente de la morfologie d’1 main « une surveillance biometrik » laisser moi rire !!!!! Jesper ke lè 3 person ki on reussi a etr areté von etr puni lor du procè a juste valeur on esperan ke ca vou fasse 1 pe reflechir
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |