Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°029
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°029


LA PROPHYLAXIE DU DR SARKOZY :

BIEN CHOISIR SON ENNEMI

Mis à jour le :15 décembre 2005. Auteur : Iffik Le Guen.

La « gangrène à éradiquer » de Sarkozy n’est pas bien loin des « tissus gangrénés » dont parlaient les manuels de guerre des militaires français en Algérie. C’est que, pour souder la nation, les gouvernants ont toujours été bien avisés de lui fournir un ennemi intérieur assimilé à une tumeur maligne.

LE TOUJOURS PLUS indispensable ministre du maintien de l’ordre le reconnaît lui-même : « La sémantique, c’est important. » Dans les discours sarkoziens sur les émeutes, le choix des mots révèle un art de la communication policière tout entier voué à façonner le portrait-robot de l’ennemi intérieur. L’imagerie médicale dont use le notable flaubertien de Neuilly nous le désigne comme une « gangrène à éradiquer », un « mal à extirper en profondeur » avant qu’il ne « s’enkyste » définitivement [1]. La préservation du corps social par les globules (blancs, naturellement) de la police exige donc un « sang-froid » de chirurgien pour amputer la tumeur et éviter toute bavure dans les points de suture.

Cette référence au traitement clinique fleurissait déjà dans les manuels de lutte anti-insurrectionnelle destinés aux officiers de renseignement pendant la guerre d’Algérie. Comme dans cet extrait : « Cette chirurgie, fondée sur le diagnostic des régions les plus contaminées et de villages encore relativement sains, doit amener l’ablation des tissus gangrenés et ouvrir la voie à cette convalescence, qui sera la pacification proprement dite. » Car c’est un fait scientifique bien établi : le virus de la révolte ne saurait être spontané, produit par le corps social lui-même, il est forcément le résultat d’agents infectieux. Après les spécialistes en subversion de jadis, ce sont désormais les « caïds » et «  bandes organisées » manipulant des mineurs dans «  leurs laboratoires de fabrication de cocktails Molotov » qu’il convient de traiter à grandes doses d’antibiotique. Mais quand la République se trouve au bord de la guerre civile, la métaphore médicale cède le pas à des allégories plus martiales : « Les concepts servent à déverrouiller l’action et la communication est à l’action ce que l’aviation est à l’infanterie ; l’aviation doit passer pour que l’infanterie puisse sortir ; c’est lorsqu’on a gagné la bataille de la communication qu’on peut commencer à agir. » [2]

Une fois qu’on a déshumanisé « la racaille », le terrain est libre pour lui envoyer les Karchers multitubes montés sur hélicoptères. Autre figure rhétorique et anthropométrique de l’ennemi intérieur, largement utilisée dans l’Histoire et au bar de l’actuelle Assemblée nationale : celle de l’étranger, c’est-à-dire du clandestin, du polygame, du musulman intégriste et terroriste. C’est l’autre envisagé comme barbare, celui qui n’a pas les mêmes origines (le Noir et l’Arabe), qui parle mal la France (le rappeur insolent, archétype du jeune à casquette), qui ne partage pas les mêmes souvenirs historiques (le temps béni des colonies), qui ne participe pas aux fêtes traditionnelles de la nation (les sifflets au stade et les youyous à la mairie). Pour lui, un seul horizon, une seule perspective : le territoire policier. Un espace borné de contrôles d’identité permanents, de charters et bientôt de rafles systématiques avec le remake annoncé de la loi anti-casseurs, en attendant le retour des bataillons disciplinaires.

Ce traitement de la crise sociale a été théorisé sous le nom de décisionnisme par le philosophe hegelien Carl Schmitt. Il affirmait qu’un État ne pouvait garantir son unité et sa pérennité qu’en désignant de son propre chef l’ennemi intérieur. Quelques décennies plus tard, d’obscurs buveurs de bière munichois allaient soumettre cette hypothèse à l’épreuve des faits. Dans un contexte plus médiatique, un tout aussi obscur sénateur américain, du nom de McCarthy qui ne crachait pas sur ses deux-trois bouteilles de bourbon par jour allait en appeler au bon sens des électeurs pour l’aider à démasquer les menées communistes des élites intellectuelles. Donc pas de parano exagérée :il paraît que Sarkozy ne boit pas !

Article publié dans le supplément « État d’urgence : 8 pages contre » du CQFD n° 29, décembre 2005.


[1] Discours dit de « la racaille », tenu à Argenteuil le 26/10/05.

[2] Nicolas Sarkozy interviewé dans l’Express, 17/11/05.





>Réagir<

Sarkozy ? Toujours les mêmes fondamentaux !
Orange | 16 décembre 2009 | Sarkozy Midterm

Le plus extraordinaire c’est qu’il arrive en permanence à relancer la polémique sur des thématiques dont il a pourtant déjà tout dit depuis longtemps. A chaque fois en exploitant tel ou tel évènement, mais toujours avec les mêmes fondamentaux, ceux qui lui ont permis en 2007 de siphonner l’électorat du FN.

Sur le thème des ‘Valeurs’, fondateur de cette stratégie, je recommande vivement de visionner - surtout d’écouter - une excellente anthologie des mots et des idées qui construisent sa prise du pouvoir et ses deux premières années à l’Elysée : http://www.youtube.com/watch ?v=Fm-TdlB8QNI

Quatre autres vidéos de la même série sont aussi sur YouTube, mots clés : Sarkozy Midterm

Pour la version ’intégrale’ de la série (la compression de l’image est de moindre qualité que sur YouTube mais, ici, les 5 volets sont réunis en une seule video, dans leur ordre chronologique), c’est sur MySpace : http://vids.myspace.com/index.cfm ?fuseaction=vids.individual&VideoID=101067879

Un petit bijou pédagogique, si l’on a 30 minutes devant soi et deux cachets d’aspirine de secours : non-pas qu’il soit un mauvais orateur, mais …

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |